Par Frédéric Duriez  | f.duriez@cursus.edu

Des webinaires pour créer une communauté d'apprentissage

Créé le vendredi 28 avril 2017  |  Mise à jour le lundi 8 mai 2017

Des webinaires pour créer une communauté d'apprentissage

Comment animer un webinaire pour permettre une interactivité avec les apprenants ? Comment utiliser le webinaire pour créer une communauté d'apprentissage ? Comment éviter le classique diaporama commenté et accompagné d'un chat ? Autant de questions auxquelles Béatrice Lhuillier nous apporte des réponses concrètes et pertinentes.

Béatrice Lhuillier est une spécialiste du e-learning. Elle préside le collectif Learning Sphere qui compte un grand nombre de spécialistes du e-learning en France. Depuis un an, elle propose des formations, des publications et des webinaires autour des sketchnotes.

Cette interview, réalisée en avril 2017, permet de comprendre les facteurs de réussite des webinaires et la place qu'ils occupent dans un dispositif de formation et dans une démarche marketing d'offre de formation.

Quelle plateforme utilises-tu ?

J'ai testé plusieurs solutions du marché avant d'arrêter mon choix.
J'utilise actuellement :

  •     la solution WebinarJam dans mes activités de sketchnoting
  •     la solution Gotowebinar dans le cadre de mon association Learning Sphere

La solution Gotowebinar est très professionnelle et très solide mais elle a un inconvénient : elle n'enregistre que le flux de ce que l'on partage à l'écran (Powerpoint ou partage de l'écran) mais pas le flux vidéo des caméras des intervenants.

C'est la raison pour laquelle pour mes activités de sketchnoting j'utilise WebinarJam qui me permet d'enregistrer absolument tout ce qui se passe dans le webinar : vidéo de face, vidéo qui filme ma main qui dessine, partage d'une présentation Powerpoint mais aussi tous les échanges de chat ou les questions qui me sont posées pendant l'événement.

webinaire selon Beatrice Lhuillier
Quel est l'intérêt du webinaire ?

Un webinaire sert forcément un objectif : informer, former, entretenir du lien, répondre à des questions, animer une communauté ou vendre... Au final, il y a UN objectif qui est de faire connaître vos activités.

D'autre part, un webinar doit créer un changement chez la personne qui le suit : il doit y avoir un avant et un après. Elle doit en sortir plus "riche" qu'en arrivant. En tant qu'intervenant, vous lui êtes redevable : la personne s'est inscrite, a laissé ses coordonnées et vous donne une heure de son temps. Et le temps c'est notre bien le plus précieux aujourd'hui ! En échange, vous devez lui apporter quelque chose, la faire grandir, faire en sorte qu'elle en garde une trace.

Par exemple, j'ai animé quelques webinars en ligne sur le sketchnoting. Les personnes en sortent avec la satisfaction d'avoir produit quelque chose, et comme elles en sont fières, elles le partagent ensuite sur le site.

J'ai remarqué que tu avais créé une communauté autour du sketchnoting. Peux-tu nous en parler ?

Oui, bien sûr !
Lorsque j'ai lancé mes activités autour du sketchnoting, je n'avais évidemment aucune audience car personne ne connaissait vraiment cette pratique.

J'ai donc commencé en en parlant autour de moi et, pour la petite histoire, j'ai envoyé un premier e-mail à mon cercle de connaissances issues de mon carnet d'adresses personnel sur google ! J'ai nettoyé cette base et j'ai envoyé un e-mail, dix par dix, pour éviter de tomber en spam !

Je leur annonçais que j'allais animer un webinaire sur le sketchnoting et qu'ils seraient gentils de faire passer le message autour d'eux. Je m'attendais à avoir 20 ou 30 inscrits, ce qui aurait déjà été un très bon résultat. Et j'ai eu plus de 100 inscriptions !

Grâce notamment aux webinaires, ce sont aujourd'hui plusieurs milliers de personnes qui suivent mes activités.

La dynamique créée avec les webinaires se prolonge sur les réseaux sociaux.
J'ai créé plusieurs pages Facebook autour des sketchnotes : Sketchnotes : Facile ! et Sketchnotes Pro. J'ai aussi créé des groupes dans lesquels les membres peuvent échanger sur leur pratique. Et l'ambiance est géniale ! Les membres sont bienveillants et très heureux de partager.

J'ai dernièrement créé un groupe privé, dédié aux clients de ma formation en ligne "Devenir Sketchnoteur".

Beaucoup de webinaires sont des diaporamas commentés, avec un chat sur le côté et un animateur qui lit les questions ou en pose lui-même - comment aller au-delà en matière d'interaction ?

L'astuce ici est très simple : ne pas s'adresser à un groupe mais à une personne en particulier !  J'imagine toujours que je m'adresse à UNE personne que je sais bienveillante, et à qui j'ai envie de partager au maximum ! Je me mets dans cet état d'esprit avant de démarrer mes webinaires.

Je sais que certaines personnes sont stressées à l'idée d'animer des webinaires. Moi-même, parfois encore aujourd'hui, il m'arrive d'être stressée quand je sais qu'un événement est à fort enjeux. Mais au bout de quelques minutes, il faut oublier cela et s'adresser non pas au groupe mais à "Geneviève" ou à "Bertrand" dont on sait qu'ils sont en ligne et qu'ils ont envie d'apprendre, d'obtenir des réponses à leurs questions.

Je sais, pour l'avoir expérimenté, qu'il est pénible de participer à des événements pendant lesquels les intervenants ne répondent pas aux questions.

Pour ma part, je laisse toujours le chat ouvert et j'attrape des questions "au vol" : ça crée de l'interactivité avec les participants.  Parfois, je me fais accompagner d'une personne qui est chargée de répondre par écrit aux questions si elle le peut et de me faire parvenir les questions les plus pertinentes pendant la session.

J'aime beaucoup travailler en binôme d'ailleurs car c'est assez reposant !
Et puis, j'aime aussi poser des questions à mon audience, lancer des sondages ou des questions dans le chat pour ensuite commenter les résultats.

Une chose que je n'ai encore pas expérimenté, mais c'est pour bientôt, c'est d'ouvrir les micro et les caméras. L'outil WebinarJam le permet : je peux avoir jusqu'à 6 personnes en simultané si je le souhaite ! A tester ! De fait, cela doit permettre d'éviter que l'audience reste passive derrière son écran. Si elle sait qu'elle peut être "interrogée" ou "sollicitée" à tout moment, ça la maintien attentive.

Aujourd'hui, nous sommes sans cesse sollicités. Quand une personne est présente pour vous suivre en direct, c'est une gageure que de faire en sorte qu'elle vous écoute pendant une heure de bout en bout en étant concentrée. Il faut donc multiplier les exercices, alterner les vues aussi : Powerpoint, partage de vidéos, caméra sur l'intervenant, dessiner à l'écran etc. Ne vous cachez pas derrière votre powerpoint !

Quelle cohérence et complémentarité entre le webinaire et les autres dispositifs d'une formation en ligne ?

Je fais le distingo entre le webinaire et la classe virtuelle qui ont des objectifs très différents.

Dans le cadre d'un dispositif de formation, on utilisera plutôt la classe virtuelle qui, dans sa construction et ses objectifs est bien différente. La classe virtuelle va s'articuler dans un dispositif de formation plus global avec un ou des objectifs pédagogiques précis, identifié dans la construction du dispositif.

Le webinaire est plus un outil "marketing" : certes on y enseigne des choses mais ce n'est qu'une petite part de ce que vous savez transmettre. C'est une sorte de "mise en bouche" pour montrer votre savoir faire. C'est un élément autonome qui doit se suffire à lui-même.

Il y a évidemment des similitudes dans la manière d'animer, dans le savoir-être mais ce sont deux choses bien distinctes.

Comment prépares-tu tes webinaires ?

La préparation d'un webinaire est la partie tout à fait cachée de l'iceberg ! Car pour 1h de webinar, je peux avoir des heures de préparation et de logistique !
On ne vient pas animer un webinaire les mains dans les poches avec 3 slides mal ficelées. Certains y arrivent, moi pas.

Je travaille toujours sur la persona, c'est à dire que je me repose la question "Qui va venir à cet événement ? Qui est-il  ? Qu'attend-t-il ?" Parfois, je propose un questionnaire au moment de l'inscription : cela m'aide à construire mon intervention.

Je fais mon plan, je prévois les respirations  et je travaille beaucoup le rythme de mes interventions, je conçois des exercices etc.
Je fais plusieurs "enregistrements à blanc" : pour vérifier le timing, l'enchaînement etc.
Et puis, il y a le côté logistique à proprement parler : créer l'événement et le faire connaître via les réseaux sociaux notamment, faire un peu de publicité, suivre les inscriptions, envoyer des mails de rappel aux inscrits. Ceci pour optimiser le nombre de personnes présentes.

Illustrations : Frédéric Duriez

Ressource

Béatrice Lhuillier - Blog sketchnotes faciles
https://www.sketchnotes-facile.com

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire