Par Christine Vaufrey  | redaction@cursus.edu

Auto-apprentissage des langues avec les Tice : les tendances

Créé le mardi 13 septembre 2011  |  Mise à jour le vendredi 17 mai 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Auto-apprentissage des langues avec les Tice : les tendances

La multiplication des sites d'auto-apprentissage des langues vivantes répond à une demande forte émanant d'un public très large. Dans ce public on trouve aussi bien l'élève souhaitant consolider ses acquis scolaires que le travailleur préparant une mission de longue durée dans un pays étranger, en passant par les voyageurs, ceux qui veulent pouvoir lire dans plusieurs langues et les curieux en tous genres.

Lorsqu'on examine et teste des sites d'auto-apprentissage linguistique, on réalise que les méthodes ont beaucoup changé depuis ces cinq dernières années, sous l'influence conjuguée des progrès technologiques qui rendent la communication chaque jour plus facile et moins chère, de la didactique des langues qui valorise les approches interactionnelles et communicatives, et de la culture numérique dominante qui favorise le "faites-le vous-même, quand vous voulez, où vous voulez".

Trois éléments apparaissent donc comme des tendances fortes sur les sites d'auto-apprentissage :

- L'autonomie de l'apprenant; 

- L'inscription dans une communauté;

- La mobilité.

 

L'autonomie de l'apprenant

 

L'apprenant ciblé par les sites d'apprentissage linguistique les plus en pointe est celui qui est capable de gérer lui-même son investissement et ses efforts, qui connaît ses besoins et sait y associer les ressources pertinentes. Des sites tels que Busuu par exemple proposent une large palette d'exercices accessibles à la demande. Nombre d'entre eux ont intégré récemment la reconnaissance vocale, autorisant ainsi l'apprenant à s'enregistrer et à comparer sa prononciation avec celle qui est fournie. Encore plus personnalisé, le site Voxy propose aux apprenants d'utiliser leur propre matériel (photos, géolocalisation...) pour confectionner des supports de cours et de recevoir des nouvelles dans la langue cible sur leurs centres d'intérêt.

 

L'inscription dans une communauté

 

Gérer soi-même ses apprentissages ne veut pas dire apprendre seul. On constate une croissance spectaculaire des sites d'apprentissage linguistique qui mettent en relation les apprenants de différentes langues, pour assurer la correction de textes, engager des conversations instantanées et même des conversations synchrones audio. Un site tel que My language Exchange facilite les appariements entre deux personnes qui s'accompagnent mutuellement, la langue source de l'un étant la langue cible de l'autre et inversement. 115 langues sont ainsi accessibles. Des sites tels que Livemocha, Babbel et Busuu déjà cité adoptent une approche différente : ils fonctionnent à la manière d'un réseau social, et lorsqu'un apprenant écrit un texte dans la langue cible il ne sait a priori pas qui va le lui corriger. Chacun devient tour à tour apprenant et enseignant, au gré des sollicitations. La fonction enseignante est particulièrement valorisée sur Livemocha, les performances des participants se transformant en points et en récompenses. 

 

La mobilité

 

Les sites déjà cités et beaucoup d'autres disposent de versions mobiles, accessibles sur un smartphone. D'autres sites tels que AnglaisPod ou Ello privilégient le podcast transférable sur lecteur MP3. Learn10 pour sa part joue l'intégration de l'apprentissage dans la vie quotidienne et fait appraître 10 mots nouveaux chaque jour sur l'écran de l'apprenant. On constate ici que le temps dédié à l'apprentissage se morcèle, prenant en compte les contraintes des apprenants autonomes et volontaires qui ne disposent pas d'heures entières à consacrer à leur apprentissage. 

 

Un succès incontestable

 

Bon nombre de ces sites proposent des cours gratuits aux apprenants individuels, soit pour un nombre limité de leçons, soit pour la totalité d'un parcours d'apprentissage. Mais alors, de quoi les créateurs et animateurs des sites vivent-ils ? Ils vendent des prestations payantes plus complètes aux entreprises et écoles. Certains sites travaillent également avec de grands éditeurs tels que Collins, Pearson ou Macmillan, utilisant leur matériel pédagogique et leur offrant en retour un excellent espace de visibilité, puisque ces sites connaissent un important succès. Busuu annonce plus de 3 millions d'utilisateurs, Babbel est fier d'atteindre le million et Livemocha se hisse sur la première marche du podium avec 10 millions de membres annoncés. 

Les sites d'auto-apprentissage linguistique ont donc profondément renouvelé l'approche des langues vivantes en exploitant au mieux le potentiel des TIC en matière de communication, d'accès aux ressources multimédia et de mobilité. Tout ceci concourt sans aucun doute à entretenir la motivation de l'apprenant dans la durée, le temps d'apprentissage restant malgré tout le facteur clé menant à la maîtrise d'une langue.

Sources : 

10 sites pour apprendre l'anglais en ligne gratuitement. Autour du Web août 2011.

12 réseaux sociaux pour apprendre les langues et échanger avec les natifs. Thierry Roget, Cocktail Web, avril 2011.

Préparez-vous pour la rentrée scolaire avec des cours de langue en ligne. Roxanne Varza, Techcrunch France, août 2010. (Techcrunch France fermé en oct. 2012)

Illustration : algogenius, Flickr, licence CC-BY-2.0

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • 22 décembre 2012 à 14 h 02

apprendre l'anglais sera plus simple

Grace à votre article simple et limpide, les lecteurs de ce post savent où son les sites essentiels pour apprendre l'anglais. Merci pour cette information.

Répondre