Technologies

L'outil pour retrouver ce que vous avez déjà vu

Un frein à la sérendipité

le 25 février 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 25 mars 2015

Sociétés

Les chercheurs, bibliothécaires, veilleurs, acheteurs et autres info-dépendants du web sont confrontés à un problème récurent : retrouver une référence dans ce qu’ils ont parcouru à un moment ou un autre.

Visiter plusieurs centaines de sites, lire des articles, fouiller à la recherche de produits, ou regarder des vidéos et des nouvelles est le lot de la plupart des personnes actives dans Internet. À la fin du mois le nombre d’éléments consultés peut se chiffrer à plusieurs milliers.  Arrive le moment où il vous faut retrouver quelque chose que vous avez lu ou vu quelque part...

Quelque part, mais où ?

Bien sur vous pouvez consulter l’historique de vos recherches, mais si vous ne vous rappelez pas précisément de la journée ou de titre, la démarche peut s’avérer frustrante, fastidieuse et souvent vaine. D'autant plus s’il s’agit d’une référence à partir d’un réseau social ou d’un courriel.

Neeah est un applet ajouté à Chrome qui indexe et conserve l’historique de tout ce que vous consultez en ligne, que ce soit à partir d’un engin de recherche, d’un réseau social ou d’un courriel.

Au début, on ne voit beaucoup d’avantages, mais après quelques jours on commence à apprécier la pertinence de l’outil et son intérêt : même si on ne se rappelle pas précisément de ce que l’on cherche, avec souvent un seul mot on retrouve la référence du premier coup.

Sans sollicitation de votre attention, pas de click, pin ou signet à indiquer, tout se fait automatiquement et de façon transparente, on en vient à apprécier le petit écureuil qui est apparu dans notre menu.  Avantages supplémentaires, on peut ajouter des tags, exclure certains sites, ajouter des commentaires et même partager nos références avec les options.

Encore en version beta, nous n’avons rencontré aucun problème à son utilisation. Notre seul regret est que Neeah soit pour l’instant limité à Chrome et que l’interface soit disponible seulement en anglais, chinois et vietnamien, les langues de ses concepteurs.

Ce qui est sur est que le fait de retrouver rapidement ce que l’on a déjà vu nous fait gagner beaucoup de temps et nous évite de nous disperser un peu plus…

Neeah

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné