Par Francine Clément  | f.clement@cursus.edu

Ados au musée : combattre l'ennui

Créé le mardi 1 avril 2014  |  Mise à jour le mardi 1 avril 2014

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Ados au musée : combattre l'ennui Capture d'écran, compte Instagram akaabby avec #atNGA

Recherche :  six adolescents en visite

Laure Martin-Le Mével a publié une recherche, en juin 2013, sur la médiation en musées pour le public adolescent, dont le but était d'identifier les médiateurs qui agissent durant la visite et de comprendre les médiations qui s'y mettent en place. Elle a effectué des entrevues et des observations pour repérer les moments qui ont capté l'attention des participants durant leur visite. Son étude a été faite sur un petit échantillon de six adolescents âgés de 14 à 16 ans en visite à l'exposition Il était une fois l'impressionnisme, au Musée des Beaux-Arts de Montréal.

Dans la partie théorique, l'auteure fait une intéressante synthèse des recherches sur le public adolescent de musée, selon lesquelles les adolescents considèrent que les musées sont ennuyeux et qu' ils ne sont pas faits pour eux, que les thèmes qui les intéressent n'y sont pas abordés et que les musées n'ont rien d'intéressant à leur apporter. Les adolescents des études citées aimeraient qu'il règne dans les musées une atmosphère moins terne et qu'il y ait moins de textes à lire dans les salles. Ils aimeraient pouvoir y interagir avec des experts et y trouver des thématiques qui correspondent à leur culture adolescente.

En fait, les adolescents du petit groupe de l'étude qualitative de Laure Martin-Le Mével se sont montrés intéressés à la visite de différentes manières. Devant les oeuvres et grâce aux panneaux didactiques en salles, ils ont notamment exprimé de l'admiration, inventé, rêvé et acquis des connaissances. L'observation et les entrevues avec le petit groupe de visiteurs a  permis de dégager des moments forts dans la visite et de définir les thématiques du discours de ces visiteurs adolescents. La finesse du détail, l'abondance de couleurs, certaines techniques (par exemple le pointillisme) ont notamment retenu leur attention et suscité davantage de discussions.  Un aspect intéressant de la conclusion de l'étude est l'idée de considérer l'indifférence de certains adolescents devant les oeuvres (un adolescent du petit échantillon s'est particulièrement désintéressé de l'exposition) comme ayant un potentiel de médiation puisque ce refus est en somme une façon d'exprimer ses opinions et sa position face à l'oeuvre. 

Expérimentation : guider les adolescents dans les salles  

Dans une présentation faite au MCN en novembre 2013 à Montréal, Dana Allen-Greil, responsable de projets numériques éducatifs à la National Gallery of Art de Washington,  a décrit un projet de médiation dans lequel on se sert d'un comportement préexistant chez les ados, le selfie,  pour favoriser chez ces jeunes visiteurs une interaction plus riche avec les collections et les guider dans les salles du musée.

Le projet, intitulé #atNGA, est d'abord destiné aux adolescents de 13 à 18 ans dont un nombre important effectue la visite en groupes,  sans guides et sans accompagnateurs.  Dans un guide papier imprimé (une feuille recto-verso) ou à imprimer en pdf, on retrouve les reproductions en couleurs de 17 oeuvres qui sont le point de départ de l'activité. On a fait une sélection parmi les oeuvres-phares de la collection et choisi celles qui pourraient être plus attrayantes pour le public-cible (à cet effet, on  a consulté des représentants du public-cible à l'étape du développement du contenu) : ce sont des oeuvres figuratives, qui représentent des personnages jeunes, qui racontent une histoire ou qui ont été faites par des artistes célèbres. 

Participer

Le guide incite les adolescents à participer de trois manières différentes : photographier l'oeuvre, écrire sur l'oeuvre ou en discuter. Une icône est associée à chaque type d'activité et apparaît près de la reproduction de l'oeuvre sur le guide imprimé, où on trouve par ailleurs un plan des salles qui indique l'emplacement de l'oeuvre en question. Sur le guide, distribué à l'entrée du musée, on décrit les oeuvres et on pose des questions pour lancer la réflexion et la discussion sur celles-ci. Par exemple, des questions sont posées sur la pose d'un personnage et sur ce que cette pose peut vouloir exprimer (la concentration, l'ennui ?). Puis on suggère de se photographier en train d'imiter cette pose et de partager la photo sur les médias sociaux (Twitter, Instagram) en utilisant le mot-clé du projet, #atNGA.

Les suggestions du guide et les questions posées ont pour but d'encourager l'adolescent à observer attentivement les oeuvres d'art et à réfléchir sur celles-ci, à chercher sa propre interprétation des oeuvres en faisant des liens entre les créations et son expérience personnelle.  Les questions et les suggestions sont formulées simplement pour un public de non spécialistes. Le principal objectif de #atNGA est de contribuer à ce que l'adolescent se sente à l'aise durant la visite, et qu'il  exprime sa pensée face aux oeuvres.  À plus long terme, on espère que les utilisateurs du guide aient le goût de revenir à la NGA ou de faire des visites dans d'autres musées d'art et qu'ils développent une relation à long terme avec la NGA, par exemple en suivant les nouvelles du musée sur Twitter, en s'inscrivant à la newsletter ou en participant à une autre activité du musée.

L'évaluation du projet n'est pas complétée mais le guide semble avoir du succès : en sept mois (nov. 2013), près de 200 participations avaient été publiées sur les médias sociaux avec le mot-clé #atNGA.  Une expérience encourageante qui permettra  peut-être de poser un nouveau regard sur les recherches passées et qui propose une avenue nouvelle pour rejoindre ce public adolescent -peut-être pas si difficile qu'il n'y paraît- dans les musées.

Sources

Laure Martin-Le Mével, Quand les adolescents vont au musée : une étude de la médiation au Musée des beaux-arts de Montréal, Université de Montréal (Papyrus : Dépôt institutionnel numérique), 7 novembre 2013 : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/10286

Martin LaSalle, Qu'est-ce qui captive, ou ennuie, les adolescents quand ils vont au musée ? UdeMNouvelles (Recherches), 10 mars 2014 : http://www.nouvelles.umontreal.ca/recherche/sciences-technologies/20140310-quest-ce-qui-captive-ou-ennuie-les-adolescents-quand-ils-vont-au-musee.html

Dana Allen-Greil, National Gallery of Art, Beyond the #selfie: Connecting teens and art through social media, 22 novembre 2013 :  http://fr.slideshare.net/danagreil/mcn-dana-allengreil

#atNGA sur Storify de Dana Allen-Greil : https://storify.com/danamuses/atnga

Images : Abby Heyd http://instagram.com/akaabby# et capture d'écran guide #atNGA.

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • Dumont
  • 2 avril 2014 à 08 h 08

les Ados adorent les musées !

En réponse à cet article passionnant qui concerne le Canada, je réagis pour vous donner un exemple de visites destinées à des adolescents 11-18 ans que nous organisons depuis 5 ans à Paris !

Ca marche parce qu'il faut des plus : des petits groupes de même niveau scolaire, en fonction de leur programme scolaire, peu de visites dans l'année, de l'interaction, de la détente. voici quelques retours : "merci pour les explications données aux enfants, Camille est vraiment heureuse de suivre vos visites." "Ma fille Léa est revenue emballée de cette 1° visite

De toute évidence , votre intervention a été très riche en information . Léa n 'a pas vu le temps passé" "En tout cas je vous remercie pour ces deux ans de conférences très instructives (mes bonnes notes au bac de français en témoignent)"

Répondre