Technologies

Burkina Faso : les technologies numériques intègrent l’Université polytechnique de Bobo

le 09 février 2003 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Sociétés

En dehors de Rener et du Resafad qui pilotent la formation à distance par Internet et la révolution technologique dans les différentes régions provinciale du pays, le Burkina Faso s’est révélé très sobre en matière de technologies numériques et de leurs emplois dans la communauté universitaire, scolaire ou économique. Pourtant, révèle le journal L’Observateur Paalga , l’Institut universitaire de technologie avait amorcé, depuis 1999, une marche vers les technologies de pointe par l’installation dans ses ateliers de matériel sophistiqué. Comme l’alignement laser,les automates programmables, qui ont permis que cet établissement se mette au diapason de l’avancée technique et technologique et réponde aux besoins exprimés par les entreprises.

Le secteur industriel burkinabè représente près de 18 % du PIB. Il est constitué en grande partie de petites et moyennes entreprises confrontées à des difficultés telles que le niveau technologique bas et la non-disponibilité d’information technologique. Or l’actuelle compétitivité économique passe par le recours à des technologies plus performantes, permettant de diversifier la production et de générer plus de valeur ajoutée ainsi qu’à des systèmes de garantie de la qualité permettant de répondre aux exigences des marchés.

La spécialisation régionale de l’IUT de Bobo lui apporte une solution à la valorisation des produits locaux et à l’enracinement effectif au milieu à développer. Or, l’un des atouts majeurs pour le développement industriel au Burkina reste l’université polytechnique de Bobo (UPB) qui dispose d’une section industrielle grâce à cette IUT qui a pour mission, la formation de cadres moyens dans les domaines des techniques commerciales et industrielles. La formation dure deux ans et est sanctionnée par un diplôme universitaire de technologie (DUT) à l’issue d’un stage pratique en entreprise.

Les équipements de l’établissement permettent un enseignement fort avancé dans les domaines technologiques. L’IUT dispose en effet de salles spécialisées pour l’informatique, le dessin assisté par ordinateur (DAO) et la gestion de la maintenance assistée par ordinateur (GMAO) avec le logiciel Coswin qui est un produit du groupe Diveco permettant aux entreprises d’améliorer la fiabilité de leurs équipements. L’utilisation de ce logiciel résulte du partenariat entre l’IUT et le groupe Siveco lors des premières journées de l’IUTen 1999.

Des accords de coopération sont aussi établis avec la Belgique, les Pays bas, la France dont l’aide pour l’acquisition des équipements de haute performance devant conduire l’IUT à devenir un pôle d’excellence sub-régionale. La France apporte une contribution logistique et mène une politique de relève à travers le projet d’appui à l’enseignement supérieur qui développe l’assistance technique, la formation continue, l’appui aux filières professionnelles et la formation des formateurs. Aussi l’acquisition en équipements et en logiciels s’accompagne d’une formation recyclage des enseignants dans les nombreux domaines concernés.

En s’impliquant ainsi dans l’acquisition des technologies numériques, l’IUT a entrepris une refonte des programmes pour répondre aux besoins exprimés par les entreprises. Et participer d’une part, au développement technologique local, d’autre part réduire la fuite des cerveaux devenue exponentielle en Afrique et enfin s’engager en partenariat avec des entreprises locales dans la formation continue pour leur permettre de lutter à armes égales dans cette concurrence très rude sur le marché de la mondialisation. Car il s’agit désormais pour cet institut, de pouvoir relever le défi d’être le leader national et sous-régional.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné