Par Gamra ZENAIDI  | zen_gam@yahoo.fr

L'évaluation par les pairs dans les universités : utile aux chercheurs comme aux étudiants

Créé le mercredi 13 janvier 2010  |  Mise à jour le jeudi 15 mars 2012

L'évaluation par les pairs ou Peer Review est de plus en plus utilisée à tous les niveaux de l'apprentissage. A l'école et au collège, certains élèves apprennent très tôt à réviser le travail de leurs co-apprenants, à exprimer leur feedback sous le regard vigilant de leurs enseignants et en tenant compte de leurs conseils.

Au niveau de l'université, c'est un principe fondamental de la recherche scientifique, que ce soit pour les sciences dites ''exactes'' ou les sciences humaines et sociales. Elle est utilisée aussi bien pour ce qui concerne la publication d'articles dans des revues que pour le recrutement et l'avancement des enseignants-chercheurs. Mais vous conviendrez avec moi que les opinions diffèrent quant à son efficacité et sa crédibilité, d'où la remise en cause de ce procédé d'évaluation.

Evaluation scientifique par les pairs: enjeux et limites

En 2009, dans un dossier intitulé Productivité et qualité scientifique : avec quelles publications compter ?, l'INRP (Institut national de recherche pédagogique, France) publie notamment un article d'Olivier Rey : '' Évaluation par les pairs vs évaluation par les chiffres: Peut-on et faut-il vraiment tout lire? L'évaluation par les pairs et ses limites''. Oliver Rey met en évidence que, compte-tenu de la charge énorme imposée aux évaluateurs, tant pour collecter les données et préparer les dossiers d'évaluation que pour lire des centaines de pages et apprécier les productions scientifiques, l'évaluation par les pairs a ses limites. Il pointe surtout que ce mode d'évaluation aboutit à peu près aux mêmes résultats que les évaluations chiffrées, dont les chercheurs ont horreur mais qui sont tant appréciées des décideurs...

L'évaluation par les pairs, qui consomme tant de ressources en temps et en énergie, doit-elle être remplacée par de solides grilles d'évaluation automatique ? Ce n'est pas ce que pense Laurent Nottale qui analyse dans ''La crise du système d'évaluation scientifique'' (2005 - pdf) le dispositif d'évaluation tel qu'il est mis en oeuvre au CNRS; en revanche, il invite à une vigoureuse remise à plat du dispositif et tire la sonnette d'alarme sur ''les dérives graves du système d'évaluation''.

Evaluation par les pairs entre étudiants : une visée formative

Mais quittons la recherche internationale pour revenir au plus près de l'autre mission de l'université, l'enseignement, et entrons dans les classes et les amphis. Là aussi, on y expérimente l'évaluation par les pairs, cette fois entre étudiants, et dans une optique formative.

C'est bien dans cette perspective que le billet Evaluer ou être évalué, telle est la question publié par Amaury Daele sur son blog "Pédagogie universitaire - Enseigner et apprendre dans l'enseignement supérieur" nous propose des pistes d'application de l'évaluation par les pairs avec les étudiants. A. Daele, sur la base des résultats d'une expérimentation réalisée sur le sujet, retient trois points essentiels à une utilisation efficace de l'évaluation par les pairs : 

  • C'est à l'enseignant de définir, de clarifier et de veiller au respect des critères d'évaluation que les étudiants- évaluateurs vont utiliser pour évaluer un travail spécifique de leurs co-apprenants et s'auto-évaluer.
  • Il faut notamment insister sur la qualité des feedbacks à transmettre aux pairs, de manière à ce qu'ils fournissent réellement une aide, mais aussi pour que chaque étudiant s'approprie les consignes d'évaluation et améliore sa production.
  • L'enseignant doit être convaincu que les étudiants  acquièrent grâce à ce processus des habitudes d'auto-évaluation qui influenceront l'ensemble de leurs apprentissages.

 Certes, ce processus ne pourra être valide qu'avec l'assistance et le suivi régulier de l'enseignant à qui revient la tâche de la validation finale. Par conséquent, le recours à l'évaluation par les pairs ne devrait pas se faire d'une manière systématique mais quand l'activité s'y apprête et quand on a suffisamment équipé ses étudiants de ce savoir-faire.

Et l'on peut penser que des étudiants formés très tôt à l'évaluation par les pairs feront de bons évaluateurs lorsqu'ils auront intégré le monde professionnel et, pourquoi pas, les cimaises de la recherche universitaire.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire