Par Élodie Lestonat  | e.lestonat@cursus.edu

Espionnage industriel : comment enseigner la veille technologique?

Créé le lundi 14 novembre 2016  |  Mise à jour le mardi 22 novembre 2016

Espionnage industriel : comment enseigner la veille technologique?

Avec plus de 50 000 élèves dans les séries technologiques telles que la STMG et plus de 250 000 étudiants en formation tertiaire post bac, la question de la veille technologique est largement appréhendée aujourd’hui.

Dès la première STMG par exemple, l’innovation et les enjeux de la veille informationnelle et technologique sont abordés. Mais cette thématique est souvent abstraite pour les jeunes cerveaux de 15 ans, et plus tard subie par les étudiants qui n’y voient qu’une énième redite de programme. Alors comment les faires plonger dans cet univers palpitant ?

Stimuler leur intérêt par la vidéo

Les films et séries françaises, européennes et américaines regorgent de possibilités car l’espionnage économique et industriel fait le bonheur des scénaristes.

Avant de se lancer dans le visionnage d’un film entier, tâche chronophage et pas toujours adaptée, mieux vaut préférer les teasers et bandes annonces pour commencer. Elles ont l’avantage d’être courtes, bien montées et de stimuler l’intérêt des élèves ou des étudiants. Elles posent l’intrigue et s’attachent l’attention de vos apprenants. En un rien de temps, ils sont prêts à être captivés par les enjeux industriels et financiers.

Voici une courte liste de vidéos dans laquelle vous pouvez piocher pour démarrer et alimenter votre séquence (les liens vers ces ressources vidéo vous sont proposés à la fin de cet article):

  • The Informant de Steven Soderbeg (film)
  • Paranoïa de Robert Luketic (film)
  • Duplicity de Tony Gilroy (film)
  • Halt and catch fire (série TV)
  • Spécial investigation espions privés : barbouze 2.0 (documentaire/reportage Canal+)
  • Actuentreprise.com : espionnage et intelligence économique, quelles différences ? (documentaire web)

 

Décrypter les enjeux stratégiques et les moyens mis en œuvre

Voici un document de travail pouvant être proposé à vos élèves ou étudiants, ponctué de questions diverses plus ou moins complexes selon le public. Celles proposées en italique dans le texte en sont quelques exemples.

Texte à étudier:

Qu’elle désire se faire une place, conquérir de nouveaux marchés, demeurer leader dans son domaine ou simplement survivre au milieu d’un environnement de plus en plus concurrentiel, l’entreprise se doit perpétuellement d’innover. Espérer se maintenir en « relookant » de temps à autre sa gamme ne suffit plus.

Afin de séduire une clientèle dévote du consumérisme triomphant, toujours plus exigeante et de moins en moins fidèle, chaque produit disponible au catalogue doit désormais être repensé et renouvelé chaque année. La nouvelle version devra non seulement intégrer les fonctionnalités novatrices imaginées par les ingénieurs, mais également celles proposées par les produits de ses concurrents. Ainsi, savoir ce qui va « sortir » chez untel est devenu tout aussi indispensable que concevoir de nouvelles solutions dans ses propres laboratoires.

Les défis de l’entreprise

L’entreprise doit donc se concentrer sur sa capacité de création, tout en veillant à ne pas se laisser surprendre par ses adversaires.

Créer à « flux tendus », nécessite d’être capable de se remettre en question et de s’adapter à tout instant. Adapter ses moyens de production en choisissant une technologie solide mais suffisamment malléable pour rester pérenne. Adapter ses moyens de recherche en investissant dans une mise à niveau constante de son personnel et du matériel utilisé. Adapter ses capacités de développement en effectuant les bons investissements au bon moment.

Garder un œil sur ses adversaires signifie tout autant avoir connaissance de leurs objectifs et de leur niveau de compétence dans tel ou tel domaine que pouvoir estimer la capacité et la modernité de leur outil de production. Une telle mission requiert parfois des stratégies qu’il est préférable pour l’entreprise de ne pas divulguer sur la place publique si elle ne veut pas ternir définitivement son image.

Les moyens pour se tenir informé de ce qui se passe dans les bureaux et les ateliers de ses concurrents ne sont pas légion. L’intelligence économique est le premier. L’espionnage industriel, le second. Si les médias ont malheureusement tendance à les confondre, intelligence économique et espionnage industriel sont pourtant deux stratégies d’acquisition de l’information bien différentes.

Question 1 : A partir des vidéos proposées et du texte, répondez à la question suivante : Quelle stratégie les personnages mettent-ils en œuvre ?

Intelligence économique

L’intelligence économique concerne tout le travail qui va être effectué à partir de sources dites « ouvertes », c’est-à-dire de données auxquelles on peut avoir accès en toute légalité, mais qui sont des données brutes qu’il faut travailler afin d’en extraire les éléments substantiellement importants. Il peut s’agir par exemple d’un communiqué émis par le fabriquant d’un téléphone portable concurrent et destiné à la presse spécialisée. Article dans lequel certaines informations peuvent être « décortiquées » puis, une fois assemblées avec d’autres provenant d’une source ouverte différente, permettent de connaître l’avancement d’un projet.

Il existe à ce sujet deux types de sources ouvertes : les sources dites « blanches » et celles dites « grises ». Une source blanche est comme celle décrite dans l’exemple précédent. Une source grise est une source restreinte, c’est-à-dire une source dont l’utilisation est légale à condition de ne pas être reproduite à l’identique. On peut citer par exemple un rapport émis à l’attention unique des employés d’une société qu’un ingénieur aurait malencontreusement laissé trainer dans un lieu public à la vue de tous, et dont un cadre commercial d’une société concurrente, passant par là au bon moment, aurait pu s’inspirer.

Question 2 : A partir des vidéos proposées et du texte, répondez à la question suivante : A quel moment l'acquisition d'informations devient frauduleuse ?

Espionnage industriel

L’espionnage industriel représente, quant à lui, l’ensemble des informations obtenues de façon illégale et clandestine. Cette acquisition illégitime de données pouvant être le fait d’un individu seul, d’un état, ou d’une entreprise spécialisée dans le vol, voire le recèle d’informations sensibles.

Si les affaires d’espionnage industriel dont s’accaparent les grands médias touchent généralement de grands groupes considérés comme stratégiques, on en oublie que n’importe quelle PME, PMI ou TPE peut être impacté. « Chaque année, près de mille atteintes économiques sont recensées par les services de l’État chargés de la sécurité des entreprises », a confirmé Olivier Buquen, délégué interministériel à l’Intelligence économique.

Trois raisons de se méfier

A cela plusieurs raisons. Tout d’abord, la numérisation de l’information. Les données propres à l’entreprise ne tournent plus en circuit fermé. Stockées sur un ou plusieurs serveurs, elles doivent être accessible à tout moment et depuis n’importe quel terminal dans le monde. L’information va et vient d’un système d’information à un autre en fonction des besoins des collaborateurs. La frontière entre mondes extérieur et intérieur se dématérialise.

Ensuite, la multiplication des technologies et la facilité de leur diffusion. Elle permet à n’importe quel technicien du service informatique d’une entreprise d’acquérir les outils lui permettant d’espionner les informations confidentielles de l’entreprise concurrente. Si le chantage, le vol, l’extorsion et la corruption demeure des méthodes efficaces pour obtenir les informations cibles, de nombreux outils numériques sont aujourd’hui disponibles sur le web pour pénétrer sans se faire repérer les méandres des réseaux de communication du concurrent. Surtout que rare sont les sociétés ayant pris conscience de la vulnérabilité de leurs données. Bon nombre d’entre elles ne s’apercevront qu’elles ont été espionnées que le jour où leur adversaire aura inondé le marché d’un nouvel équipement présentant les mêmes spécificités techniques que le leur.

En dernier lieu, le vide juridique qui règne actuellement. Même si l’entreprise détecte une attaque de ses données propres et réussit à en attribuer la responsabilité, elle ne dispose pas de moyen juridique pour le poursuivre. En effet, il n’existe presqu’aucune réglementation applicable au web au niveau international.

Question 3 : A partir des vidéos proposées et du texte, répondez à la question suivante : Listez les moyens traditionnels et classiques utilisés par les entreprises pour se procurer des informations ?

Secrets technologiques à vendre

La façon la plus simple de récupérer les secrets technologiques de son concurrent reste tout de même de s’en porter acquéreur. Mais acheter des brevets peut s’avérer hors de prix pour certains acteurs qui préfèreront faire appel à des méthodes plus condamnables. A moins qu’ils ne décident d’aller faire leur marché sur Internet. Ainsi de nombreux hackers s’attaquent-ils au hasard à des PME de région, sans savoir à l’avance si les informations qu’ils s’apprêtent à dérober auront de la valeur et pourront intéresser quelqu’un. Une fois leur larcin commis, ils placent leur magot sur la Marketplace, une sorte de marché noir numérique de l’information volée, et attendent de voir s’ils trouvent preneur.

Le meilleur moyen de combler son retard sur un concurrent n’est donc, pour certain, pas toujours d’investir dans la recherche au risque de mettre en péril la santé financière de l’entreprise, mais juste d’aller récupérer l’information manquante directement où elle se trouve.

Question 4 : A partir des vidéos proposées et du texte, répondez à la question suivante : L’information est-elle un enjeu stratégique ?

Mobiliser l’outil numérique

Le visionnage des vidéos n’est intéressant que s’il ne se limite pas aux murs de la classe. Les apprenants doivent être autonomes sur ce point et utiliser leurs propres outils (smartphone, tablette, ordinateur). Par ailleurs le contrôle de la compréhension de ces supports vidéo peut donner lieu à des tests sur supports numériques. Vous pouvez de façon très simple utiliser MOODLE car cette plateforme est largement proposée par les établissements français. L’intérêt de MOODLE est de pouvoir réaliser le « scoring » et le « tracking » de vos élèves/étudiants sur cette activité. Ou si vous avez envie de nouvelles découvertes numériques, Kahoot est aussi sympathique. Thot Cursus vous propose, à ce sujet, différentes applications pour réaliser des tests.

N’hésitez pas à demander aux apprenants de contribuer à l’élaboration d’une carte heuristique via une application de type MindMap, ou encore de présenter à l’oral (en limitant le temps de présentation à 180 secondes par exemple) d’autres stratégies ou scénarios de récupérations de données autres que ceux décris dans les vidéos proposées en illustrant leur argumentation par des diapositives.

Ces propositions sont assez simples mais ont l’avantage de pouvoir agrémenter efficacement les séances sans prendre l’avantage sur l’objectif initial de la thématique.

 

Bande annonce du film « The informant »

Bande annonce du film « Paranoïa »

Bande annonce du film « Duplicity »

Bande annonce de la série « Halt and catch fire »

Reportage « Spécial investigation : espions privés, barbouzes 2.0 »

Illustration : powtac via Foter.com / CC BY-NC-ND

Références

"Espionnage Et Intelligence économique : Quelles Différences ? Actuentreprise." Date de consultation 8 novembre 2016. http://www.actuentreprise.com/page_de_garde/espionnage-et-intelligence-economique-quelles-differences/.

Richard, Philippe. "Le Boom De L'espionnage Industriel." ParisTech Review - the Online Magazine of ParisTech - Technology, Business, Economy, Society and Individuals. Date de publication 27 octobre 2014. http://www.paristechreview.com/2014/10/27/espionnage-industriel/.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire