Technologies

L’école à la maison et les institutions virtuelles...

le 09 mars 2003 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Sociétés

Aux États-Unis, dans l’état du Wisconsin, on retrouve deux institutions offrant des cours à distance aux étudiants du primaire. Dans les deux cas les élèves sont inscrits dans le système scolaire régulier mais ils réalisent leurs apprentissages à la maison, sous la supervision des parents. Tout le matériel éducatif est fourni par des entreprises à but lucratif qui se sont associées aux districts scolaires qui sont chargés d’assurer l’éducation dans leur région.

Le Wisconsin Education Association Council fait partie des opposants à ce système qui, selon eux, ne correspond pas à ce que souhaite la majorité de la population locale et ne doit donc pas être financé par l’État. L’association avec des entreprises à but lucratif constitue aussi un problème pour plusieurs personnes. Le gouvernement octroie un financement de 5 000 dollars par élève; lorsque cet argent est versé à des institutions traditionnelles, il sert à l’entretien des bâtiment autant qu’à l’enseignement. Le coût du matériel éducatif pour un élève formé à distance est d’environ 1 700 dollars...Les institutions virtuelles sortent donc gagnantes de cette entente et cela trouble les administrateurs scolaires qui préféreraient un financement différent pour les institutions virtuelles.

Les enfants qui étudient à la maison et qui sont inscrits auprès des institutions virtuelles d’enseignement doivent passer les examens de passage de l’État à la fin de leur année scolaire contrairement aux enfants qui ne sont rattachés à aucune institution et dont les parents assument l’éducation. Cette voie constitue donc une façon de réintégrer les étudiants dans le système scolaire.

Pour Bill Bennett, président de K-12, une institution virtuelle, le marché potentiel des étudiants à la maison peut représenter environ 5% de la population étudiante: le système régulier n’est donc pas en péril. Mais, ajoute-t-il, «on pourrait évoluer jusqu’à voir des étudiants étudier à distance trois jours par semaine et aller en classe les deux autres jours. Je crois que c’est la voie de l’avenir».

Compte rendu de «Education’s virtual transformation. Cyber school opponents take issue with ventures; backers see breakthrough» d’Anne Davis

Pour l’article complet.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné