Par Evelyne Jardin  | e.jardin@cursus.edu

Dans les coulisses des MOOC de Rue 89

Créé le lundi 12 septembre 2016  |  Mise à jour le dimanche 25 septembre 2016

Dans les coulisses des MOOC de Rue 89 Répartition géographique des participants au MOOC de mai 2016

Estelle Dumout, Directrice de l'activité Formation à Rue 89 et Christine Vaufrey, Directrice de Mooc&Cie nous livrent leurs retours d'expérience sur le pilotage de MOOC.

Thot Cursus : Vos MOOC rencontrent un vif succès auprès du public. Au-delà des journalistes en quête de formation continue, comment expliquez-vous cet engouement ?

Estelle Dumout : En mai 2016, notre MOOC « Informer et communiquer sur les réseaux sociaux » a recueilli 6 800 participants France (86%), Belgique (4,9%), Canada (3 %) (voir la carte).

1 800 personnes sont allées jusqu'au bout des cours et des évaluations. 16% d'entre elles ont participé au cas pratique (qui était payant). Notre MOOC « Ecrire pour le Web » qui démarre le 6 octobre a déjà de nombreux inscrits. Bien sûr, nos apprenants n'appartiennent pas à la seule sphère médiatique. Des communicants, des formateurs, des étudiants participent à nos MOOC. Je pense que notre attractivité reflète notre investissement, notre expertise en terme de contenu et notre point de vue.

En effet, le journalisme web n’est pas un journalisme bas de gamme, ni uniquement une course éternelle au buzz. Pour la production d'un MOOC, cinq personnes sont mobilisées en interne : scénariste pédagogique, journalistes, graphiste, vidéaste, commercial, plus les intervenants extérieurs.

Thot Cursus : On imagine aisément des coûts financiers importants, comment rentabiliser ce type de formation ?

Estelle Dumout : La production d'un MOOC nous coûte environ 50 k€. Et pour l'animation nous mobilisons trois personnes dont un Community Manager (CM). Au démarrage, nous avons bénéficié du "fonds Google" pour créer notre plate-forme basée sur Open edX. C’est une technologie développée par Harvard et le MIT, utilisée notamment par France université numérique (FUN). 

En 2015, avec la fin des aides, nous n'envisagions pas un retour sur investissement immédiat. Nous avons intégrés nos MOOC dans notre offre de formation en BtoB (business to business). Ce sont des briques pédagogiques qui s'intègrent dans des parcours de formation que l'on peut personnaliser. Ce que l'on appelle des SPOC (« small private online courses »).

Nos formations en ligne ouvertes à tous sont aussi une vitrine qui renforcent notre notoriété. Et puis, nous participons à une éducation aux médias qui déborde largement les frontières de l'Hexagone.

Thot Cursus : N'étant pas une fabrique à MOOC, Rue 89 s'est adjoint les services de MOOC&Cie. Comment avez-vous accompagné l'équipe d'Estelle Dumont ?

Christine Vaufrey : Dans les 1res versions des MOOC « Informer et communiquer sur les réseaux sociaux » (mai 2014), « Comment devenir un bon datajournaliste » (octobre 2014) et « Ecrire et produire une vidéo : les nouveaux formats web et mobile » (février 2015), ils volaient de leurs propres ailes.

Notre collaboration a démarré fin 2015 sur un gros appel d'offre (plus de 100 k€) qui visait à développer les compétences de blogueurs francophones. Le plan de formation comptait 3 volets : 13 semaines de formation sur le journalisme en ligne avec Rue 89, 13 semaines sur une sensibilisation au code informatique avec Simplon et un accompagnement de 6 semaines pour des porteurs de projet. Nous avons apporté notre savoir-faire sur la scénarisation des séquences de cours d'une part, sur l'animation d'autre part. Nous avons mis à disposition du projet un coordinateur pédagogique (François Duport) et deux animateurs d'Afrique de l'Ouest, d'ailleurs collaborateurs de Thot Cursus : Tete Enyon Guemadji Gbedemah et Philippe Menkoue.

Thot Cursus : Votre collaboration perdure?

Christine Vaufrey : Oui, nous les avons conseillés sur la partie contenu vidéo pour la 2e mouture du MOOC « Réseaux sociaux ». Cette collaboration fructueuse a permis d'échanger sur l'utilisation des différents médias dans les MOOC, et notamment sur l'usage des vidéos : pour optimiser les coûts de mise à jour, il est recommandé de ne traiter dans les vidéos que des éléments les plus durables, des fondamentaux, et de traiter des exemples, des éléments plus ponctuels à travers d'autres supports, plus faciles à actualiser. Cette collaboration a également été fructueuse pour MOOC&Cie, qui réalise désormais des cours en ligne dans leur ensemble (parcours pédagogique, médias, plateforme). Au contact de Rue 89, nous avons beaucoup réfléchi sur l'usage de la vidéo justement, sur ses éléments proprement pédagogiques, et sur la préparation des scripts. 

Je pense qu'on peut parler de notre collaboration, au delà du projet lui même, comme d'une fertilisation mutuelle. J'aimerais vraiment beaucoup renouveler l'expérience avec Rue 89 et, plus globalement, des organes de presse, qui disposent d'un énorme patrimoine d'archives, de spécialistes en de nombreux domaines, et savent intéresser de larges publics. Nous pouvons apporter des éléments pour passer de l'information à la formation et profiter de leur expérience en matière de médias.

Contacts

Faites vite !!

Lire aussi

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire