Par Om El Khir Missaoui  | ok.missaoui@cursus.edu

Le TBI est-il vraiment interactif ?

Créé le mardi 7 décembre 2010  |  Mise à jour le samedi 2 juillet 2011

Le TBI est-il vraiment interactif ?

Le TBI (tableau blanc interactif), ses apports et ses limites, voilà un sujet actuellement sur la sellette notamment à l'occasion de la tenue du salon Educatec-Educatice et de la parution d'un guide thématique sur Carrefour éducation : Un TBI dans ma classe et alors ?. Le recul par rapport à plusieurs années d'utilisation et certaines études relatives à l'impact sur les modèles et processus d'apprentissage ainsi que les résultats scolaires, permettent une analyse des pratiques pour une meilleure utilisation de l'outil.

Réserves formulées contre le TBI

Les griefs principaux évoqués dans plusieurs billets de blogues résident d'abord dans le prix élevé de l'outil et la propension des utilisateurs, notamment au début, à l'utiliser  comme un simple vidéoprojecteur. L'enseignant reconduit souvent une attitude longtemps combattue par la pédagogie participative. En effet, le travail sur le TBI peut amener à un enseignement frontal et magistral où l'enseignant expose et les élèves écoutent, ce qui engendre la passivité des apprenants. Il s'ensuivrait que, et même si de l'avis de tous la motivation des élèves est accrue, l'impact sur les résultats scolaires n'est ni évident, ni prouvé.

Les enseignants appréhendent pour leur part la difficulté de prise en main de l'outil et renâclent devant le temps à consacrer à la préparation des activités. Passé le temps de l'émerveillement et des faux espoirs qui présument de la magie de l'outil, comme cela a été le cas avec cet enseignant qui demandait au formateur de lui téléverser les leçons pour qu'il commence de suite à utiliser le TBI, on se rend compte que tout le travail relève des stratégies pédagogiques à mettre en oeuvre pour exploiter l'interactivité permise par le TBI. Le même problème se pose du côté des élèves qui doivent maitriser des stratégies complexes avec la manipulation de fichiers son, vidéo, des diaporamas et toutes les ressources pour les TBI.

Des pratiques et des témoignages qui prouvent l'efficacité du produit

Pourtant des enseignants et des élèves enthousiastes et qui croient dur comme fer à l'évolution de leurs pratiques avec l'usage des TBI, il en existe à profusion. Des témoignages dans toutes les disciplines d'enseignement et tous les niveaux révèlent que l'on peut exploiter l'interactivité du TBI en construisant des documents avec les élèves en tenant compte de leurs idées et de leurs représentations : on peut effacer, refaire mais aussi garder des étapes, explorer des hypothèses parallèles, etc. Outre l'accroissement de la motivation, le comportement même des élèves peut être amélioré vers davantage d'implication, d'autonomie et de responsabilité.

Quelques études de terrain : des résultats encourageants

Les résultats d’études récentes montrent une corrélation positive entre l’usage du TBI et les résultats scolaires des élèves. Un facteur clé est présenté : le temps d’expérience des enseignants. D'où les recommandations suivantes :

  • Envisager la mise en place des usages du TBI dans le cadre d’un projet à long terme.
  • Établir des objectifs concrets, tout en sachant qu’il faut un certain temps d’expérience (quelques années) pour que cet outil soit effectivement intégré dans la pratique pédagogique des enseignants.

Une seconde étude met en évidence deux autres facteurs clés de l’intégration du tableau interactif : la qualité de la formation délivrée aux enseignants et la capacité à franchir certaines étapes.  

Les trois étapes ou usages identifiés sont : 

  • Support à la didactique : le TBI est essentiellement un support de projection, qui peut apparaître comme une nouveauté pour les élèves, mais qui n’est pas utilisé pour l’interactivité.
  • Interactivité : l’usage du TBI incorpore des éléments (démonstrations, tests de concepts, images, etc.) qui stimulent les élèves à réfléchir et à résoudre des problèmes, mais il est utilisé essentiellement comme un tableau classique, avec des fonctionnalités innovantes (annotation du document projeté, soulignage de texte, enregistrement des annotations, etc.).
  • Interactivité améliorée : le TBI devient un moyen de susciter la discussion, de développer des hypothèses et de les tester, en utilisant différentes applications logicielles. Il permet, par exemple, d’accéder à Internet et à des documents enregistrés sur un ordinateur en réseau. L’enseignant peut faire de cette consultation une opportunité pour montrer aux élèves la démarche d’une recherche d’informations.

On recommande dans ce sens de favoriser les échanges entre enseignants débutants et expérimentés, d'intégrer les théories sur l'apprentissage dans la formation continue des enseignants et de créer un accès informel à l'aide technique et pédagogique pour aider les enseignants à franchir les étapes.

L'évolution est engendrée par les approches pédagogiques et non par l'outil

Selon Claude Frenette : « Le TBI n’est probablement pas une révolution. Une évolution par rapport aux tableaux verts, oui. On devrait plutôt le comparer à un ordinateur branché à un projecteur. Là, il y une petite évolution qui est quand même intéressante. La possibilité de manipuler, d’annoter ce qu’on met au tableau, conserver les traces et modifier à nouveau, tout cela amène un travail interactif. » À son avis, la révolution, si elle y était, serait que le TBI amène les enseignants à un changement de pratique qui laisserait plus de place à l’élève en l’exploitant de façon plus interactive, en laissant plus de place à la découverte, à l’expérimentation. « C’est ce que l’enseignant va faire de son TBI qui peut constituer une révolution. »

Comme l'affirme Isabelle Masset, le TBI est un outil au même titre qu’un ordinateur portable, il doit amener un changement dans la méthode d’enseignement. Ce qui est important, c’est d’aller chercher la motivation de l’enfant, que ce soit avec les technologies ou non. C’est le rôle de l’enseignant.
La mise en commun, la sauvegarde des traces, l'accès à de multiples ressources, l'interactivité sont autant de possibilités qu'offre le tableau blanc interactif. Offrir l'accès de ce tableau tactile aux élèves peut être parfois ardu ou oublié. Naviguer sur un site Internet, consulter un logiciel de référence, noter des idées, revenir sur une résolution de problème, répondre à des questions de recherche en équipe ou en grand groupe démontrent bien l'authenticité qu'apporte cet outil dans la classe.

Il n'y a pas d'outils spécifiquement destinés à être utilisés avec un tableau tactile, mis à part les logiciels de création de leçons interactives (Notebook, ActivInspire, ActivStudio, InterWrite...). Bref, tous les logiciels, sites, applications en ligne sont à la portée des enseignants et des élèves dans la classe, il suffit d'orienter l'élève vers la construction, la coconstruction, le raisonnement par la différenciation de nos approches pédagogiques. 

Par contre, certains logiciels offrent des outils virtuels, des images et des explications de phénomènes en temps réel, des simulations et des animations qui facilitent l'interactivité sur le tableau tactile et motivent les apprenants dans la construction de leur apprentissage.

Possibilité d'équipement à bas prix et mutualisation des ressources

Pour contourner le prix élevé et les inégalités d'accès à la technologie TBI, on sait maintenant qu'on peut bénéficier d'un TNI à un prix défiant toute concurrence : la solution Tnwii qui donne des résultats satisfaisants et dont le détail d'utilisation est  amplement décrit sur le site dédié.

Cette solution  nécessite seulement de disposer des éléments suivants :

  • un ordinateur équipé d’un module bluetooth intégré ou d’un module bluetooth USB ;
  • un vidéo-projecteur ;
  • une Wiimote : télécommande de la console de jeu Nintendo Wii,  et 2 piles LR06 pour la faire fonctionner (pour 50 h d’autonomie) ;
  • un stylet infrarouge à réaliser soi-même.

Le logiciel Interwrite, téléchargeable gratuitement par les enseignants, permet alors de profiter de nombreuses fonctionnalités.

Par ailleurs le temps imparti à la production de ressources et à la compréhension de la plus-value de l'outil est relativisé grâce à la mutualisation des activités produites par les enseignants et aux retours d'expériences. Dans le guide publié dans Carrefour éducation, ressources et témoignages sont abondamment répertoriés.

Quant à la compatibilité des ressources impliquant des logiciels de différents fabricants, Thot Cursus s'est fait l'écho récemment d'un nouveau standard commun pour les fichiers de TBI et un lecteur open source téléchargeable.

Le TBI n'est donc pas un outil magique. Mais il concrétise des changements pédagogiques initiés par les enseignants.

 

Image Tnwii : Site Internet de : PRTICE.INFO

Photo de classe : Classe de l'école élémentaire "Les Collines", Kasserine, Tunisie 

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire