Par Philippe Menkoué  | p.menkoue@cursus.edu

Les différents visages de l’intelligence

Créé le mardi 8 avril 2014  |  Mise à jour le mardi 8 avril 2014

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Les différents visages de l’intelligence

« Capacité du cerveau à transmettre sans erreur de l’information », « capacité à résoudre par la pensée des problèmes nouveaux », « aptitude individuelle à réfléchir et à comprendre », « faculté innée d’adaptation »… les (tentatives de) définitions de l’intelligence sont légions. Les unes aussi pertinentes que les autres le plus souvent. Une pertinence qui évidemment, varie selon les « disciplines » et les contextes. Car, le débat autour de l’intelligence ne semble plus être l’apanage des seules sciences humaines (au sens strict de l'expression). Economie, politique et même environnement, il s'est imposé à d'autres domaines. Mais c’est quoi au juste être intelligent ? L’intelligence n'a-elle pas plusieurs dimensions ? Est-ce une donnée réellement mesurable ? Et si ce n’était qu’un concept fourre-tout au final ?

C’est quoi être intelligent au fond?

Tout comprendre mieux (et plus vite) que tout le monde ? Etre apte à anticiper les évènements futurs? Faire preuve de finesse d’esprit ? Etre malin ? La notion d’intelligence a de multiples facettes et les spécialistes des sciences humaines (psychologues en tête) ont du mal à s’accorder. Si le psychologue américain Robert J. Sternberg la définit comme étant « l’autorégulation mentale (développement de règles, exécution, évaluation) qui donne au sujet les moyens de se gouverner de façon que ses pensés et actions soient organisées, cohérentes et sensibles aux demandes de l’environnement interne et externe», le pédagogue (et psychologue) français Alfred Binet quant à lui, la percevait au début du XXe siècle comme «une faculté de connaissance, qui est dirigée vers le monde extérieur, et qui travaille à le reconstruire en entier… », tandis que pour le célèbre généticien français Albert Jacquard, être intelligent c’est tout simplement avoir la faculté de comprendre et selon qui l’intelligence « est toujours l'aboutissement d'une aventure individuelle, nourrie par les stimuli extérieurs ». 

L’intelligence : un concept multidimensionnel ? 

Selon J. Horn: «L’intelligence en tant qu’entité unique n’existe pas ; ce qui existe, c’est une série d’habiletés cognitives s’inscrivant dans des domaines déjà très vastes tels que : la pensée visuelle, la pensée auditive, la mémoire à court terme, la mémoire à long terme, la flexibilité du raisonnement, etc. ». Car, cette faculté propre à l’être humain d’apprendre, de comprendre et d’établir des liens entre les choses, n’est certes pas la même chez tous, mais surtout, ne s’applique pas à tous les domaines de la vie chez un individu, d’où (peut-être) cette pluralité d’intelligences chez un même individu. Sinon, comment expliquer qu’un enfant qui excelle dans le maniement des subtilités du langage peut utiliser moins bien le raisonnement abstrait, alors que tel autre brillant en mathématiques est incapable de gérer sa vie au quotidien comme le souligne Franck Ramus, directeur de recherches au CNRS, à l’Institut de recherche sur la cognition ? Ceux que l’ont dit surdoués le sont-ils systématiquement de la manière dans toutes les disciplines ? D'ailleurs, est-ce bien malin de prétendre mesurer une notion qui semble aussi abstraite?

Mesurer l’intelligence : une aberration ?

Tester son Quotient Intellectuel (QI) est presque devenu une obsession pour nombre d’entre nous et les créateurs de tests en ligne plus ou moins sérieux profitent de notre désir de nous voir entrer dans certaines cases. Cependant, bien que les tests de QI fassent office de « critères rationnels » permettant de déterminer l’intelligence humaine, leur pertinence divise depuis longtemps la communauté scientifique. Les psychologues sont de plus en plus nombreux à tirer la sonnette d’alarme et nous mettent en garde. Ainsi, pour Sylvain Michelet « On voit dans le QI le reflet de prédispositions innées, alors qu’il est le résultat d’un acquis. On le croit immuable, alors que l’on peut s’y entraîner; gage de réussite, alors qu’il ne garantit rien… ». Une « vision réductrice » que fustige Florence Noguès lorsqu’elle s’interroge sur le caractère purement cognitif attribué à l’intelligence par ces tests, avant d’affirmer qu’il n’est « pas exact de considérer l'intelligence comme un reflet exclusif de la cognition ». Pour elle, « la compréhension et la gestion des émotions contribuent également, dans une certaine proportion, à la mise en œuvre de conduites intelligentes » insinuant peut-être ainsi que l’intelligence résulte également des interactions entre l’individu et son milieu de vie. L’intelligence serait-elle ainsi une affaire de groupes également ?

Un concept fourre-tout, au final ?

Bien que le débat sur la notion d’intelligence ait beaucoup évolué au fil des années, il semble cependant rester profondément marqué par les nombreux clivages observés au sein de la communauté scientifique au point où,  les mêmes interrogations semblent subsister en dépit des supposées avancées.

Innée ? Acquise ? Immuable ou en perpétuel changement ? Fruit des différentes interactions entre l’individu et son milieu de vie ? Quelle que soit la théorie qui la sous-tend et/ou les méthodes utilisées pour l’évaluer, la communauté scientifique, comme l’affirme Jean Paschoud dans son excellente synthèse déidiée aux travaux sur 'intelligence (pdf), semble au moins s’accorder sur un fait : l’intelligence renferme la « capacité à apprendre à partir de l’expérience et celle de s’adapter à des problèmes nouveaux ». Et, comme le rappelle Franck Ramus « l’observation de ces différences individuelles n’enlève rien à l’intuition d’une forme d’intelligence générale qui s’appliquerait à de nombreux domaines de la vie ».

 

Références :

- Jacquard, Albert. « Qu’est ce que cela veut dire être intelligent ?». Le Nouvel Observateur, 13 septembre 2013. Lien : http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20130912.OBS6824/albert-jacquard-qu-est-ce-que-cela-veut-dire-l-intelligence.html

- Ramus, Franck. « L’intelligence humaine dans tous ses états ». Cerveau et Psycho – L’essentiel N° 9 février-avril 2012. Lien : http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/article-l-intelligence-humaine-dans-tous-ses-etats-29036.php

- Michelet, Sylvain. « Qu’est ce qu’être intelligent ? ». Psychologies.com. Date de consultation : 08 avril 2014. Lien : http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Personnalite/Articles-et-Dossiers/Qu-est-ce-qu-etre-intelligent

- Noguès, Florence. « Peut-on mesurer l’intelligence ? ». Doctissimo. 20 février 2009. Lien:http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2000/mag1110/dossier/sa_2933_mesurer_intelligence.htm

- Paschoud, Jean. « Intelligence : problème de définition(s) ». Psychologie générale. 2004. Lien : http://www.psychotheque.ch/cours/INTELLIGENCE.pdf

Illustration : art4all, Shutterstock.com

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire