Technologies

Cameroun : l’Université de Yaoundé 1 a abrité la 10ème session du CARI

le 26 octobre 2002 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Sociétés

Le public connaît très peu cette organisation. Le CARI est l’acronyme de

Colloque Africain sur la Recherche en Informatique

dont la toute première édition s’était tenue à l’ Université de Yaoundé 1 en 1992. L’initiative de cette rencontre avait été prise à l’époque, d’une part, par UNU , l’Université des Nations Unies que nous avons présentée dans ces colonnes, et d’autre part, par l’ INRIA , l’Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique.

Le CARIveut être une composante dynamique du développement de l’informatique en Afrique, en synergie avec l’ensemble de la communauté scientifique internationale comme l’a attesté la présence des centaine de participants et d’intervenants de nombreux pays européens, américains, asiatiques et africains qui ont apporté d’importantes contributions au développement des différents aspects de l’informatique.

Ouverts par le Premier Ministre camerounais, les travaux de Yaoundé ont effectivement abordé les problèmes relatifs au calcul numérique à travers des tutoriels pour la connaissance approfondie du Scilab, logiciel scientifique et de O Caml, "Objective Caml distribution".

Des conférences, d’une très grande densité et d’une grande richesse informative ont porté sur les logiciels libres (LL) en tant qu’ils constituent une opportunité pour les pays en voie de développement ou en tant qu’ils participent à l’accès au savoir en ligne. Des plates-formes ont été exposées et expérimentées au moyen de ces LL pour leur applicatibilité à la formation à distance en Afrique ou dans des institutions universitaires communes.

L’enseignement assisté par ordinateur a aussi été évoqué à travers les communications algériennes sur l’environnement coopératif pour l’apprentissage sur Internet et sur un système tuteur utilisant un compagnon perturbateur. Des applications pratiques de l’informatique ont également intéressé le public, à l’exemple de l’hydrologie et de la pluviométrie.

Depuis Yaoundé 1992, le CARI a connu un rythme constant à travers les sessions bi-annuelles de Ouagadougou, de Libreville, de Dakar, et d’Antananarivo. Le CARI a pour objectifs de

  • aider les chercheurs africains à publier des articles au niveau international ;
  • promouvoir la collaboration et les échanges d’informations entre les chercheurs africains ;
  • faciliter l’émergence de projets coopératifs entre les universités et centres de recherche africains ;
  • permettre à des jeunes chercheurs africains d’exposer leurs travaux.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné