Par Christine Vaufrey  | redaction@cursus.edu

L'environnement personnel d'apprentissage : les relations avant les outils

Créé le lundi 28 janvier 2013  |  Mise à jour le dimanche 20 octobre 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

L'environnement personnel d'apprentissage : les relations avant les outils

Quand on réfléchit aux relations compliquées qu'entretiennent la culture numérique ambiante et les tâches intellectuelles, l'entrée par les outils est à la fois la plus simple, la plus effrayante et la plus trompeuse.

La plus simple parce que les outils et applications sont les indices visibles de la transformation opérée par les industries numériques sur certaines tâches dites intellectuelles : chercher et diffuser des informations, écrire des articles, préparer un cours, débattre avec des pairs du bien fondé de telle ou telle approche, etc. 

La plus effrayante car face à l'unicité de l'humain et au coût associé à la valeur de ses actions, les outils semblent effectivement être dotés de qualités tristement écrasantes : ils peuvent faire et refaire les mêmes tâches ad libitum, ils sont toujours disponibles, ils tombent rarement en panne et quand cela arrive, peuvent rapidement être remplacés... Bref, la profusion d'applications numériques rejoue devant nous, et avec notre complicité, la tragédie de la déshumanisation du travail liée successivement à l'ère industrielle, au travail à la chaîne puis à l'automatisation de tâches de plus en plus nombreuses. 

Cette approche est aussi la plus trompeuse; car l'outil sans la volonté et l'intelligence qui l'animent ne peut pas grand chose. Certes, les systèmes dits intelligents se multiplient. Mais il est illusoire de penser que dans un avenir proche, l'enseignement, l'apprentissage et d'autres tâches réclamant une part de créativité et de savoir-faire difficilement modélisables disparaîtront. Ce qui risque fort de disparaître en revanche, c'est la part médiocre et répétitive de l'enseignement, celle qui se réduit à la présentation d'un matériel banal devant des élèves qui s'ennuient. Nul ne s'en plaindra.

Un EAP n'est pas une collection d'outils (ou pas seulement)

 

Quittons maintenant le niveau le plus général pour nous attacher aux représentations les plus courantes de l'environnement d'apprentissage personnel (EAP, ou PLE personal learning environment en anglais, cet acronyme anglo-saxon étant en passe de devenir multilangue). Si ce concept n'a pas un grand succès chez les francophones, il n'en est pas de même chez les anglophones ou les hispanophones, qui rivalisent d'articles, de communications et de représentations de l'EAP. Cristóbal Suarez Guerrero, enseignant à l'université de Valence (Espagne), tient un wiki dans lequel il collecte toutes les représentations visuelles de l'EAP. Il a classé ces représentations en quatre catégories : orientées outils, orientées usages / action, orientées utilisateur, et les autres, qui empruntent des éléments aux différentes catégories. La première catégorie, qui présente l'EAP comme une collection d'outils, est largement majoritaire. Suarez Guerrero en a en effet collecté 41 (contre 14 orientées action, 3 orientées utilisateur, 15 autres).

Voici l'une de ces représentations orientée outils :

Source : Martin Weller - My personal work/leisure/learning environment - http://nogoodreason.typepad.co.uk/no_good_reason/2007/12/my-personal-wor.html

Certaines représentations sont moins explicites sur le nom des outils utilisés et se contentent de lister des fonctions. Mais manifestement, les icônes avec le logo des outils ont beaucoup de succès, sans doute parce qu'ils mettent de la couleur dans des représentations austères et constituent des points de repère largement connus pour ceux qui regardent ces beaux schémas. On en retrouve donc dans toutes les catégories élaborées par Suarez Guerrero. Certains auteurs n'hésitent pas à valoriser les outils sans plus d'explication, supposant sans doute que tout le monde sait à quoi servent ces jolies vignettes et comment s'effectuent les articulations : 

Source : A J Cann, PLE Presentation - http://www.microbiologybytes.com/tutorials/ple/ple5.html

Dans toutes ces représentations, le rôle accordé aux outils est flatteur : il se confond avec l'action et, par extension, l'apprentissage. Par exemple, utilisez Blogger pour ouvrir un blogue et, comme par magie, vous écrirez de bons bllets de blog et, avec encore un peu de magie, cela constituera la preuve que vous avez appris. 

L'outil ne fait pas l'apprenant

 

Malheureusement, les choses ne sont pas aussi simples, et on le constate tous les jours. Il ne suffit pas de rendre compte d'une conférence en direct avec Twitter pour 1) transmettre des informations intéressantes et 2) retenir ce que dit le conférencier. Il ne suffit évidemment pas de collecter les références de ressources intéressantes avec un outil tel que Diigo pour 1) les lire et 2) les comprendre et en faire la synthèse. Il ne suffit pas enfin d'avoir un compte Facebook pour 1) rencontrer des gens intéressants et 2) nouer des échanges réellement porteurs d'apprentissages.

Cristóbal Suarez Guerrero en est parfaitement conscient. Dans ses nombreux écrits et présentations sur le thème de l'EAP (voir au bas de l'article), il insiste sur le fait que l'EAP se compose d'au moins quatre éléments : des outils bien sûr, mais aussi des sources d'information fiables, des connexions avec des pairs et des activités réalisées avec suffisamment d'intensité et de constance pour être porteuses d'apprentissage. Suarez Guerrero souligne surtout que l'EAP est le reflet d'un état d'esprit, une manière de penser, de réaliser et de ressentir l'apprentissage en réseau. La dimension sociale (et non technique) est primordiale dans la vision de l'EAP qu'il défend, tout comme George Siemens ou Alec Couros, par exemple. Cette dimension sociale est présente dans toutes les fonctions de l'EAP : la recherche d'information, le classement des informations, leur mise en perspective, et enfin leur réutilisation dans de nouvelles productions. 

Cette activité n'est pas exclusivement numérique; elle intègre bien entendu des composantes de la réalité physique de l'individu. Alec Couros est l'auteur de ces deux schémas qui montrent l'évolution de l'environnement d'apprentissage de l'enseignant : 

- avant la généralisation des outils numériques et de l'accès à Internet :

- depuis la généralisation des outils numériques et de l'accès à Internet :

 

C'est quoi, ce qu'il faut apprendre ?

 

Cet enrichissement considérable du réseau d'information et d'apprentissage s'est accompagné d'une injonction de plus en plus forte à prendre en main soi-même son apprentissage. Ce qui a provoqué l'émergence du concept d'environnement d'apprentissage personnel. Mais les états d'esprit ont changé moins vite que les environnements; de nombreuses personnes désireuses d'en apprendre sur tel ou tel sujet n'ont pas tout à fait terminé leur révolution intelectuelle : elles attendent toujours que les objets d'apprentissage viennent à elles. Elles se rendent sur Twitter (ou sur Diigo, Blogger, Pinterest...) comme elles vont en classe, attendant qu'un prof se manifeste et dise ce qu'il faut retenir. En l'absence dudit prof, les messages les plus retransmis feront l'affaire. Comme le dit Couros, une fois de plus : "Si vous pensez, globalement, qu'Internet est un endroit où "on trouve des trucs", vous allez en manquer la meilleure partie". 

La description des EAP par ses outils encourage évidemment cette attitude passive. À ces représentations simplistes, qui sous-estiment totalement l'activité et la volonté des individus en interaction pour apprendre, nous préférons celle-ci créée par Jordi Jubany avec Prezi : 

Des fonctions, des images fortement évocatrices, voilà qui laisse pleine liberté à chacun de choisir ses outils et donne envie de construire son propre EAP. Seul problème, la présentation est en catalan, ce qui limite quelque peu l'ampleur du partage. Mais cette question linguistique a finalement du bon : elle souligne le fait que chaque EAP est personnel, qu'on ne le partage qu'en partie et que même sans comprendre un texte à la lettre, on peut en tirer suffisamment d'inspiration pour avancer. 

Sources 

Cristóbal Suarez Guerrero :

PLE Diagrams, edtechpost

Sociedad Red y PLE (diaporama). Slideshare, 24 juin 2012.

Educación y Virtualidad - Avances interdisciplinarios en materia educativa y virtual. Blog.

Alec Couros : Why Networks Matter in Teaching and Learning (diaporama). Slideshare, 12 juillet 2012.

Jordi Jubany : El teu PLE. De la Societat Digital a les Aules, 2 octobre 2011.

 

Illustration de titre : Mr_Stein, Flickr, licence CC BY-NC-SA 2.0

 

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • Jean-Claude Plourde
  • 22 octobre 2013 à 08 h 08

Au delà du système

Bonjour à vous toutes et tous, Très bon article. L'intégration d'outils numériques, (systèmes) font parti du modèle d'affaires actuel prédominant dans une grande partie des transformations des entreprises. C'est sous cet axe que sont souvent posées les premières actions pour implanter un changement dans l'organisation parfois avec des efforts couteux et des échecs douloureux. La cartographie du processus aurait très souvent permis de faire un meilleur choix de l'outil numérique. Le parallèle avec l'environnement d'apprentissage personnel est frappant . Le processus doit venir avant le système. Salutations!

Répondre