Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Le webdocumentaire, nouveau canal de sensibilisation des ONG

Créé le dimanche 13 novembre 2011  |  Mise à jour le mercredi 14 décembre 2011

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Le webdocumentaire, nouveau canal de sensibilisation des ONG

Le documentaire est une branche cinématographique qui a depuis longtemps su mettre en lumière les situations insupportables et injustes rencontrées de par le monde. Les ONG ont compris que cela pouvait être une courroie de transmission formidable pour faire prendre conscience au public des difficultés que vivent d’autres individus proches ou lointains. 

Les documentaires sont encore majoritairement diffusés à la télévision. Cependant, si l’Internet a réduit le temps de concentration des spectateurs, il peut sensibiliser un plus large auditoire. Certaines ONG ont opté pour le serious game (qui prend alors aussi l’appellation newsgame), d’autres ont compris qu’il valait la peine d’investir le webdocumentaire pour alerter le public sur des sujets qui sont peu ou pas couverts par les journaux télévisés.

Aller à l’essentiel et être percutant

 

Le webdocumentaire se caractérise par l'assemblage d'images (photos ou vidéos) et de textes, que l'usager peut consulter dans l'ordre qui lui convient. L'essentiel doit être compris en quelques minutes, avant de passer à la séquence suivante. Un bon exemple en est fourni par la Croix-Rouge française qui a créé cette page un an jour pour jour après le séisme de 2010 en Haïti. On se retrouve face à deux panoramas commentés où la dévastation règne, rappelant l’étendue du travail de reconstruction à laquelle devront contribuer les ONG, aux côtés des populations locales et des organismes intergouvernementaux. Dans la même lignée, nous vous avions parlé de "Témoins du dedans" de l’Unicef qui a un fort pouvoir émotionnel.

L’interactivité est largement utilisée pour rapprocher l'Internaute de ce qui lui est présenté. Par exemple, dans La vie à sac de Médecins du monde, on suit quatre récits de destins abîmés (une famille de Roms, un homme sans domicile fixe, une mère et sa fille immigrées en France et vivant dans un appartement insalubre, un réfugié à Calais après la fermeture du centre de Sangatte). Pour introduire chaque partie du documentaire, on doit cliquer sur les éléments d’un sac lié à l’histoire choisie. Tout d’un coup, un passeport, des souliers ou des photos prennent un sens particulier et relie l'usager aux destins personnels qui lui sont présentés, d'où un puissant effet de catharsis. 

Toujours plus pour les curieux

 

Évidemment, si la plupart des internautes apprécient ces séquences courtes, les images-chocs et l’interactivité, certains voudront en savoir plus et aller au-delà des images. C’est pourquoi plusieurs webdocumentaires proposent des sections plus détaillées. Par exemple, la page de la Croix-Rouge française sur Haïti offre plusieurs documents en compléments sur l’histoire du pays, le travail de l’ONG sur place, les différents intervenants et leur rôle, etc.

Autre exemple : présenté par Médecins sans frontières, Urban Survivors nous fait visiter des bidonvilles du monde en vidéos. Une réalité dure et accompagnée de statistiques et textes troublants sur les conditions de chacune de ces « cités ».

A côté des webdocumentaires qui nous parlent de situations lointaines, on en trouve d'autres qui font réfléchir au quotidien dans lequel nous visons. Le Monde propose ainsi un webdocumentaire sur la finance solidaire, abordant ainsi une autre façon de voir et faire de l’économie. Un message fort pertinent à l'heure où des citoyens des pays développés occupent des lieux publics pour réclamer une économie plus juste et enfin tournée vers l'humain. D’ailleurs, le Monde est à l’avant-garde de ces webdocumentaires, ayant une section entièrement dédiée à ce média depuis 2008. Un kaléidoscope formidable de sujets historiques, sociaux et culturels.

À une époque où nous sommes constamment bombardés d’informations et de clips, le webdocumentaire se présente comme un support qui nous permet de comprendre des situations complexes que les médias traditionnels ne prennent plus la peine d'expliquer longuement. Sans avoir la durée d’un long métrage, le webdocumentaire en garde la profondeur et offre la possibilité à chaque spectateur de participer au récit grâce à l'interactivité. Une nouvelle façon de développer le sentiment de solidarité avec les plus démunis et de faire le geste qu'attendent les ONGs : donner. 

« Les ONG investissent le webdocumentaire », la-Croix.com, 4 mars 2011

Illustration : capture d'écran du webdocumentaire "Urban Survivors" réalisé pour le compte de l'ONG Médecins Sans Frontières.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire