Technologies

Les atouts du papier électronique

La technologie du papier électronique offre de nombreux avantages. Sobre en énergie, il améliore largement le confort de lecture. Ces avantages suffiront-ils à concurrencer les tablettes et le monde du web en technicolor ?

le 11 juin 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 21 août 2013

Sociétés

Le papier électronique, ça vous dit quelque chose ? Non ? Pourtant, c'est celui qui est utilisé par la majorité des liseuses. Cette technique d'affichage a tant d'atouts qu'elle risque de rendre bientôt obsolètes tous nos autres écrans, nos tablettes et le web lui-même. 

C'est ce qu'affirme Bruno Rives dans un blog entièrement dédié au papier électronique. Comme dans tout bon blog, le billet le plus visible est celui qui a été publié le plus récemment, et pas celui qui raconte le début de l'histoire... Un petit détour par Wikipedia s'impose donc pour savoir de quoi il retourne, avec ce papier électronique.

Sur Wikipedia donc, on apprend que le papier électronique n'est pas du papier (on s'en doutait), ni même un support, mais "une technique d'affichage sur support souple (papier, plastique), modifiable électroniquement, cherchant à imiter l'apparence d'une feuille imprimée et qui, comme le papier, ne nécessite pas d'énergie pour laisser un texte ou une image affiché".

En une phrase, l'essentiel est dit : on passe du rigide au souple, on n'a pas besoin de brancher le support à une source d'alimentation électrique, on peut modifier ce qui est visible.

Un deuxième article, cette fois consacré aux liseuses, ajoute des précisions essentielles : "À la différence des tablettes tactiles, les liseuses utilisent principalement le papier électronique comme technique d'affichage. Les machines dotées de ce type d'écran offrent les mêmes qualités de lecture qu'un livre et bénéficient d'une autonomie largement supérieure à celle des tablettes. En revanche leurs usages sont plus limités que ceux d'une machine dotée d'un écran qui nécessite l'émission de lumière, tel que l'écran à cristaux liquides. Le papier électronique ne permet pas en 2011 d'afficher une page en couleur de bonne définition ni plus anecdotiquement de lire une vidéo".

Renouer avec les habitudes ancestrales de lecture et d'écriture


Munis de ces informations essentielles, retournons sur le blog Papier Electronique. Effectivement, la consultation des billets confirme la première impression : nous sommes peut-être à l'aube d'une nouvelle révolution. Encore une.

Le papier électronique est à la fois papier et support, sans être rien de tout cela, bien entendu. Mais à l'oeil et au geste, c'est effectivement très proche de nos habitudes ancestrales, avant que les ordinateurs ne viennent nous contraindre à utiliser un clavier plutôt que d'un crayon, à lire en regardant devant nous plutôt qu'en baissant les yeux (nous avons repris le mouvement naturel grâce aux tablettes), à ne plus toucher la surface de la page sous peine d'y laisser des traces peu esthétique ou pire, de provoquer des effets fâcheux sur le contenu affiché. Et pire que tout, à disposer d'une source d'énergie externe disponible en permanence pour lire ou écrire.

Voyez par exemple cette liseuses de format A4 qui, de loin, se laisse facilement confondre avec un porte bloc de papier :

 

 

Comme vous l'avez compris si vous lisez les sous-titres en anglais, il ne s'agit pas ici d'un prototype en version alpha, mais d'un produit très prochainement commercialisé, dès que les tests auront été réalisés dans plusieurs universités japonaises. Et vous avez aussi noté, j'en suis sûre, que ce bloc notes de nouvelle génération a une autonomie de 3 semaines...

Les démonstrations sur les livres sont moins flatteuses, dans la mesure où on n'a pas vraiment le sentiment de voir des choses nouvelles par rapport à ce qui est déjà possible sur une tablette ou une liseuse classiques. Oui, mais n'oubliez pas : inutile de connecter une liseuse de papier électronique à une source d'énergie pour pouvoir lire ! Car la page s'affiche de manière stable sans consommer d'électricité, dans la mesure où l'écran n'a pas besoin d'être éclairé comme celui d'un ordinateur ou d'une tablette. Les propriétaires de liseuses apprécient d'ailleurs beaucoup de ne recharger leur tablette qu'une fois par mois ou même moins souvent...

Cette frugalité énergétique ne saurait suffire à concurrencer les ordinateurs et tablettes. Le fait de pouvoir ouvrir une page web, visionner une animation ou modifier l'agencement d'une page à partir d'une feuille de papier électronique, voilà la vraie nouveauté.

Bientôt la couleur sur nos liseuses ?

 

Malgré tout, ces démonstrations en noir et blanc sont bien tristes, comparées aux performances de nos tablettes, aux écrans chaque jour plus flatteurs. C'est vrai, mais d'une part, dans son usage "bloc notes", le papier électronique n'a pas autant besoin de couleurs que pour afficher une photo, par exemple. Et d'autre part, des encres électroniques de couleur de bonne qualité apparaissent. Le rouge vient ainsi de s'ajouter au noir et au blanc. Cette encre, élaborée par la compagnie e-ink, est destinée en premier lieu aux magasins disposant d'étiquettes électroniques dont le contenu peut être modifié à la demande, depuis un poste informatique. Voyez sur ce blog quelques exemples de telles étiquettes en trois couleurs. 

Une question reste en suspens : pourquoi Bruno Rives dit-il que le papier électronique signe la mort du web ? 

Parce que le développement d'applications sur des supports souples et sobres en énergie rendra inutile la consultation d'Internet sur un ordinateur. Déjà, les sites se font talonner par les applications développées pour les appareils mobiles. Si ces supports s'allègent et ne dépendent plus de la prise de courant, on peut effectivement penser que nous délaisserons les ordinateurs et la navigation libre dans le web... A l'énorme réserve près qu'une application pour appareil mobile ne nous permet d'accomplir qu'une seule opération à la fois, dans un domaine fermé. 

Le travail sur papier électronique peut certainement se substituer à certaines des opérations actuellement réalisées via un logiciel sur poste ou le réseau internet. Sa sobriété et sa légèreté en feront un outil incontournable dans toutes les tâches de prise de notes et de consultation rapide de documents. L'ajout de la couleur et des fonctionnalités de modification de la page ou de connexion à Internet le rendront encore plus séduisant pour la lecture qu'il ne l'est déjà actuellement.

RÉFÉRENCES :

Rives, Bruno. Papier Electronique. Blog consulté le 10 juin 2013. http://papierelectronique.blogspot.fr/

Wikipédia, l'encyclopédie libre. "Papier électronique". Article consulté le 10 juin 2013. http://fr.wikipedia.org/wiki/Papier_%C3%A9lectronique.

Wikipédia, l'encyclopédie libre. "Liseuse". Article consulté le 11 juin 2013. http://fr.wikipedia.org/wiki/Liseuse.

Electronic Paper Displays. "E Ink: Technology: Display Products: Spectra Displays." Site consulté le 10 juin 2013. http://www.eink.com/display_products_spectra.html.

Silbert, Sarah. "E Ink's three-pigment Spectra displays update pricing in real time, are destined for supermarket shelves (hands-on)." Engadget. 22 mai 2013. http://www.engadget.com/2013/05/22/e-ink-three-pigment-spectra-displays/.

Illustration : tkemot, Shutterstock.com

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné