Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

Comment devenir une société apprenante ?

Créé le mercredi 16 août 2017  |  Mise à jour le mercredi 18 octobre 2017

Comment devenir une société apprenante ?

Vers une société apprenante (.pdf) - Rapport sur la recherche et développement de l’éducation tout au long de la vie.

Qui sont les auteurs du rapport

Un rapport, aussi officiel soit-il, est porté par des auteurs ayant des attachements et des engagements qui en orientent les propositions et les conclusions. En matière de prospective et de lecture des tendances, les rapports sont donc liés aux personnalités qui les composent et aux méthodes qu’ils utilisent.

Il est donc utile de spécifier qui sont les auteurs et les méthodes utilisées pour répondre à la commande du ministère de l’éducation nationale français qui cherche à savoir comment faire de la « Recherche et développement de l’éducation tout au long de la vie ».

Les auteurs

Les auteurs sont François Taddéi chercheur en biologie connu pour ses initiatives en matière pédagogique. Il  a déjà produit un rapport pour l’OCDE en 2009. Diplômé de Polytechnique, Ingénieur en chef des Ponts, des Eaux et des Forêts,  Docteur en génétique, Directeur d’une équipe de recherche en biologie des systèmes et évolution dans une unité de l’INSERM à l’Université Paris-Descartes, François Taddei travaille sur l’ingénierie des systèmes et les dynamiques évolutives.

Avec Ariel Lindner, il a fondé le CRI, Centre de Recherche Interdisciplinaire, promouvant de nouvelles pédagogies. Observant différents systèmes éducatifs de l’OCDE (en particulier en Finlande), François Taddei insiste sur l’importance de méta-compétences : la créativité, l’initiative et la prise de risques dans les apprentissages, affirmant que c’est ainsi qu’enfants et adultes peuvent devenir constructeurs de savoirs collaboratifs et capables de les utiliser de façon productive dans leur vie sociale et professionnelle.

Persuadé qu’il faut tirer le meilleur parti possible des possibilités offertes par les nouvelles technologies qui caractérisent l’âge du numérique, il promeut l’interdisciplinarité et l’expérimentation de nouveaux projets éducatifs, le développement d’environnements et de programmes créatifs et la diffusion de meilleures méthodes pédagogiques, par l’organisation d’un réseau d’expériences bien conçues et d’échange d’information accessible à tous.  

Le processus de la pensée créative s’élabore ainsi comme une combinaison de  la motivation, de la connaissance et d’une approche souple et imaginative. Pour la favoriser, Taddei prône la coformation et les interactions entre pairs, privilégiant le processus d’interrogation systématique ouvrant sur l’investigation de son environnement.

Catherine Becchetti-Bizot directrice du numérique pour l’éducation, Inspectrice générale de l'éducation nationale, chargée de mission numérique et pédagogie elle a aussi été membre du Conseil supérieur des programmes au MEN et conseillère en relations internationales au ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Guillaume Houzel était, depuis mai 2012, conseiller social et vie étudiante, culture scientifique au cabinet de la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Les méthodes d’investigation

Les méthodes d’investigation se sont appuyées sur 6 mois d’entretiens (plusieurs centaines), des observations de pays réputés pour leurs excellents résultats éducatifs, l’organisation d’un débat en ligne avec près de 10 000 consultations et environ 1000 contributions d’internautes. Une recherche bibliographique (le rapport mentionne 79 références, rapports internationaux ou résultats de recherche). Une journée d’échange collectif organisée à l’institut Pasteur a permis une vision d’ensemble.

10 préconisations  contenues dans le rapport

Les auteurs préconisent 10 propositions qui combinées de manière systémique pourraient aider à la transition vers une société apprenante.

  1. Mieux adosser à la recherche la formation initiale et continue de tous les acteurs
  2. Encourager l’engagement d’équipes dans des expérimentations et des mises en réseau
  3. Intensifier la recherche sur l’éducation
  4. Aménager des tiers lieux physiques
  5. Déployer des tiers lieux numériques
  6. Promouvoir un carnet d’apprenant tout au long de la vie
  7. Promouvoir des normes des dispositifs et des cadres de confiance
  8. Concevoir et promouvoir des règles éthiques pour conduire des expérimentations pédagogiques et utiliser des traces numériques
  9. Constituer des communautés éducatives élargies et territorialisées
  10. Préfigurer une alliance de recherche de la société apprenante
     

Le cœur  des propositions réside dans l’idée de recherche menée sous la forme d’une exploration collective et interdisciplinaire du monde.

Les questions que pose le rapport

Incontestablement le rapport fait une part au potentiel collaboratif du numérique et aux initiatives de tous les acteurs de l’enseignement de l’éducation, aux institutions aux gouvernements, aux parents et aux apprenants eux-mêmes. Il mise sur une montée en puissance de l’autonomie des acteurs dans l’acte d’apprendre et de prendre des initiatives. Le parti pris adopté est centré sur l’éducation et obère la formation des adultes. Pourtant le changement passera aussi par les leaders éducatifs, des prescripteurs, des conseillers, des formateurs, des coachs et des financiers.

Autant on perçoit les aménagements de nouveaux espaces physiques et numériques (exemple du Learning Lab Network, des réseaux de Fab-Lab ou d’espaces de co-working), autant la confiance préconisée est autant une condition qu’une finalité sur laquelle il sera nécessaire de veiller attentivement ou de rechercher dans de multiples initiatives. Disposer de mentors bienveillants, d’environnement capacitants, de ville apprenantes, de territoires connectés et d’une planète que l’on écouterait mieux pour se faire apprenante.

La promotion d’un carnet apprenant tout au long de la vie est une belle idée, il faudra certainement suivre de plus près la difficulté de tracer volontairement ses apprentissages. En effet, une société apprenante est une société vivante, apprendre et vivre sont synonymes. Faut-il consigner tous les actes de sa vie ? 

À moins que de nouveaux algorithmes n’assurent la traçabilité de tous nos apprentissages sans que nous ayons à y penser ? Mais dans ce cas quid de ceux qui ne pourront rien attester numériquement ? C’est toujours d’apprendre à apprendre qu’il est question dans ce rapport. Chacun où qu’il soit peut contribuer à le faciliter. Il y parviendra peut être d’autant plus facilement qu’il sera soutenu par une communauté intéressée par l’éducation et la formation.

Sources :

TADDEI, F BECCHETTI-BIZOT, C. HOUZEL, G. (2017), Vers une société apprenante. Rapport sur la recherche et développement de l’éducation tout au long de la vie. Ministère de l’éducation nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mars. 2017 Paris ; France.
http://cache.media.education.gouv.fr/file/2017/40/3/Rapport_recherche_et_developpement_education_V2_756403.pdf

TADDEI, F. (2009), Former des constructeurs de savoirs collaboratifs et créatifs : Un défi majeur pour l’éducation du 21ème siècle. OCDE. https://cri-paris.org/wp-content/uploads/OCDE-francois-taddei-FR-fev2009.pdf

Forum d’échange du Learning Lab Network - https://whaller.com/org/portal/2580

Centre de recherche Interdisciplinaire - http://cri-paris.org/

Digital Learning News - Qu'est-ce qu'un FabLab ?

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire