Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

De plus petites maisons pour de plus grands bonheurs

Créé le dimanche 22 mai 2016  |  Mise à jour le lundi 30 mai 2016

De plus petites maisons pour de plus grands bonheurs

L’humanité est prise entre deux feux. Sa population croissant sans cesse, il faut qu’elle se loge. Or, à force d’étendre son territoire, elle empiète sur des milieux naturels qui sont nécessaires à la survie de la vie sur la planète. Alors, les agglomérations urbaines doivent se densifier.

Bien sûr, les tours d’appartements peuvent répondre en partie à cette demande. Mais qu’en est-il de ceux qui veulent devenir propriétaires? De nombreux urbanistes confirmés ou en herbe tentent de trouver des réponses à ces questions. Leur regard pourrait se tourner vers des solutions… plus petites.

Des maisons miniatures

Depuis quelques années, un mouvement prend de l’ampleur, particulièrement aux États-Unis : celui des mini-maisons. Oui, cela peut paraître étonnant que la nation qui a toujours aimé voir en grand s’intéresse à des maisons beaucoup plus petites que la normale. Ces habitations font moins de 500 pieds2 (50 m²). Une différence significative à la résidence unifamiliale qui est de 2679 pieds carrés aux États-Unis et 1900 au Canada.

Le mouvement n’est pas neuf, les pionniers datant des années 1970 comme l’auteur Henry David Thoreau qui a raconté dans son livre Walden les deux années qu’il avait passées dans une petite maison dans les bois. Toutefois, avec la crise économique de 2008, le mouvement a pris de l’ampleur, particulièrement chez les baby-boomers et les jeunes adultes désirant accéder à la propriété. Les premiers, amorçant leur retraite, désirent parfois changer de mode de vie et aller vers quelque chose de plus simple et de plus mobile. Il existe en effet des mini-maisons sur roues qui sont, étant donné leur grandeur, plus faciles à transporter.

Quant aux jeunes, l’option des mini-maisons est une façon plus aisée d’accéder à la propriété dans un contexte où cela devient de plus en plus coûteux. Ce site américain dédié au phénomène explique bien en début de page tous les coûts afférents à une maison ordinaire. Or, construire ou se faire bâtir une habitation permet de se libérer d’un grand fardeau fiscal : l’hypothèque. En fait, 89 % des propriétaires des mini-maisons seraient moins endettés que l’Américain moyen et 55 % ont plus d’argent dans leur compte. De quoi faire rêver.

D’autant plus que l’approche peut beaucoup plus facilement être verte. En utilisant des matériaux écologiques et en se servant de sources d’énergie renouvelable comme le solaire ou l'hydro-électrique, la solution des mini-maisons pourrait être une méthode de densifier le territoire de façon plus intelligente que la simple mise en place de tours à logements.

Rêve pour certains, cauchemar pour d'autres

Toutefois, tout n’est pas rose. Déjà très nouveau, les municipalités ne savent pas comment réagir avec ce type d’habitations. Uniquement au Québec où le phénomène en intéresse plus d'un, la liste des villes permettant leur construction est encore famélique. Le flou juridique les entourant obligera éventuellement les villes de la province canadienne à changer leurs réglementations. Une situation similaire dans le reste du Canada qui devra voir comment régir le phénomène, particulièrement avec les mini-maisons mobiles qui sont parfois considérées comme des roulottes.

Et puis, si certaines franges de la population sont intéressées à ces maisons miniatures, d’autres ont trouvé l’expérience plus pénible qu’il ne le semblait. Si un jeune couple peut bien vivre à deux dans un espace réduit, l’arrivée d’un enfant change tout. Il y a aussi les potentiels de ratage qui sont plus élevés surtout si les propriétaires construisent eux-mêmes. Des erreurs qui finissent par coûter plus cher que le prix d'une maison de base.

En fait, beaucoup de gens ayant succombé au rêve de mini-maison abandonnent pour avoir un espace plus grand. Non pas qu'ils soient pris de folies de grandeur, mais ils recherchent quelque chose qui leur paraissent moins déprimant et qui, surtout, demande moins de travail qu’entretenir une mini-maison.

Ce doux rêve d’habitation miniature n’est donc pas fait pour tout le monde. Pour l’instant, il semble plus raisonnable pour des personnes seules ou des couples sans enfants qui ne sont pas trop matérialistes. Néanmoins, l’idée des mini-maisons oblige le débat sur la densification urbaine à prendre une nouvelle tangente. Celle-ci passe-t-elle obligatoirement par des tours à logements ou peut-elle se faire d’autres façons plus belles et écologiques?

Les futurs contracteurs et ingénieurs devront se pencher sur cette question. Et puis, le phénomène qui ne touche que les habitations pourrait-il s'étendre à la sphère professionnelle ou scolaire? Verra-t-on l'arrivée de multiples mini-bureaux et écoles dans les agglomérations urbaines? Cela reste à voir.

Illustration : Big Grey Mare via Foter.com / CC BY-NC-ND

Références

Anderssen, Erin. "Teeny House, Big Lie: Why So Many Proponents of the Tiny-house Movement Have Decided to Upsize." The Globe and Mail. Dernière mise à jour : 8 janvier 2016. http://www.theglobeandmail.com/life/home-and-garden/architecture/teeny-house-big-lie-why-so-many-proponents-of-the-tiny-house-movement-have-decided-to-upsize/article28035056/.

Côté, Myriam. "Où En Sommes-nous Avec Les Mini-maisons Au Québec?" Journal Ensemble. Dernière mise à jour : 29 janvier 2016. http://www.ensemble.coop/ou-en-sommes-nous-avec-les-mini-maisons-au-quebec/.

Deraspe, Nathalie. "Minimaisons, Grandes Ambitions." Le Devoir. Dernière mise à jour : 18 avril, 2015. http://www.ledevoir.com/plaisirs/habitation/437655/minimaisons-grandes-ambitions.

"La Grande Tendance Des Mini-maisons." Le Journal De Montréal. Dernière mise à jour : 8 novembre 2015. http://www.journaldemontreal.com/2015/11/08/la-grande-tendance-des-mini-maisons.

Laflamme, Cynthia. "Le Phénomène Des Mini-maisons." La Presse. Dernière mise à jour : 28 septembre 2015. http://www.lapresse.ca/la-voix-de-lest/actualites/201509/27/01-4904419-le-phenomene-des-mini-maisons.php.

Laperrière, Émilie. "Vivriez-vous Dans Moins De 1000 Pieds Carrés ?" Avenues. Dernière mise à jour : 5 août 2015. http://avenues.ca/decouvrir/vivriez-vous-dans-moins-de-1000-pieds-carres/.

"Minimaisons : Doit-on Changer Les Règles à Québec?" Radio-Canada.ca. Dernière mise à jour : 22 février 2016. http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2016/02/22/009-mini-maisons-regles-ville-quebec.shtml.

Patel, Nina. "Tiny House, Big Benefits: Freedom from a Mortgage and Worries — and Stuff." Washington Post. Dernière mise à jour : 25 juin 2015. https://www.washingtonpost.com/lifestyle/magazine/tiny-house-big-benefitsfreedom-from-a-mortgage--and-stuff/2015/06/23/f8f706f0-0acc-11e5-9e39-0db921c47b93_story.html.

"What Is The Tiny House Movement?" The Tiny Life. Consulté le 18 mai 2016. http://thetinylife.com/what-is-the-tiny-house-movement/.

Willett, Megan. "People Who Abandoned Their Tiny Homes." Tech Insider. Dernière mise à jour : 27 juillet 2015. http://www.techinsider.io/five-people-who-abandoned-their-tiny-homes-2015-7.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire