Par Julie Trevily  | j.trevily@cursus.edu

Aller au musée sans bouger

Créé le lundi 18 janvier 2016  |  Mise à jour le lundi 25 janvier 2016

Aller au musée sans bouger

De multiples collections à distance

Les technologies performantes de l’internet sont désormais parfaites pour donner accès à des trésors culturels, qu’ils soient écrits, audio ou visuels. Couplées aux outils d’imagerie particulièrement pointus, elles donnent à voir de nouveaux éléments scientifiques.

Au musée de Toulouse, des scans de la sépulture de Treviec ont ainsi permis de révéler que, loin d’être un couple paisiblement inhumé, il s’agissait en fait du dernier tombeau de deux femmes tuées violemment.

De la même manière, il est possible d’étudier sous tous les angles un masque de deuil kanak, sans risquer de mettre à mal son intégrité physique, tout en recueillant de précieuses données sur le montage et la composition des objets. Les équipes de chercheurs issues d'universités différentes, parfois très éloignées géographiquement peuvent alors collaborer davantage sans devoir se déplacer au bout du monde. Cela permet d'améliorer la collaboration entre chercheurs de même discipline ou pluridisciplinaire.

Dans cette veine universitaire toujours, d’autres collections sont proposées à la découverte sur internet afin, d’une part de transférer le savoir dont les chercheurs sont dépositaires, et d’autre part un moyen pour mieux gérer les collections, les renseigner, les photographier et les mettre en visibilité, là où le manque de place d’exposition ailleurs laisserait des tiroirs entiers remplis de pièces inestimables.

Un média de partage de passions et de valeurs

Le travail de valorisation participe à la volonté de nos sociétés d’assurer la pérennisation des cultures d’hier et d’aujourd’hui face à toutes sortes de destruction : guerres, obscurantisme, incendies... C'est notamment le cas du projet Mossoul, qui vise à reconstituer en 3D des oeuvres détruites par l'état islamique. Pour cela, un appel aux particuliers a été lancé afin de récupérer un maximum de documents photographiques et vidéo afin de reconstituer les objets en 3D par des technologies numériques pointues. A terme, il sera possible d'imprimer en 3D les objets détruits pour leur redonner vie.

Une ouverture au plus grand nombre

Evidemment, les justifications de ces visites sont nombreuses, pour certaines à forte valeur ajoutée intellectuelle comme mentionné plus haut, mais elles participent avant tout à l’accès pour le plus grand nombre à ces merveilles culturelles. Il n’y a plus de limite géographique pour admirer une oeuvre qui nous tient à coeur.

Ainsi, un visiteur virtuel européen ou asiatique pourra sans souci visiter les musées virtuels de la Nouvelle France ou bien de la Bibliothèque et archives du Canada et découvrir des documents et informations en situation. Le musée virtuel du Canada donne quant à lui accès à des documents iconographiques légendés sur différentes thématiques de l'histoire du pays et de sa conquête face à l'immensité de la nature. 

Sur le vieux continent, d'autres musées nationaux ont choisi de proposer une partie de leurs galeries en visite virtuelle. Le Louvre permet ainsi de découvrir au fil des couloirs les oeuvres et de déambuler à l'aide de la souris. Au fur et à mesure de l'avancée, il est possible de faire un zoom sur de nombreuses oeuvres (statues, peintures...) pour les observer de plus près. 

Outre-Manche, la National Gallery de Londres est ouverte à la visite, et permet par un simple clic d'obtenirun zoom sur l'oeuvre et ses principales caractéristiques ainsi que sa description précise.

A Madrid, le musée Thyssen nous transporte au fil des couloirs pour présenter les oeuvres une à une, avec là encore la possibilité de faire une pause pour admirer un élément de plus près. 

Outre l’éloignement physique, il est un autre cas qui rend parfaitement utile ce genre de dispositif : ouvrir aux personnes (jeunes et moins jeunes) en situation de handicap ou de maladie invalidante, qu’elles soient hospitalisées ou à domicile, là où elles ne pourraient que très difficilement se déplacer. 

Illustration : Chubykin Arkady - Shutterstock

Références

Museum Toulouse : la 3 D
http://www.museum.toulouse.fr/-/numerisation-3d-des-objets-de-collection

Bibliothèque et archives du Canada - http://www.champlain2004.org

Musée de la nouvelle France, Canada
http://www.museedelhistoire.ca/musee-virtuel-de-la-nouvelle-france/

Musée virtuel du Canada
http://www.museevirtuel.ca/sgc-cms/histoires_de_chez_nous-community_memories/pm_v2.php?id=record_detail&fl=0&lg=Francais&ex=00000519&hs=0&rd=126302

Musée National Gallery : Londres
http://www.nationalgallery.org.uk/visiting/french/online-tour-french#/central-hall/

Musée Thyssen : Madrid
http://www.museothyssen.org/en/thyssen/visita_virtual_2013/m2?onstart=loadscene(scene_02a_085);

Musée du Louvre : Paris
http://musee.louvre.fr/visite-louvre/index.html?defaultView=entresol.s489.p01&lang=FRA

Le nouvel observateur : un musée virtuel en 3D pour les oeuvres détruites par Daech 
http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20150317.OBS4816/un-musee-virtuel-en-3d-pour-les-uvres-detruites-par-daech.html

Le Monde : "projet Mossoul" un musée virtuel pour réagir face à la barbarie de l'état islamique (Laure Belot) 
http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/03/17/projet-mossoul-un-musee-virtuel-pour-reagir-face-a-la-barbarie-de-l-etat-islamique_4595546_1655012.html

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire