Par Philippe Menkoué  | p.menkoue@cursus.edu

Une application pour stimuler le débat citoyen

Créé le lundi 6 mai 2013  |  Mise à jour le mercredi 5 juin 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Une application pour stimuler le débat citoyen

« Le peuple n’a jamais eu autant de pouvoir que sur Internet » nous dit Valentin Lacambre. Et ce ne sont pas les grands bouleversements observés dans nos sociétés ces dernières années qui nous prouveront le contraire. Car, tout laisse croire que grâce à Internet, le peuple détient enfin le pouvoir (à nouveau) entre ses mains. Du moins, du bout de ses doigts.

L’apparition de plateformes visant à recueillir les avis des citoyens sur des sujets de proximité tels que la politique et la gouvernance locale, l’environnement, l’éducation, etc. semblent bien refléter cette volonté de plus en plus marquée des citoyens de faire entendre leurs voix sur des sujets qui les concernent au premier plan. Il y a ceux que l’on pourrait appeler les pionniers et les plus connus comme Ushahidi (utilisé surtout pour dénoncer les situations de crises et d’abus divers), mais désormais, il faudra peut-être compter avec MindMixer (lien en anglais).

De quoi s’agit-il ?

Fonctionnant essentiellement sur le mode du crowdsourcing, MindMixer (dont la traduction littérale en Français pourrait être agitateur de méninges) comme son nom l’indique, est une application qui invite les citoyens à donner leur opinion sur des sujets concernant l’avenir du territoire dans lequel ils vivent. Gouvernance locale, éducation, gestion durable de l’environnement, développement des infrastructures et bien d’autres, les citoyens sont ainsi invités à une sorte de "brainstorming communautaire" et se voient encouragés à donner leurs avis sur des sujets les concernant au premier plan.

Une sorte de trait d’union entre les programmes des élus locaux et les aspirations réelles des populations pourrait-on dire certes, mais surtout, une belle manière d’encourager l’engagement communautaire car, comme le pense Jimmy Winter de VoterTide : « les membres de chaque communauté ont une bonne connaissance des réalités locales et de ce fait, peuvent informer les leaders et contribuer au changement ».

Comment fonctionne-t-il ?

Comme l’explique Armel le Coz : «la première étape est de définir des sujets importants pour la ville et ses habitants, chacun de ces sujets peut évoluer en suivant différentes étapes : repérage, récolte d'idées, priorisation, vote, fermeture de la consultation ».

Les sujets débattus sur la plateforme sont choisis en fonction des priorités du moment et les avis des membres de la communauté sont déterminants quant à l’issue de chaque projet. Car, plus, un projet voit l’adhésion des populations et récolte des votes (et des points au passage), plus il a de chances de voir le jour.

Les citoyens se voient ainsi remis au cœur du processus de transformation de leur milieu de vie. Ils se sentent et agissent en vrais acteurs du changement et ne se contentent plus de la subir. Des initiatives qui devraient peut-être être répliquées dans d’autres pays, comme un outil supplémentaire d'empowerment (renforcement des capacités), cette dernière notion tenant une place importante dans les discours sur le développement.

Quelques limites  cependant

La principale limite que l’on pourrait trouver à cette application principalement utilisée aux Etats-Unis pour l’instant, est que si MindMixer permet aux citoyens de donner leur point de vue sur des projets initiés par les collectivités au niveau local, il semble cependant ne pas leur permettre pour autant de proposer directement des projets à leurs mairies. Les citoyens apparaissent ici  plus comme des sortes de censeurs auxquels aurait recours l’administration, en vue de jauger leur niveau d’adhésion aux différents projets qu’elle initie et peut-être de les évaluer au préalable.

Cependant, des initiatives similaires se multiplient un peu partout dans le monde comme on peut le voir par exemple dans cet ouvrage en accès libre sur Slideshare. Même s’ils ne sont pas forcément toujours à l’origine de ces initiatives, les citoyens ont tout de même le pouvoir de contribuer à leur amélioration.  

Ces consultations publiques donnent ainsi un nouveau visage à la gouvernance en offrant aux membres de la communauté la possibilité d’exprimer leur point de vue et d’exercer une certaine influence sur les décisions prises au niveau local. Peut-être bien mieux qu’avec un simple bulletin de vote que l’on glisserait dans une urne.

RÉFÉRENCES :


Mindmixer : http://www.mindmixer.com/

Ushahidi : http://www.ushahidi.com/ 

Le Coz, Armel. "mindmixer - Créer des plateformes participatives pour le secteur public". LA BOITE | A EXPÉRIENCES | A OUTILS | A IDEES |. 5 juin 2012 2012. http://boite-democratic.fr/mots-cl-s/mindmixer.

IFIC Coaching. "Les outils numériques au service d'une participation citoyenne et démocratique augmentée." Slideshare. 17 juillet 2012. http://fr.slideshare.net/boxoperator/tic-participation-citoyenne.

Toutes les références ont été consultées le 7 mai 2013.

Illustration : capture d'écran de la page d'accueil de Mindmixer.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire