Articles

Internet éducatif et rapports hommes-femmes

Les subtiles influences du langage et des constructions sociales

Par Denis Cristol , le 12 février 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 13 février 2018

Le rapport hommes-femmes se recompose

La théorie du genre a probablement largement puisé aux travaux de la philosophe Judith Butler. Elle est riche de concepts d'idées de perspectives permettant d'explorer les relations entre les hommes et les femmes.

Elle rappelle qu'être un homme ou être une femme est pour partie une construction sociale (Élisabeth Badinter). Elle dénonce des rapports de domination masculine, voire de violences physiques faites aux femmes reprenant des analyses sociologiques plus anciennes de Pierre Bourdieu. Elle contribue à dénoncer le sexisme et le machisme qui alimentent des habitudes patriarcales et produisent, dans un pays comme la France, près d'un meurtre de femme par jour.

De cette théorie naissent de nouveaux conflits. Le "masculinisme" (expression de défense des hommes) se dresse contre une variété de féminismes qui s'opposent parfois entre eux tellement les visées entre défense, émancipation ou revanche sociale sont différentes. Tous les artefacts sociaux sont alors envisagés sous le prisme politique de recomposition des rapports entre les femmes et les hommes.

Le débat pénètre l'école ou certains.nes voudraient que s'applique l'écriture inclusive ses points et ses traits, quand bien même la maîtrise de l'écriture n'est pas un acquis. Compliquer la façon de rendre compte du féminin dans l'apprentissage de la langue française est-il vraiment la priorité éducative? Mais que faire pour satisfaire une demande légitime d'équilibre du langage ?

En effet celui-ci charrie des représentations préparant dans les têtes une habitude d'inégalités. Faut-il une obligation par la loi de s'exprimer de telle ou telle façon? Ne risque-t-on pas de verser dans la rééducation des mâles mal appris mais aussi de toutes les femmes qui véhiculent dans leur expression la domination masculine?

L'école est transformée en champ de bataille pour inculquer des idées aux nouvelles générations. Les codes de couleur des layettes, les jeux d'enfants préparant les rôles sociaux futurs, tout est consciencieusement épluché. Un nouveau grand bond en avant, rééducation des masses façon Mao s'observe. La "langue maternelle" devrait s'effacer au plus vite devant une langue administrative sensée être plus respectueuse des femmes. Tout ce qui discrimine ou connote est suspecté.

Écriture inclusive, égalité femme homme quelle réponse d'un Internet éducatif?

Tout commencerait par la recomposition des programmes. Il est nécessaire d'inclure plus de femmes dans les figures historiques étudiées afin de disposer de modèles d'identification positifs. Les moteurs de recherches en ligne devraient ils corriger leurs algorithmes pour un meilleur repérage? Devraient-ils pencher un peu plus vers des occurrences féminines pour respecter la parité? Ne vaut-il mieux pas que la neutralité d’internet  s'applique?

Utiliser des logiciels de féminisation automatique pour les correspondances en ligne, officielles ou non est une réponse technique, mais ce biais infléchira-t'il vraiment les esprits vers une égalité des carrières et des rémunérations?

Réécrire les manuels scolaires est une piste qui a été suivie avec parfois des kits d'accompagnement et des ressources qui ont pu faire polémique.

Animer des débats à l'école et en ligne au-delà des seuls cercles féministes permet des prises de conscience plus large indispensable à une maturation douce de la question. L'exercice, quand il évite l'amalgame, le stéréotype  ou la revanche des sexes, est salutaire et aide chacun à mieux comprendre comment se construit son identité.

Celle-ci est loin de n'être qu'un héritage génétique. Elle interroge les différences la façon de se projeter dans le monde d'entrer en relation de donner un sens. Une meilleure diffusion des résultats de recherche sur l'éducation des garçons et des filles contribuera à apaiser des tensions et des représentations lapidaires avec des idées erronées. Par exemple les garçons apprennent comme ceci et les filles comme cela.

Imaginer des ressources ou matériaux éducatifs valorisant les différences et les complémentarités est garant d'un meilleur vivre ensemble. Si internet est capable de véhiculer des images de colères et de provocations de groupes extrémistes ou sexistes, il est aussi capable de véhiculer des valeurs de prise en compte de l'autre en tant que personne.

Toutes ces mesures sont facilitées par internet qui favorise les échanges entre tous ceux qui se sentent concernés. Mais trop souvent, elles touchent les personnes déjà convaincues et restent confidentielles.

Une éducation juste semble-t-il doit tendre à partager le plus largement notre humanité c'est à dire notre capacité de rire, d'apprendre, d'imaginer et d'aimer.

Sources

Wikipédia – Judith Butler - https://fr.wikipedia.org/wiki/Judith_Butler

Wikipédia – Elisabeth Badinter - https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lisabeth_Badinter

Wikipédia – Masculinisme - https://fr.wikipedia.org/wiki/Masculinisme

France Inter - Un féminisme ou des féminismes
https://www.franceinter.fr/emissions/le-debat-de-midi/le-debat-de-midi-27-juillet-2017

Ecriture inclusive - http://www.ecriture-inclusive.fr/

Le monde diplomatique – Bourdieu – La domination masculine
https://www.monde-diplomatique.fr/1998/08/BOURDIEU/3940

Toupie - Biographie de Pierre Bourdieu - http://www.toupie.org/Biographies/Bourdieu.htm

Gaussel Marie – L’éducation des filles et des garçons paradoxes de l’inégalité http://edupass.hypotheses.org/1036

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur