Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

Comment j’apprends à distance avec mes 148 amis

Créé le jeudi 8 juin 2017  |  Mise à jour le lundi 3 juillet 2017

Comment  j’apprends à distance avec mes 148 amis

Les amis en ligne une autre forme de sociabilité

Certaines études de l’INSEE  montrent que l‘anonymisation contribuerait à nuire au lien social. L’entraide, les échanges d’idées, la participation à des projets collectifs seraient en retrait. Pourtant, les dispositifs en ligne donnent l’impression que l’on dispose de nombreux amis, followers, contacts, twittos, abonnés, adhérents ou inscrits  sur facebook, linkedin, twitter, sur les  blogs, ou dans une communauté en ligne, un  MOOC ou une plateforme en ligne.

Le nombre maximum d’amis

On adresse à ces amis un cœur, un pouce levé, un commentaire. On reste en lien avec eux à distance pendant des années, on s’adresse des cartes virtuelles et on se souhaite même joyeux anniversaire. Le nombre d’amis semble être infini, alors que l’anthropologue Robin Dunbar prétend dans une étude qu’un individu ne peut entretenir des relations humaines simultanées qu’avec 148 personnes. Au-delà, la confiance mutuelle et la communication semblent se dégrader. En effet nous disposons d’un temps compté et l’attention aux autres, l’engagement social que nous pouvons mettre en place sont limités. Combien de seconde accorder vraiment à ses 5 000 amis quand le temps est limité ?

Ce nombre dit « nombre de Dunbar » serait peut-être en train d’être revu à la hausse avec internet puisque notre mémoire est soutenue par les bases de données, les sites, par exemple copain d’avant, ou les annuaires des écoles que chacun a le loisir de mettre à jour de lui-même. De plus les façons d’entrer en lien éliminent certains rituels et préliminaires faisant gagner du temps à l’établissement de relations. D’autres pensent au contraire que le temps, l’attention, les intérêts communs, les signaux à partager connaissent une limite et qu’il est temps de réduire son nombre d’amis. C’est ce que pratiqueraient les communautés d’amishs en restreignant à 150 la taille de leurs églises pour vivre un communautarisme resserré. Mais il y a différents types d‘amis….

La force des liens faibles

Peut-être faut-il alors prendre en compte la théorie du capital social et des liens de Mark Granovetter qui classe les liens en liens forts (familles ou amis très intimes) et en liens faibles (connaissance moins intensément entretenues).

Pour lui la force des liens est caractérisée par la combinaison du temps passé ensemble, de l'intensité émotionnelle, de l'intimité et de la réciprocité du lien entre l'agent A et l'agent B. Ces liens faibles seraient particulièrement utiles pour trouver un emploi mais aussi pour apprendre. Selon les liens, deux stratégies seraient repérables le « bridging » qui construit des ponts et rend chacun plus accessible et le « bonding » qui s’assure de liens plus serrés. Une étude relevée par Marsouin.Org  montre qu’un réseau social tel que facebook pourrait plutôt favoriser les stratégies de bridging que de bonding, tout en augmentant, l’isolement géographique. D’autres études montrent que les célibataires ont un réseau d’amis sur facebook constitué de relations moins profondes que celles affiliées à des familles. Le réseau social jouerait un rôle  compensatoire avec la famille tandis qu’il permettrait d’assurer plus de continuité dans les relations interpersonnelles avec ses amis.

Lorsque l’on observe les effets des « amis » sur l’apprentissage, la persistance de la motivation, l’engagement, la participation active, dans le cas d’une communauté d’apprentissage de l’espéranto forte de 200 000 membres ; il est possible de relever qu’une influence sociale joue pleinement dans le sens du soutien, même quand le nombre de membres actifs reste pondéré. Le partage de valeur de but, de découverte de soi, du divertissement procuré, de la connectivité interpersonnelle, et de l’amélioration du statut social sont des éléments clés dans les relations amicales.

Comment les amis aident  à apprendre

Ei si ces amis, que certains observateurs moquent comme une marque d’un ego facile à flatter, pouvaient nous apprendre ? Et si les critiques, disant -  « le nombre d’amis n’est pas significatif, il s’agit plutôt de solitude interactive », ou « en ligne point d’amitié possible, car il n’y a pas de communication non verbale et authentique » - étaient un peu trop rapides.

Les amis et leurs interactions permettent des :

  • Recommandations, réassurances sur ses choix;
  • Reconnaissances de ses idées, projets, articles;
  • Questionnements vers de nouvelles idées ou perspectives;
  • Apports de contenus, accès à une veille professionnelle;
  • Mises en relation avec d’autres;
  • Diffusion des idées, et augmentation de la réputation qui ouvrira à d’autres contacts;
  • Opportunités de carrière, de formation ou d’apprentissage (un ami qui participe à un événement près de chez soi peut être identifié);
  • Stimulation et entraînement réciproque;
  • Compte-rendus de réunion ou d’événement...

Les amis numériques ne sont pas toujours cette solitude interactive décriée. D’ailleurs il est aussi possible de les retrouver en dehors des espaces en ligne pour participer ou réagir à vos entreprises.

Quelques conseils en toute amitié pour apprendre avec ses amis :

  1. Choisissez vos amis, évitez les faux amis : prostitués commerciaux cachés, quémandeurs en tout genre, copieurs,
  2. Soutenez les initiatives de vos amis, ils vous soutiendront à leur tour quand vous aurez une question, un projet,
  3. Relayez leurs idées, leurs préoccupations, efforcez-vous de leur apporter quelque chose. Le rebond construit du lien.
  4. Mettez un peu de chaleur dans vos relations amicales, en vous efforçant de compenser autant que faire se peut la communication non verbale manquante par des expressions et des mots choisis, ou bien une vue de qualité en cas de contact vidéo. Les émotions circulent sur internet. Pour vous en convaincre, celui qui a reçu un rappel des impôts par courriel sait que son cœur peut se mettre à bondir.
  5. Essayer de rassembler d’une part les amis de votre sphère professionnelle et d’autre part vos amis de votre sphère personnelle. Créez pour cela des groupes distincts ou mieux développez vos liens sur des réseaux distincts. Par exemple vos amis intimes sur Facebook, et vos amis professionnels sur Linkedin. Pour choisir recensez les groupes professionnels les plus actifs sur ces réseaux sociaux.
  6. Ne faites pas qu’apporter des informations connues de tous, intéressez vos amis par des informations originales dont vous êtes le créateur;
  7. Ne noyez pas vos amis de trop d’informations, ou de trop de sollicitations à faible valeur ajoutée, soyez sélectif. De même ne les sollicitez pas à tout propos. Ils pourraient se lasser.
     

L'entretien des liens

Il reste à chacun d’être prudent dans les informations  qu’il dévoile sur soi, car si jamais les amitiés peuvent passer, certains peuvent trouver le moyen de vous pourrir la vie ou d’exercer leur rancune. Restons amis avec tout le monde serait peut-être une façon de réactiver des liens sociaux et à chaque fois possible prenons le temps de boire un verre ensemble ou de faire un détour saluer ses amis.

Sources :

Psychologie -  Mes amis virtuels sont-ils de vrais amis ?  - Blandine Grosjean http://www.psychologies.com/Culture/Ma-vie-numerique/Articles-et-Dossiers/Mes-amis-virtuels-sont-ils-de-vrais-amis

Nombre de Dunbar – Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Nombre_de_Dunbar

Le nombre de Dunbar : pourquoi nous ne pouvons pas avoir plus de 150 amis - Métrosapiens
http://metrosapiens.com/le-nombre-de-dunbar-pourquoi-nous-ne-pouvons-pas-avoir-plus-de-150-amis/

Contrepoint - L’intérêt général et le nombre de Dunbar - Guillaume Nicoulaud
https://www.contrepoints.org/2014/02/18/157023-linteret-general-et-le-nombre-de-dunbar

Mark Granovetter – Wikipédia - https://fr.wikipedia.org/wiki/Mark_Granovetter

Impact des réseaux sociaux sur la sociabilité - Godefroy DangNguyen et Virginie Lethiais - Marsouin.org
https://www.marsouin.org/IMG/pdf/V-Lethiais_G-DangNguyen_impact_sociabilite.pdf

Qualité des relations interpersonnelles et utilisation de facebook chez les adultes émergents. - Camirand, Élisabeth; Poulin, François - Canadian Journal of Behavioural Science / Revue canadienne des sciences du comportement, Vol 48(2), Apr 2016, 101-111. http://dx.doi.org/10.1037/cbs0000023

Amis, Yevgeniya (2016). « La motivation et le comportement des utilisateurs dans la communauté virtuelle de l'école de l'espéranto en ligne Lernu.net » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sciences de la gestion
http://www.archipel.uqam.ca/8440/

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire