Technologies

Nouvelles Technologies : L’Afrique reliée au monde par une liaison sous-marine à fibres optiques

le 07 juin 2002 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Sociétés

On l’attendait depuis longtemps. Il représente un effort de coopération et d’aide pour le continent noir. Et le Président sénégalais était fier de l’avoir inauguré le 27 mai dernier, en certifiant à Bamako2002 qu’il avait "conversé avec le Premier Ministre malais comme s’il était à côté". La réalisation de cet exploit technologique vient apaiser les craintes nourries par certains pays pour son inopérationabilité et son caractère utopique. Ce système de câble sous-marin, Sat-3/Wasc/Safe avait été initié par 36 opérateurs de 32 pays, dont 12 d’Afrique, 7 d’Asie, deux d’Amérique du nord, 10 d’Europe, et un d’Océanie.

D’une capacité initiale de 20 Gigabits par seconde extensible à 40 Gigabits en septembre prochain, puis à 120 Gigabits/s, Ce système représente l’équivalent de 6 millions de communications téléphoniques simultanées. Il est connecté à d’autres systèmes qui lui assurent des prolongements vers d’autres pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique du nord Espagne, Portugal, etc. Selon Cheikh Tidiane Mbaye, Directeur de la société sénégalaise de télécommunications, ce projet a coûté près de 500 milliards de francs CFA (environ 80 millions d’euros).

Les retombées de cette prouesse technologique sont nombreuses, avait indiqué le président Wade dans une véritable envolée lyrique à Bamako. Ces retombées seront fructueuses pour le développement des pays africains (Angola, Cameroun, Côte d’ivoire, Bénin, Sénégal, Togo, Nigéria, Afrique du Sud) que longe ce réseau. Outre la possibilité de connecter l’Afrique au réseau mondial, ces câbles sous-marins à fibres optiques, développeront les services téléphoniques de base et les services larges bandes et multimédias comme Internet, les télé services etc. C’est entre autres, les objectifs majeurs de ce projet à haute technologie et d’intégration qui vient d’être lancé. Mais surtout, la télémédecine, et le télé-enseignement devront connaître un sort favorable avec l’arrivée de ce projet.

Les caractéristiques techniques de ce câble ont été conçues par la South African Telkom, France Telecoms et la Sonatel. Sat-3/Wasc/Safe et réalisées par Alcatel Submarine Networks (France). Partant du Portugal, le câble passe par l’Afrique du Sud et dessert la côte ouest-africaine. Les pays ainsi arrosés seront connectés avec l’Europe et bénéficieront d’une liaison à haut débit et adaptée aux télécommunications, notamment l’Internet. Il est composé de deux paires de fibres d’une capacité totale de 60 Gigabits par seconde par paire. Ce qui est l’équivalent de 720 000 communications téléphoniques simultanées.

Le câble sous-marin le " Safe" se compose de deux paires de fibres équivalant à quelque 480 000 communications téléphoniques simultanées. Son segment, fourni par la société américaine Tyco Telecommunications (Usa), est circonscrit entre l’Afrique du sud et l’Asie.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné