Par Élodie Lestonat  | e.lestonat@cursus.edu

La bande dessinée pour une pédagogie en version numérique

Créé le lundi 5 décembre 2016  |  Mise à jour le lundi 19 décembre 2016

La bande dessinée pour une pédagogie en version numérique

Une bande dessinée est appelée « bande dessinée numérique » à partir du moment où elle a été mise à disposition sur le web. Une définition bien large qui laisse donc des possibilités infinies de création et d’apprentissage et dans le même temps des moyens divers pour l’enseignant d’adapter sa pédagogie à ses publics.

Les outils d’aide à la réalisation d’une bande dessinée numérique

Une bande dessinée numérique peut se concevoir comme un travail effectué sur papier puis numérisé par l’intermédiaire d’un scan. Une fois cette opération effectuée, il peut être envisagé de l’agrémenter d’images numériques préconçues disponibles en accès libre comme certains émoticônes, mais aussi de photographies numériques, de graphiques, etc…On peut donc réaliser une bande dessinée de façon très artisanale, ce qui est apprécié par les élèves qui aiment détourner les logiciels qu’ils connaissent déjà.

Le travail de conception de la bande dessinée peut également être directement effectué en version numérique grâce à un des nombreux logiciels de création de bande dessinée mis à disposition, plus ou moins gratuitement, sur le net. On peut citer, de façon non exhaustive, les logiciels BD Studio Pratic, LibreOffice, Chogger, Makebeliefscomix, Piston, Tilted Chair, Comic Maker HD, Comic Life, GoAnimate, Powtoon, Muvizu, Moovly, Animaker, Animatron ou Bookabi. Le site #classe TICE présente plusieurs de ces logiciels sous forme de descriptif synthétique et, de plus, pédagogique.

L’intérêt d’un logiciel de création de BD est de proposer un cadre prédéfini à l’apprenant et de mettre à sa disposition différents outils et techniques propres à la bande dessinée traditionnelle.

Les atouts que représente le numérique

La réalisation d’une bande dessinée collective peut aussi donner lieu à une lecture collective par l’intermédiaire d’un tableau numérique interactif. La bande dessinée, support traditionnellement destiné à un usage individuel, devient un élément d’étude commun pour un groupe de plusieurs personnes. N’étant pas soumis aux contraintes classiques de l’édition, il peut être le fruit d’un travail collaboratif dont les participants n’ont pas besoin de se trouver dans la même pièce, et faire l’objet de modifications rapides si nécessaire. Une fois le résultat présenté sur Internet, il est alors consultable par tous sur des supports aussi variés qu’un ordinateur familial, une tablette ou un smartphone

Enfin, il est à noter qu’un des principaux atouts de la bande dessinée numérique est le fait de pouvoir y introduire des animations soit visuelles (par exemple l’ajout, dans une case, d’un œil qui cligne pour indiquer une forme de complicité, ou d’un éclair qui sort d’un nuage, dans une bulle de dialogue, pour exprimer un courroux), soit sonore (comme le bruit d’une explosion accompagnant le dessin d’un «Boum!».

La bande dessinée comme outil de structuration…

Les usages à titre pédagogique de la bande dessinée sont nombreux. Deux d’entre eux font de ce support un élément précieux pour transmettre un savoir de façon dynamique, c’est-à-dire en stimulant la participation des apprenants.

Le premier usage consiste à la structuration de la pensée. L’enseignant propose un contexte à partir duquel il pose une problématique. Les élèves vont pouvoir, grâce au mélange de création graphique et de texte que représente la bande dessinée, exprimer leur propre représentation de la problématique, du cheminement qu’ils vont suivre pour la résoudre et de la solution qu’ils vont y apporter.

Une bande dessinée possède ses contraintes « architecturales » : La case, la bulle, le rythme de l’action, le symbolisme des émotions imposent un formatage bien particulier qui oblige les élèves à adopter un processus de réflexion efficace. Il faut construire son récit comme on construit une démonstration. Chaque case est un pas supplémentaire vers la solution. Mais le nombre de cases disponibles n’est pas illimité. Il faut donc repérer les points essentiels du cheminement de sa pensée, savoir condenser et exprimer les choses de façon concise et précise, progresser étape par étape, garder à l’esprit l’équilibre du récit en offrant à chaque idée ou chaque point développé un nombre de cases ou de bulles identiques.

… et de conceptualisation

Les élèves avancent pas à pas, case par case, en se posant à chaque fois la question de l’intérêt et du bienfondé de ce qu’ils expriment. « Est-ce bien nécessaire pour la compréhension du scénario ? », « Est-ce réaliste ? », « Est-ce un élément essentiel ? », « Suis-je sur la bonne voie ? ».

Ce processus intellectuel, nécessaire à la réalisation d’une bande dessinée, oblige les élèves à un exercice de reformulation permanent pour, d’une part, assimiler les informations qui leurs ont été communiquées, d’autre part stimuler leur capacité d’appropriation et de conceptualisation de la problématique étudiée et enfin la communiquer.

Grâce à sa facilité de mise en œuvre et sa grande liberté de réalisation, la bande dessinée permet la multiplication des représentations possibles, rendant ainsi le raisonnement des élèves plus explicite.

La bande dessinée comme outil de simulation

Le second usage consiste à immerger l’apprenant dans une histoire dont il serait le héros. Les premières cases sont utilisées pour poser le décor et énoncer une problématique, les suivantes pour proposer un ou plusieurs chemins vers une ou plusieurs solutions possibles. A chaque nouvelle case, l’apprenant « héros de l’histoire » doit prendre une décision sous la forme d’une réponse à une question à choix multiples. Cette décision pouvant le faire progresser pas à pas vers son objectif, ou l’entraver dans sa recherche. La bande dessinée n’est plus alors un simple support de cours mais devient un véritable simulateur qui plonge l’élève dans un environnement visuel et sonore.

Le scénario élaboré par Cathy Moore pour l’apprentissage de gestion de situations de conflit par les officiers des forces armées américaines en est un excellent exemple. L’intérêt que représente la bande dessinée par rapport à une vidéo est indéniable. Là où les images animées vont entrainer l’élève dans une cadence soutenue, la bande dessinée l’autorise à avancer en respectant son propre rythme d’apprentissage. Il peut, si besoin, effectuer une recherche en parallèle, consulter un autre document pédagogique, faire une pause si nécessaire et même, s’il le souhaite, revenir sur ses pas pour explorer une autre voie.

La réflexion sans le stress

Le dessin permet à l’apprenant de prendre ses distances par rapport à la réalité, contrairement à ce qui se produit lorsque, confronté à une image vidéo, il se retrouve submergé d’émotions néfastes à sa concentration et gênant sa prise de décision. Le choix de minimaliser le décor afin de ne pas parasiter l’attention, ou, au contraire, d’utiliser la caricature pour grossir les traits de certains personnages et focaliser l’intérêt font partie des stratégies caractéristiques de la bande dessinée et utilisables pour orienter l’apprenant dans son cheminement intellectuel.

Tout en évitant à l’élève de vivre une forme de stress dans laquelle le plongerait irrémédiablement des images vidéo, le choix du dessin désacralise le héros de la fiction pédagogique, empêchant l’élève de pleinement s’identifier à lui et de perdre, de ce fait, son libre arbitre et sa liberté de choix.

Comparée à la vidéo dans laquelle tout s’enchaîne, la bande dessinée propose le temps de la réflexion, l’analyse de la situation, la communication avec son environnement, la prise de décision réfléchie.

Illustration : Fouquier ॐ via Foter.com / CC BY-NC-ND

Références

"9 Outils Pour Créer Une Bande Dessinée Avec Les TICE." #ClasseTICE. Date de consultation 5 décembre 2016. http://classetice.fr/spip.php?article256.

Comment créer votre vidéo d’entreprise sans débourser un centime - Steve Axentios
https://steveaxentios.ch/comment-creer-votre-video-publicitaire-gratuitement/

"Bande Dessinée Numérique. (Séquence Action Mutualisée Académique)- Arts Plastiques - Pédagogie - Académie De Poitiers." Espace Pédagogique - Académie De Poitiers - Toute La Pédagogie En 1 Clic... Date de publication 6 juillet 2016. http://ww2.ac-poitiers.fr/arts_p/spip.php?article469.

Moore, Cathy. "Elearning Example: Branching Scenario for US Army." Training Design Ideas from Cathy Moore. Date de publication 3 mai 2010. http://blog.cathy-moore.com/2010/05/elearning-example-branching-scenario/.

Telling Science, Drawing Science - Science En Récit, Science En Image - Sciencesconf.org. Date de consultation 5 décembre 2016. https://sarabandes2016.sciencesconf.org/113113/document.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire