Par Christine Vaufrey  | redaction@cursus.edu

Le MOOC, mode d'emploi

Créé le mardi 3 avril 2012  |  Mise à jour le dimanche 7 octobre 2012

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Le MOOC, mode d'emploi

Le format MOOC (Massive Open Online Course) tend à prendre de l'importance dans l'offre de cours en ligne. Du moins, un nombre grandissant de cours ouverts, gratuits et en ligne sont-ils qualifiés de MOOC. Les récentes initiatives du MIT et de Stanford, que nous avons présentées dans un récent article, sont ainsi assimilées à des MOOC par Christine Cupaiuolo dans un billet publié sur le blog Spotlight.

Stricto sensu, ces cours offerts gratuitement à tous ceux qui désirent les suivre relèvent effectivement de la catégorie des MOOC. Mais le MOOC tel qu'il a été envisagé par ses fondateurs et ses plus célèbres représentants, tels qu'il se déploie aussi à la P2P University par exemple et dans nombre d'espaces plus discrets, dispose de caractéristiques qui ne tiennent pas uniquement à son mode de distribution. Or, en l'état actuel des choses, rien ne nous permet d'affirmer que les cours offerts gratuitement par Stanford et le MIT via leurs plateformes dédiées disposent de cette caractéristique essentielle, à savoir l'approche qu'on qualifiera de "connectiviste", à défaut d'un terme plus adapté.

Le MOOC : gratuit, en ligne, ouvert... et beaucoup plus

 

La caractéristique essentielle d'un MOOC tient en effet au mode de construction des connaissances que ce format de cours encourage : ces savoirs et savoir-faire naissent principalement de l'interaction entre les participants au cours, entre les participants et les ressources mises à leur disposition, repérées ou produites par eux, entre les participants et les facilitateurs. Il s'agit là d'une conception de l'apprentissage centrée sur l'apprenant. Ce qui signifie que ce dernier est le principal, pour ne pas dire le seul, responsable de ses apprentissages; de leur quantité, de leur forme, de leur utilisation.

Une approche plus classique de l'apprentissage, plus directive et plus centrée sur le formateur (ce qui implique donc que le formateur ait sélectionné lui-même non seulement ce qu'il fallait apprendre, mais comment il fallait le faire), beaucoup plus répandue dans le monde académique, est donc moins "MOOC-compatible", du moins dans l'esprit. Et il serait risqué, pour l'avenir et la rénovation des modalités de la formation en ligne, de réduire les cours ouverts à tous, gratuits et accessibles via les outils numériques, à leurs seules spécificités techniques de production et de distribution, une fois de plus.

Un guide pour créer un MOOC

 

On prendra conscience des particularités pédagogiques d'un MOOC en lisant le MOOC Guide (évidemment publié en anglais) édité par Inge de Waard et de nombreux contributeurs, à l'issue du MobiMOOC qu'elle avait animé en 2011 -et qu'elle réédite en septembre 2012. Ce guide, publié sur un wiki, donne les points de repère essentiels à qui voudrait se lancer dans la création et l'animation d'un MOOC. On y trouvera dès la page d'introduction l'animation réalisée par Dave Cormier, l'un des concepteurs initiaux du MOOC, qui pointe l'intérêt et les particularités de ce format.

Comme tout environnement structuré d'apprentissage, le MOOC fournit à l'apprenant un facilitateur, de la documentation, une organisation temporelle, et des pairs. Mais l'essentiel est ailleurs :

- Le MOOC privilégie l'interconnexion systématique des participants entre eux d'une part, entre eux et d'autres personnes et ressources d'autre part.

- Cette interconnexion généralisée permet la collaboration ou au moins la discussion.

- Cette collaboration est d'autant plus fructueuse que chacune des personnes engagées produit elle-même de la ressource nouvelle.

- De cette collaboration naîtront les produits que les participants autront décidé de créer, seuls ou en groupe : des articles, des projets, de nouveaux cours... 

- Il n'y a pas de chemin unique dans un MOOC. Chaque participant trouvera le sien. Les ressources proposées et produites ne sont pas centralisées, elles sont distribuées en de multiples espaces numériques, repérables grâce à des signes conventionnels tels que des mots-clés, des hashtags... 

- Les ressources et la structure initiales d'un MOOC ne constituent donc qu'un point de départ, un espace de rassemblement ponctuel; l'essentiel se passe dans un espace beaucoup plus vaste, à géométrie variable, et sur un temps qui déborde largement celui de la distribution du cours lui-même. 

Le MOOC, ou l'auto-gestion de ses apprentissages

 

Certes, ce dispositif ne convient pas à tout le monde, que l'on se place du côté de l'institution ou du côté des apprenants. Le taux de non-participation (ou d'abandon, lorsqu'un MOOC est distribué et crédité par une institution académique d'éducation) y est élevé. Dave Cormier décrit, dans une seconde animation également disponible sur la page d'introduction du MOOC Guide, les cinq étapes à suivre pour en tirer le meilleur parti :

  • S'orienter dans les ressources, les espaces, l'organisation temporelle du cours;
  • S'exprimer sur des supports personnels, tels qu'un blogue (sans doute le support le plus adapté à la rédaction d'articles longs), une page Facebook, un compte Twitter...
  • Participer à un réseau, réagir aux publications des autres, les informer de ses propres publications... C'est à cette étape qu'apparaissent les ressources les plus intéressantes, celles qui sont produites et reliées par les participants;
  • Faire groupe avec un nombre restreint de participants, avec lesquels on aura à l'étape précédente identifié des centres d'intérêt communs, des affinités. Dans ce groupe, les échanges seront plus intenses, plus ciblés aussi;
  • Se fixer un but. C'est selon D. Cormier un point essentiel, qui va démultiplier la valeur de l'apprentissage réalisé. Le participant, seul ou avec les membres du groupe créé à l'étape précédente, décide de ce qu'il va faire avec tout ce qu'il a appris : améliorer ses pratiques d'enseignement, créer un nouveau cours, écrire une série d'articles, proposer une communication à un colloque, etc. 

 

Le guide détaille ensuite les points auxquels il faut penser avant de créer un MOOC :

  • l'existence d'un besoin non rempli de manière satisfaisante par les voies d'apprentissage habituelles;
  • les caractéristiques de l'audience ciblée;
  • les outils à utiliser, qui doivent tout à la fois être familiers à l'audience ciblée et favoriser constamment l'expression des participants;
  • l'opportunité d'intégrer le MOOC à un programme académique (ie offrant la possibilité de le créditer);
  • l'intérêt d'avoir un ou plusieurs facilitateurs (plusieurs rôles sont suggérés);
  • la disponibilité effective et légale des ressources qui seront mises à disposition. 

 

On trouvera également dans ce guide une page très intéressante sur les contraintes et implications de l'apprentissage auto-régulé, et différentes astuces pour composer avec l'énorme quantité de ressources que produit un MOOC. Il ne s'agit évidemment pas de tout lire, de répondre à toutes les sollicitations, mais plutôt de repérer rapidement ses centres d'intérêt et de doser sa participation, sans criande de manquer quelque chose. 

La rédactrice donne enfin quelques suggestions utiles pour structurer et encourager la participation des apprenants. Il peut être par exemple intéressant de leur proposer d'intégrer rapidement des groupes, et de définir très tôt le type de participation qu'ils sont en mesure d'assurer (passif, actif ponctuellement, actif régulièrement), en fonction de leur disponibilité. 

Il est absolument regrettable qu'aucun acteur francophone de l'éducation ne se soit encore lancé dans la création d'un MOOC (Edit : Ouverture du cours en ligne et en accès libre : Internet, tout y est pour apprendre !). Les ressources nécessaires à la mise en place d'une telle entreprise commencent à apparaître dont la traduction collaborative de ce guide du MOOC en français. Mais au-delà de la frilosité éventuelle des individus, c'est sans doute la volonté et le support d'institutions innovantes qui manquent aux bonnes volontés. N'oublions pas en effet que, si Dave CormierStephen Downes et George Siemens ont pu donner un tel éclat à leurs MOOC, c'est parce qu'ils étaient soutenus par l'université de l'Ile du Prince Edward pour le premier, le Conseil national de recherches du Canada pour le deuxième, l'université d'Athabasca, toujours au Canada, pour le troisième.

 

Quelques lectures : 

MOOC Guide. Inge de Waard et al. sur Wikispace

Cours en ligne gratuits : on n'a encore rien vu. C. Vaufrey, 6 mars 2012

The History and Future of MOOCs and the New Open Education Week. C. Cupaiuolo, Spotlight, 7 mars 2012

Le rôle inaliénable des institutions éducatives : au-delà des traditions, rien à craindre du web 3.0. Denys Lamontagne, 23 août 2010.

Des cours en ligne massivement multi-apprenants. C. Vaufrey, 22 février 2011

Pour un véritable apprentissage augmenté. C. Vaufrey, 6 février 2012

 

Un MOOC The Georgia Tech MOOC, animé par D. Cormier, S. Downes et G. Siemens

 

photo : PhOtOnQuAnTiQuE via photopin cc

Poster un commentaire

Commentaires

5 commentaires

Icône - Visage inconnu
  • Duport
  • 4 avril 2012 à 01 h 01

Du MOOC sans le savoir

Dans le cadre de l'expérimentation C2I2E de FormaVia, on fait pour partie du MOOC sans le savoir.

On organise des micro-conférences qui sont produites par les participants ou autres personnes intéressées par la démarche. Sur les six premières, deux ont été produites par l'équipe d'animation.

Cela se passe en trois temps. Le conférencier produit une présentation : powerpoint, prezi, carte mentale, autres qu'il publie sur un site tiers de type slideshare. Il enregistre ensuite sa conférence pour en faire une video qui sera publié sur dailymotion. Le jour de la conférence, l'ensemble est publié et on organise une conférence téléphonique avec un pad pour prendre des notes et interagir avec le présentateur.

Le format est en train de s'ouvrir à toutes les personnes intéressées par le sujet. C'est un début.

Répondre
Icône - christinava
  • Christine Vaufrey
  • 10 avril 2012 à 04 h 04

Bravo Formavia

Bonjour François,

Oui, Formavia est un espace accueillant à l'innovation. Je ne parlerais pas de MOOC pour l'activité que tu évoques, mais d'apprentissage distribué. C'est une composante du MOOC effectivement, et essentielle, puisque ce sont les apprenants qui fournissent la matière de l'apprentissage. L'ouverture à toutes les personnes intéressées (et donc, qui savent que ça existe...) va être une étape décisive. Bravo en tout cas !

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Apprendre2.0
  • 12 novembre 2012 à 06 h 06

Un MOOC francophone existe depuis plus de 5 ans !!

Bonjour, Je suis membre d'Apprendre2.0 ( http://www.apprendre2point0.org ) un réseau social qui fonctionne comme un MOOC depuis 2007. Plus de 2000 membres sont comme moi inscrits au réseau et lisent et réfléchissent grâce aux ressources et réflexions publiées chaque semaines. Cela fait 5 ans que nous apprenons ensemble, et la plupart des premiers utilisateurs sont toujours là ! Ce qui est vraiment intéressant c'est de constater l'évolution que notre réflexion a suivi :)) Je m'y suis inscrit par curiosité, j'ai appris par plaisir et suis resté car j'apprends toujours ! Je ne participe plus beaucoup, si ce n'est en proposant quelques lectures via la "veille collaborative". Question de temps ... Je trouve des choses très intéressantes dans les discussions/commentaires mais n'ayant que "peu de temps", je commente rarement. C'est la limite de ce genre de dispositif ... dans le temps, une fois que l'on a atteins son objectif personnel, on joue le rôle facilitateur quelques semaines, puis on a tendance à prendre de la distance. Je vous parle de http://www.apprendre2point0.org/ en réaction à "Il est absolument regrettable qu'aucun acteur francophone de l'éducation ne se soit encore lancé dans la création d'un MOOC". Apprendre2.0 est pour moi un MOOC francophone, lancé certes par des bénévoles et non le gouvernement. Mais il s'agit à mes yeux de réels acteurs de l'éducation !! J'invite d'ailleurs le comité de rédaction à envisager un article sur ce réseau, il mérite d'être connu :)

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Maxime Beaugeois
  • 17 janvier 2013 à 09 h 09

Unisciel sur la voie du MOOC

Article très intéressant et qui correspond à la vision que Unisciel a des MOOC. Le cursus UEL (UEL.unisciel.fr) aborde déjà ces notions pour toute la licence. D'ici peu, nous vous donnerons des nouvelles sur un beau projet qui devrait aboutir au printemps.

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Robin
  • 23 août 2013 à 10 h 10

Certaines écoles privées françaises se lancent dans l\'aventure MOOC

C'est le cas par exemple de l’école Adonis qui lance son MOOC en novembre 2013 pour les préparations aux concours Infirmier, Orthophoniste, Ergothérapeute et Educateur Informations/Inscriptions : http://www.groupe-adonis.fr/mooc

Répondre