Par Evelyne Jardin  | e.jardin@cursus.edu

Comment créer une micro ferme en permaculture

Créé le lundi 25 septembre 2017  |  Mise à jour le lundi 16 octobre 2017

Comment créer une micro ferme en permaculture Couverture de Créer sa micro-ferme

En 2012, Linda Bedouet et son compagnon, Edouard créent la ferme des Rufaux. Sur une surface de moins de 3 hectares, ils cultivent de nombreuses variétés de légumes (courgette, oignon, choux, navet...), de fruits (tomate, pomme, poire...) et d'aromatiques.

Leur principe : cultiver en permaculture en s'appuyant sur la complémentarité de certaines variétés et d'écosystèmes (plantes/animaux). Une aventure partagée par Linda dans un guide pratique très complet. Dans Créer sa micro-ferme, elle part du démarrage du projet jusqu'au développement, en passant par le choix du statut juridique, les méthodes culturales, la commercialisation et même la communication.

Thot Cursus : Pensiez-vous réussir votre projet de micro-ferme avec le double handicap d'être une NIMA (non issue du milieu agricole) et une HCA (hors cadre agricole) ?

Linda Bedouet : Nous avions le foncier et la maison pour démarrer le projet. Du côté de nos compétences, mon conjoint est issu de la campagne. Il sait faire beaucoup de choses, comme couper du bois, reconnaître la qualité d'un fumier... Mes atouts : le sens du commerce (avant, j'étais directrice adjointe d'une foncière d'investissement), un esprit très pratique... et je suis sportive !

Se lancer dans un tel projet avec des problèmes de santé, ce n'est pas recommandé car les tâches nécessitent force et endurance. J'ai rencontré des porteurs de projet qui me disaient souffrir de mal de dos. Impossible pour un travail où l'on est penché, où l'on porte des lourdes charges. Le travail de maraîchage est physique.

Thot Cursus : Les techniques de permaculture nécessitent-elles une formation ?

Linda Bedouet : Comme vous l'avez dit, je n'ai aucune formation agricole mais si c'était à refaire, je passerais le brevet professionnel avec une spécialisation en maraîchage bio. Un an de formation et 10 semaines de stage permettent d'acquérir de bonnes bases tout en testant les conditions de travail.

Je ne me suis pas complètement lancée tête baissée, j'ai suivi une formation à la permaculture à la ferme du Bec Hellouin. C'est pendant cette initiation que j'ai rencontré Edouard, mon conjoint et que nous avons mûri notre projet de micro-ferme en permaculture.

Pour s'initier à l'agroécologie qui met en synergie des écosytèmes naturels, il est possible aussi de démarrer avec un potager pour vivre le cycle des saisons, apprendre à détecter les parasites, les maladies, savoir associer les plantes... Autre solution : la pratique du Woofing. Aujourd'hui, beaucoup de jeunes s'initient à l'agriculture bio en séjournant dans une ferme. Dans le monde entier, des fermiers accueillent des jeunes. En échange du gîte et du couvert, ils participent à des tâches. C'est une excellente solution pour tester, in situ, sa condition physique.

Thot Cursus : Votre ferme en permaculture est une belle réussite mais quels écueils n'aviez-vous pas anticipé ?

Linda Bedouet : La question de la rentabilité de votre activité s'impose immédiatemment. J'ai quitté le confort du salariat. Etre à la tête de son affaire, c'est avoir une absence de revenu fixe. C'est devoir se constituer une clientèle. Donc la production n'est qu'une étape, il faut aussi s'occuper de la commercialisation. Entrer dans un réseau d'AMAP peut aider.

Toutes ces mises en garde ne doivent pas vous décourager. Le choix de devenir agricultrice en permaculture, c'est aussi un choix de vie mêlé à une philosophie. C'est une vie pleine de récompenses car la terre est généreuse. C'est une vie au fil de saisons où l'on se sent connecté à la nature. C'est une vie où le fruit de votre travail vous appartient. Personne ne peut venir se l'approprier.

Thot Cursus : Le virus de l'aventure vous a-t-il piqué avec la réussite de la ferme ?

Linda Bedouet : Une double réussite car notre micro ferme est rentable et le guide pratique rédigé sur la base de mon expérience a dépassé les 8 000 ventes. Un succès inattendu.

Le virus de l'aventure, je l'avais avant le projet de ferme et il ne me quitte pas. J'ai temporairement abandonné la ferme pour participer à l'animation de l'association Fermes d'avenir. L'objectif de l'association est d'accélérer le processus de transition agricole. Nous souhaitons développer une agriculture plus respectueuse des sols, des écosystèmes et des Hommes. Tout l'été, pendant le Fermes d'avenir Tour (#FAT2017), une centaine de salariés et de bénévoles ont sillonné la France pour rencontrer des agriculteurs pratiquant l'agroécologie. Pour les néophytes, nous proposons des formations à la permaculture, des conseils avant de se lancer... Nous recevons beaucoup de demandes, très variées, du châtelain qui veut convertir son domaine à l'étudiant qui termine ses études.

Pendant 5 ans, à la ferme des Rufaux, nous avons reçu des centaines de stagiaires. J'espère pouvoir sensibiliser un public encore plus large grâce aux actions de Fermes d'avenir.

Lire Linda Bedouet, Créer une micro-ferme, Editions Rustica, 2017 - https://www.decitre.fr/livres/permaculture-agroecologie-creer-sa-micro-ferme-9782815309264.html

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire