Technologies

Ce n'est pas le TBI qui change l'éducation, c'est l'évaluation des pratiques

L'application "Je Lève la Main" au service de l'évaluation des pratiques et des méthodes éducatives.

le 27 février 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 17 octobre 2018

Speechi

12 rue de Weppes
59800 Lille
France

Tél.: 33 3 20 34 74 25
Fax : 33 3 20 34 74 26

Ce n'est pas le TBI qui change l'éducation, c'est l'évaluation des pratiques

Comme tout autre secteur, l'éducation est largement impactée par la révolution numérique. On ne voyait pas cela il y a encore une vingtaine d'années, mais aujourd'hui les écoles sont toutes équipées de solutions numériques interactives : TBI, vidéoprojecteur ou écrans interactifs, etc. Fondamentalement, si ces solutions améliorent la façon d'enseigner et sont des outils d'éducation et d'évaluation nécessaires, elles ne changent pas l'éducation. En revanche, l'évaluation des pratiques, oui.

Cela fait environ une trentaine d'années que les ministres de l'Education Nationale qui se succèdent à la tête du ministère ont essayé tous les moyens d'évaluer les pratiques d'évaluation et d'éducation, mais en vain. Les méthodes d'évaluation des pratiques sont coûteuses, s'instaurent souvent sur le long terme et empiètent sur le travail de l'enseignant, pour donner des résultats peu pertinent au final.

Cependant, l'actuel ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer a remis l'idée sur le tapis en septembre d'adopter 3 évaluations nationales pour évaluer les mesures prises au primaire (notamment au CP). Déterminer la pertinence des méthodes d'évaluation et de l'enseignement, c'est un pas en avant nécessaire. Il semblerait pourtant qu'à nouveau la méthodologie appliquée soit fastidieuse, qu'elle coûte chère et que donc, les résultats ne soient pas pour tout de suite (sans compter l'opposition de certains syndicats qui soupçonnent des intentions politiques malhonnêtes). Mais surtout, les enseignants n'en auront pas le bénéfice direct : bien que ces évaluations soient pertinentes au niveau national, le professeur ne pourra pas voir directement les résultats de sa propre méthode.

Alors, où est la clé ? Comment déterminer la pertinence des méthodes, en utilisant des critères objectifs et quantitatifs ? Comment ne pas glisser sur le terrain des opinions et des théories, qui de toutes les façons ne peuvent être validées, sur la pédagogie ?

Obtenir des résultats par la multiplication des expériences d'évaluation : les statistiques et le big data

Tableau interactif fixe et Logiciel d'évaluation Je Lève La Main

Deux pistes sont à privilégier dans l'élection d'une méthode pour l'évaluation de la pédagogie. Premièrement, il faut donner le pouvoir au professeur qui est "sur le terrain". Il n'est pas question de rajouter des étapes à ce processus, ce qui rend les résultats valables seulement au niveau national, et inutilisables pour le professeur et l'école.

Ensuite, l'utilisation des données, le fameux "Big Data", est nécessaire, mais de façon simple, rapide et surtout pertinente.

La solution pratique se révèle être la plate-forme d'évaluation "Je Lève La Main". En fait, ce n'est pas vraiment une révélation puisqu'elle a été conçue pour.

"Je Lève la Main"

évaluation des méthodes

Le logiciel "Je Lève la Main" est à disposition, entre autres, des professeurs et intègre des fonctionnalités variées de quiz (QCM, questions textuelles, questions numériques, vrai/faux, sondages, intégrations de différents médias, etc.).

Les réponses recueilles par le professeur sont stockées "dans les nuages" et peuvent être consultées ultérieurement.

Il s'agit d'une méthode d'évaluation efficace et surtout peu coûteuse. Cependant, la partie vraiment intéressante de ce logiciel en ce qui concerne l'évaluation des méthodes (et non des élèves), c'est l'utilisation des données et des critères. "Je Lève La Main" permet d'attribuer des critères aux élèves (par exemple : âge, éloignement domicile/école, redoublement, application d'une méthode d'enseignement A ou B, choix de la première langue vivante, etc.). La liste est non exhaustive, puisque le type de critère peut être créé directement par le professeur ou l'élève.

L'outil critère permet de documenter les critères d'expérimentation à la fois de façon très fine (individuellement, par élève), massive (par groupes) ou de déléguer aux élèves eux-mêmes la saisie des critères quand cela est pertinent.

Couplé à l'outil statistiques de "Je Lève la Main", l'outil "critères" est réellement démonstrateur de la pertinence d'une méthode d'évaluation dans l'éducation.

Le pouvoir aux professeurs avec "Je Lève la Main", parce qu'ils sont au cœur des problématiques d'évaluation de méthodes.

Mettre une évaluation en place avec "Je Lève La Main" est simple, peu importe la taille de l'échantillon (une classe, un collège, un département, une région, etc.). Ceci étant dit, une évaluation n'a pas nécessairement besoin d'être nationale pour être significative.

Ainsi, le professeur a directement accès aux résultats de ses évaluations. Ces résultats sont scientifiques, donc incontestables : les plus grands outils statistiques d'analyse sont intégrés au logiciel. En fonction du résultat de chaque analyse, le professeur peut améliorer ses analyses.

Les retombées sont ainsi immédiates, et les pratiques et méthodes pédagogiques peuvent être comparées rapidement à petite ou grande échelle : entre classes, entre écoles, entre région, voire même dans le pays entier. Ces études destinées à être comparées sont de fait bien plus pertinentes qu'une grande étude nationale, dont les résultats ne peuvent pas forcément être étudiés au cas par cas, ou dont les retombées sont bien trop lointaines.

Le professeur peut aisément étudier la prise de niveau d'un élève (ou d'une classe, évidemment) dans le temps. Il peut donc conclure lui-même de l'efficacité de sa méthode d'éducation.

Dans l'évaluation des méthodes d'éducation et de pédagogie, le Big Data ne doit pas être un gros mot qui effraie, mais une clef à ne pas négliger.

L'élaboration de l'outil Je Lève La Main étant ouverte et publique, cela crée une transparence certaine. Ceci n'est pas négligeable dans la manipulation de données statistiques. D'autant plus que les évaluations réalisées ne le sont pas par des statisticiens de métier ; le "savoir statistique" étant inclus dans l'application Je Lève la Main, des "non experts" peuvent aisément réaliser ces évaluations.

Ainsi, Je Lève la Main est à l'éducation, ce qu'Excel a été à la finance. Plus besoin d'être un expert, pour utiliser un outil extrêmement simple d'utilisation, mais qui permet l'utilisation de centaines (voir de milliers) d'options sans être programmeur ou mathématicien. En soit, les méthodes de statistiques utilisées par Je Lève la Main ne sont pas forcément inédites.

La véritable révolution de l'école, c'est la révolution des méthodes d'évaluation. 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur