Par Frédéric Duriez  | f.duriez@cursus.edu

Favoriser la coopération, comment et jusqu'où ?

Créé le dimanche 25 janvier 2015  |  Mise à jour le lundi 2 février 2015

Favoriser la coopération, comment et jusqu'où ?

Collaborer, coopérer, et faire travailler l'intelligence collective... Aujourd'hui, personne n'oserait promouvoir une méthode qui ne s'appuierait au moins un peu sur ces principes. Les formes d'intelligence sont multiples, autant les faire travailler ensemble. L'échange, la réactivité sont les bases sur lesquels tout se construit.

Terminée l'image du génie sollitaire. Même ceux qui vont le plus loin dans leur discipline ne sont pas seuls. Cédric Villani a remporté la médaille Fields en 2010. Dans Théorème vivant, il présente le cheminement qui l'amène à cette découverte. N'espérez pas comprendre son théorème en lisant ce livre, qui se dévore pourtant comme un roman policier. Cédric Villani y apparaît en dialogue permanent avec toute une série de mathématiciens, en face à face, par mail, sur des forums...

Et pourtant, les statistiques de fréquentation des espaces collaboratifs, dans un cadre professionnel ou de formation, montrent que plonger dans une telle organisation est loin d'être évident.

La leçon des moocs

Les moocs nous montrent que la coopération est difficile, même lorsqu'ils sont construits sur un modèle connectiviste. On apprend davantage par le débat, en confrontant ses idées à celle des autres, en s'obligeant à justifier nos intuitions. Et pourtant, une règle statistique vient implacablement se heurter à l'enthousiasme des concepteurs : sur 100 inscrits, 10 consultent l'ensemble des ressources mises à leur disposition et rendent les travaux demandés, et un seul communiquera, échangera sur les forums et plus largement sur les réseaux sociaux...

Et pourtant, ce petit pourcentage qui multiplie les échanges, apporte des ressources nouvelles ou transforme celles qu'on lui propose va très loin dans ses apprentissages et l'atteinte des objectifs.

Ce que la gamification nous apprend

Les théoriciens de la gamification nous apprennent que tout le monde n'attend pas la même chose dans un jeu. Certains cherchent d'abord à coopérer, à partager des activités avec les autres. D'autres veulent se poser des défis à eux-mêmes, d'autres encore sont motivés par une victoire sur les autres... La coopération n'est donc pas un moteur que tout le monde partage.

Dans une activité qui fait appel aux mécanismes du jeu, on trouve 

  • les tueurs qui veulent gagner, être les premiers ;
  • les sociaux qui recherchent des échanges, des relations, et donc de la coopération ;
  • les explorateurs qui apprécient les découvertes, les quêtes, les recherches ;
  • les performants plus attentifs aux systèmes qui leur donnent des résultats, qui les aident à se situer, qui leur montrent leurs progrès.

collaborer... pas souhaitable pour tous !

Une fois de plus, nous sommes renvoyés à la diversité des réactions et des attentes des participants.

Comment encourager le travail en collaboration ?

L'approche de Jean-Michel Cornu

Jean-Michel CORNU note que la collaboration se construit sur une "économie de l'abondance". Il s'agit essentiellement d'une abondance d'informations. Ainsi, il est parfois plus efficace de susciter la production d'idées et de faire le tri après, plutôt que d'être dans une logique de planification. Si j'ai besoin de trouver de l'information sur un thème, un appel à l'aide sur twitter ou une recherche sur un moteur seront parfois plus utiles que la consultation de ressources spécialisées. Je ferai le tri après, sur le critère de la pertinence.

La plateforme d'innovation participative nov'in met en pratique cette approche. Les internautes apportent leurs idées, la communauté vote, apporte des propositions d'amélioration, et les participants les plus actifs sont récompensés.

En échange des productions, le groupe développe une reconnaissance par l'estime, plutôt que le prestige. Quelle est la différence ? L'estime n'est pas mesurable, elle se donne en continu et peut être apportée à un grand nombre de participants, tandis que le prestige se matérialise par des titres, des avancées hiérarchiques, une différenciation des personnes... "Ne donnez pas de titre, mais des rôles", nous dit-il.

Il nous encourage à développer une dynamique basée sur la convergence, mais qui laisse une place à la divergence, voire à l'opposition. Si tout le monde pense à l'unisson, il y a peu de risque que la créativité soit à son maximum.

Il ne s'agit ici que de bribes de ses travaux destinées à vous encourager à découvrir ou approfondir cette approche.

Rendre le travail plus visuel

Pour encourager la collaboration, il peut être intéressant de travailler sur un support commun. C'est le principe des animations basées sur la méthode métaplan, sur trello ou sur padlet ou un prezi partagé.

Ainsi La Transfo nous présente quelques photos d'une animation en présentiel tout ce qu'il y a de plus classique. Je ne sais pas ce qui s'y est dit ni quel était le thème, mais on aurait aimé y être !

Des supports visuels, des participants actifs, une alternance de phases divergentes de recherches d'idées, et convergentes de sélections d'idées sont des éléments qui favorisent le travail collaboratif.

Les méthodes agiles : source d'inspiration pour un travail

Travailler ensemble et coopérer, même avec ses clients, à tous les stades d'un projet, c'est ce que proposent les méthodes "agiles" très utilisées dans le développement de logiciels. En particulier, les méthodes d'animation mises en oeuvre lors des rétrospectives peuvent inspirer les acteurs engagés dans une action commune. Elles visent à donner de la visibilité aux avancées, à progresser de manière itérative, et à partager un vocabulaire entre les différents acteurs, des concepteurs aux utilisateurs. Le site l'agiliste propose une introduction très claire à cette approche, grâce à ses fiches pratiques.

Accepter d'autres façons de travailler

Et pourtant, il faut admettre que certains n'adhèrent pas à ces nouvelles organisations. La coopération, le travail en commun et les outils de productivité partagés sur internet sont séduisants pour beaucoup. Mais quelques personnes préfèrent un peu d'isolement, et sont au meilleur d'eux-mêmes quand elles s'éloignent de stimuli trop nombreux.

l'open space ne correspond pas à tout le monde

Une synthèse de travaux présentée par Steelcase montre ainsi que les environnements de travail trop ouverts conviennent peu aux "introvertis". Les auteurs citent La force des discrets, de Susan Cain, qui encourage les entreprises à "créer des espaces dans lesquels les individus peuvent circuler librement et expérimenter une diversité d'interactions". Parmi ces espaces, certains doivent permettre de s'isoler de sollicitations sociales.

Ce ne sont pas nécessairement les mêmes, mais il y a aussi des "discrets" parmi les internautes, qui recherchent des environnements plus favorables à la concentration. Les sollicitations des réseaux sociaux, boîtes mails et outils collaboratifs ont au contraire peu de chance de stimuler leur capacité de travail.

En présentiel ou sur Internet, au travail ou en formation les outils et les méthodes du travail collaboratif peuvent aussi rencontrer leurs limites. Les espaces numériques, comme les espaces physiques doivent permettre différents niveaux et différentes formes de socialisation.

Illustrations : Frédéric Duriez

Références

Recherche intimité désespérément http://www.steelcase.fr/fr/savoir-faire/recherches-et-prospective/documents/14-e0002018fr.pdf - page 15 et suivantes

Susan Cain La force des discrets JC Lattès Collection : Essais et documents, octobre 2013

La coopération Jean-Michel CORNU
http://www.cornu.eu.org/texts/cooperation

La coopération en 28 mots clés Jean-Michel CORNU
http://ebook.coop-tic.eu/francais/wakka.php?wiki=LaCooperationEn28Motscles

Collaborer en ligne : facile à dire - Denys Lamontagne - Thot Cursus,
http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/24369/collaborer-ligne-facile-dire-voici-comment/#.VMfU4ywwyiA

Villani Cédric Théorème vivant, Grasset, 2012

Le concept nov'in,  consulté le 25 janvier 2015
http://www.novin.fr/innovation-produit

Métaplan, les règles et la méthode, consulté le 28 janvier 2015
http://www.metaplan.fr/downloads/Guide%20pratique%20les%20regles%20de%20la%20methode.pdf

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire