Technologies

Changements intéressants à implémenter en cours au prochain trimestre

Envie de changer votre rengaine ? Voici quelques suggestions pour améliorer la façon dont vos cours se déroulent.

le 30 août 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 31 août 2018

AirTame

Kuglegårdsvej 1
1434 København K (Copenhague)
Denmark

D’après le prix Nobel Carl Wieman, la plupart des programmes scolaires sont le plus souvent voués à l’échec car ils se concentrent trop sur le contenu du cours et pas assez sur la qualité de l’enseignement. La solution qu’il propose serait d’intégrer au fur et à mesure des méthodes d’apprentissage actif pour améliorer petit à petit l’enseignement.

Carl fit un jour l’expérience de donner une interrogation surprise à ses élèves après l’un de ses cours. Le résultat fut épouvantable. Et quelques semaines plus tard, quand il réitéra l’expérience, les résultats ne firent qu’empirer, ce qui lui indiqua que ses élèves ne retenaient en fait que le très faible minimum de ses cours.

Pour venir à bout de ce problème, un changement radical des méthodes traditionnelles d’enseignement est parfois obligatoire, mais tout en restant bien sûr tout à fait faisable. Voici un petit aperçu de certains changements que vous pouvez introduire facilement dès le semestre prochain.  

L’apprentissage actif pour remplacer les longues heures de cours

L’apprentissage actif est une nouvelle approche d’enseignement qui se concentre encore plus sur l’élève. Dans cette approche, l’enseignant met en place différentes techniques pour que l’élève s’intéresse à un sujet particulier et fasse un travail d’investigation approfondi. Une des techniques les plus efficaces de l’apprentissage actif est de diviser un problème en plusieurs sous-problèmes, et de les distribuer à différents groupes d’une même classe. Il est important de veiller à mélanger les groupes d’élèves ainsi que de leur donner des indices pour trouver la meilleure approche.

Comme autres exemples de techniques d’apprentissage actif est le One Minute Paper (papier minute) ou encore le Muddiest Point Paper (le point le plus trouble), ou les élèves ont alors l’occasion d’écrire sur un papier les points les plus importants de la leçon ou alors ceux qu’ils ont trouvés les moins clairs (muddiest = les plus troubles). Les différentes réponses reçues peuvent être alors abordées durant le prochain cours ou encore sur une plateforme en ligne réservée aux élèves.

Ou encore le très populaire brainstorming (échange d’idées) où les élèves sont alors encouragés à développer des idées autour d’un sujet donné. Toutes les idées énoncées, aussi improbables soient-elles, sont alors écrites au tableau.

L’apprentissage actif n’est pas seulement donner plus de responsabilités aux élèves, car il implique aussi de nombreux efforts de la part de l’enseignant. En effet, en plus de connaitre le contenu d’un sujet, l’enseignant doit aussi créer différents types de scenarios interactifs pour stimuler les élèves.

Car contrairement à la croyance populaire, le plus gros problème de distraction en classe ne sont en fait pas les ordinateurs, mais plutôt l’ennui et le manque d’intérêt. La plupart des élèves restent concentrés lorsqu’un sujet leur semble intéressant et a un impact en dehors de la salle de classe. Et c’est pourquoi les professeurs se doivent de chercher et intégrer de nouvelles méthodes d’enseignement pour aider leurs élèves à s’intéresser de manière volontaire à différents sujets.

Créer un environnement plus dynamiquement pour étudier grâce à la technologie

Début 2017, 84% de la population en Europe possédait déjà un smartphone, et environ 23% de cette population avait moins de 24 ans. Ce qui laisse un énorme potentiel pour apporter des méthodes d’éducation innovante grâce à la technologie, car un grand nombre d’élèves est déjà familier avec certains outils technologiques.

La plupart des salles de classes sont d’ailleurs déjà équipées de nombreux types d’appareils dont les professeurs et les élèves peuvent utiliser. Mais cet assemblage de différents types d’appareils peut créer un amas de câbles, de la confusion ainsi qu’une certaine difficulté de maintenance. C’est pourquoi incorporer de nouvelles solutions high-techs, comme Airtame, peut aider grandement à améliorer les salles de classe en se débarrassant de la plupart des câbles et aider les administrateurs informatiques à gérer plus facilement l’ensemble des outils technologiques.

Ce genre de technologie permet aussi de rendre les salles de classes plus aptes à intégrer des techniques d’apprentissage actif car elles permettent entre autres aux enseignants ainsi qu’aux élevés de partager très facilement le contenu d’un ordinateur ou une tablette à un écran ou même un projecteur grâce à la signalisation digitale (Digital Signage).

De plus, il devient de plus en plus évident que les élèves ne veulent pas seulement apprendre des faits aléatoires, mais plutôt comprendre comme les choses fonctionnent ainsi que leur contexte. C’est pourquoi utiliser de nouveaux outils high-techs comme support peut permettre plus de flexibilité et apporter plus de contexte à un sujet. Ce qui explique en partie le succès rencontré par les casques de réalité virtuelle pour l’apprentissage.

Que ça soit pour comprendre le système solaire, l’intérieur d’une voiture ou encore un parler d’un monument historique, le fait de pouvoir visualiser plus précisément un sujet apporte de nombreux avantages, et tout particulièrement pour les élèves possédant une mémoire très visuelle.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur