Par Philippe Menkoué  | p.menkoue@cursus.edu

Les MOOCs francophones à l’assaut des filières dites "techniques"

Créé le mardi 14 avril 2015  |  Mise à jour le dimanche 15 mai 2016

Des plateformes proposant des MOOCs en langue française, sont légion. Cependant, toute personne s’intéressant de près aux MOOCs dans l’espace francophone en général, fera le même constat : les filières dites des sciences pures et/ou relevant de l’enseignement techniques, sont très peu représentées dans cet univers, pour ne pas dire, quasi-inexistantes.

Où trouver un MOOC en français sur la chaudronnerie, l’astronomie ou la robotique par exemple ? Nombreux sont ceux qui se posent la question. Et pourtant. Qu’en est-il réellement et par quoi peut-on expliquer cet état de fait ?

Pourquoi certains MOOCs peinent-ils à émerger ?

Littérature, journalisme, sciences politiques, développement personnel, enseignement et formation et j’en passe, jusqu’ici, les disciplines relevant des sciences humaines et sociales tiennent incontestablement le haut du pavé dans la myriade de MOOCs francophones qui foisonnent sur la toile, faisant ainsi des autres disciplines, les parents pauvres des MOOCs dans l’espace francophone. Un manque de visibilité qui tient de plusieurs faits, notamment :

- leur nombre limité. Bien qu’il existe plusieurs plateformes proposant des MOOCs dans la langue de Molière, parmi celles proposant des cours sur des disciplines telles que l’astrophysique ou la mécanique par exemple, rares sont ceux qui sont dispensés en français, l’anglais demeurant la langue reine.

- l’intérêt limité des étudiants : Tout comme dans des cursus classiques dans les universités « classiques », la plupart des filières dites purement techniques, sont moins courues que leurs homologues des sciences humaines et sociales. De ce fait, les MOOCs portant sur ces thématiques attirent donc un public assez restreint.

- les limites cognitives. Ces MOOCs peuvent sembler assez « fermés » et inadaptés pour les novices. Il s’agit généralement de cours spécialisés qui s’adressent à un public assez averti et disposant déjà de certains pré-acquis, ce qui restreint le nombre de candidats potentiels. Ils ne sont généralement pas aussi facilement accessibles au grand public comme le serait un MOOC sur l’impressionnisme par exemple.

Autant de raisons et bien d’autres qui expliquent pourquoi l’univers des MOOCs francophones est si peu fourni en MOOCs portant sur des filières purement « techniques ». Mais, loin de rester les bras croisés et dans le but de varier leurs offres de formations, de plus en plus d’universités et autres institutions francophones proposant des MOOCs, s’intéressent à ces filières.

Des raisons de croire en un avenir meilleur

L’ouverture en octobre 2014 d’un MOOC (francophone) dédié à la performance énergétique du bâtiment semblait inédit, et ceci à plus d’un titre. C’était le tout premier MOOC francophone destiné aux professionnels du bâtiment.

Aujourd’hui et toujours dans l’optique de démocratiser l’accès aux connaissances, des institutions universitaires francophones proposent de plus en plus de MOOCs destinés à développer les compétences techniques des étudiants.

C’est le cas par exemple de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse qui, à travers son programme de MOOCs pour l’Afrique, mis en œuvre par son Centre pour l’éducation à l’ère du digital (MOOCS Factory), lancera à partir de septembre 2015, une série de 20 MOOCs destinés aux ingénieurs, dans des domaines aussi variés que l’électrotechnique, la géomatique et l’électronique de base.

Mais, bien avant, l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) de Paris lançait en avril 2014, un MOOC sur la programmation sous iPhone et iPad. Le tout premier MOOC du genre, en français.

Ainsi, bien que les MOOCs relevant des filières dites techniques, peinent encore à s’imposer dans l’univers des MOOCs francophone, l’on observe tout de même un certain dynamisme de la part des acteurs des institutions proposant ce type d’enseignement, pour inverser la donne.

Références :

- Manceau, C et Franc, C. Trouver son MOOC : 12 plates-formes au banc d’essai. L’Etudiant. 21 octobre 2014. Lien : http://www.letudiant.fr/etudes/mooc-ces-cours-en-ligne-ou-vous-apprendrez-avec-les-meilleurs-profs-du-monde/trouver-son-mooc-12-plates-formes-au-banc-d-essai.html

-  Rubrique Physique/Chimie. MOOC Francophone. (Consulté le) 14 avril 2015. Lien : http://mooc-francophone.com/rubrique/physique-chimie/

- Bietry-Rivierre, E. L'impressionnant succès du MOOC sur l'impressionnisme. Le Figaro. 12 décembre 2014. Lien : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2014/12/17/03015-20141217ARTFIG00389-l-impressionnant-succes-du-mooc-sur-l-impressionnisme.php

- Un premier MOOC dédié à la performance énergétique du bâtiment. Bati Actu. 30 septembre 2014. Lien : http://www.batiactu.com/edito/un-premier-mooc-dedie-a-la-performance-energetique-39234.php

- Des MOOCS pour l’Afrique. Centre pour l’éducation à l’ère du digital. (Consulté le) 14 avril 2015. Lien : http://moocs.epfl.ch/op/edit/page-109096.html

- L’UPMC se lance dans l’aventure des MOOC. Université Pierre et Marie Curie (UPMC). 10 décembre 2014. Lien : http://www.upmc.fr/fr/formations/tice/mooc_iphone_ipad2.html

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • couret
  • 15 avril 2015 à 02 h 02

MOOC dédié bâtiment déjà disparu ?

les modules "rénovation énergétique" , "pathologies des bâtiments", annoncés dans le "premier Mooc BTP à partir d'octobre 2014, ne sont plus accessibles sur le site , au 14/4/2015. s'agit-il d'une simple erreur d'adressage ou d'une information obsolète ?

Répondre