Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Savoir reconnaître une photo truquée en ligne

Créé le dimanche 18 novembre 2012  |  Mise à jour le dimanche 9 décembre 2012

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Savoir reconnaître une photo truquée en ligne Une image officielle du métro new-yorkais complètement vide pendant l'ouragan Sandy

Voici la première chose que l'on doit avoir à l'esprit lorsqu'on surfe sur la Toile : il ne faut pas prendre ce qu'on y voit pour argent comptant. Surtout quand les images relatent des évènements très médiatisés. Parce qu'aujourd'hui, la retouche de photos est à la portée de tous et bien des petits malins l'utilisent pour créer des images qui impressionnent, mais qui se révèlent fausses dans bien des cas. L'actualité est une bonne source de création pour ces canulars et bien des internautes partagent de fausses images ou des « mèmes » sur les réseaux sociaux, sans le savoir. Il peut même arriver que des médias reprennent ces photographies sans vérifier systématiquement leur authenticité.

L'ouragan Sandy qui a frappé la côte Est américaine à la fin du mois d'octobre 2012 a généré un nombre incroyable de clichés sur la Toile. Bien sûr, de nombreuses images montrent véritablement la destruction et les inondations qu'ont subi les États de New York et du New Jersey, entre autres. Mais quelques-unes, qui ont pourtant beaucoup circulé, ne sont que d'habiles montages ou des photos prises ailleurs. À un point tel que des médias ont commencé à s'intéresser à ce phénomène des faux pour alerter les internautes et leur éviter de les disséminer sur le Net.

Des habitudes à prendre pour discerner le vrai du faux

 

Buzzfeed propose un exercice très simple : 11 photos, prétendument prises durant ou après le passage de l'ouragan, sont montrées et vous devez dire si elles sont véridiques ou fausses. Si certaines images truquées sont évidentes (des requins se promenant dans les rues inondées de New York), d'autres sont trompeuses, car il s'agit de clichés provenant de catastrophes naturelles antérieures ou des montages habilement réalisés. Et certaines photos authentiques semblent fabriquées tant elles sont impressionnantes.

Ce simple exercice démontre à quel point, en 2012, il n'est pas aisé de discerner la réalité de la supercherie. Le journaliste Alexis C. Madrigal du magazine The Atlantic a donc rassemblé les images qui ont circulé sur les réseaux sociaux par rapport à ce désastre et a trié le vrai du faux.

Des règles simples ressortent de son texte pour discerner ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas. La plupart des photos authentifiées ont été mises en ligne par des organismes reconnus et des photographes qui peuvent attester de leur présence sur les lieux touchés par l'ouragan. Dans certains cas, aussi, plusieurs personnes ont photographié la même scène, mais sous des angles différents. Comme l'explique l'article de Madrigal et celui-ci du journaliste Erwann Gaucher, il peut être intéressant de comparer l'image qui circule avec une photo ancienne prise au même endroit. Reconnaît-on les bâtiments ? Y a-t-il des éléments bizarres ? Manque-t-il des objets comme un panneau de stop dans la rue, des fils électriques, une maison au toit particulier ? Etc. Car en général, les petits farceurs qui font des montages omettent ces détails afin de publier le plus rapidement possible leur création.

Gaucher propose aussi d'utiliser le moteur gratuit de recherche d'images Tin Eye qui permet de savoir si une image similaire a déjà été mise sur le Web auparavant. En vérifiant aussi les informations Exif de l'image (notamment avec ce site, ou par le biais d'une extension pour navigateur), l'internaute peut être informé de l'appareil utilisé, de la date et de l'heure de la prise de vue, etc. Si ces données n'accompagnent pas le cliché, c'est sans doute qu'il s'agit d'un faux. 

Education aux médias pour tous

 

Les citoyens doivent donc être conscients de la réalité de ces fausses images pour éviter de les propager et laisser croire n'importe quoi. C'est pourquoi l'éducation aux médias est essentielle pour les petits et les grands qui tombent souvent dans le panneau. L'histoire des faux clichés de Sandy peut être très pédagogique à cet effet. Le site Presse à l'école a d'ailleurs réuni de nombreux articles et références afin que les enseignants puissent s'en servir pour créer des scénarios didactiques sur cet ouragan qui a fortement affecté la Grosse Pomme. 

Crédit image: Image officielle de la MTA (Metropolitan Transportation Authority of the State of New York) MTAPhotos via photopin cc

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire