Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah  | t.gbedemah@cursus.edu

Larry Sanger et les trois lieux communs sur l'apprentissage à l'ère d'Internet

Créé le lundi 15 novembre 2010  |  Mise à jour le mercredi 20 novembre 2013

Dans un article publié en ligne sur Educause, Larry Sanger, connu comme le cofondateur de l'encyclopédie collaborative en ligne Wikipédia, tente de démonter les trois lieux communs suivants sur l'éducation à l'ère d'internet :

  1. La disponibilité instantanée des informations en ligne rend la mémorisation factuelle inutile ou moins nécessaire.
  2. L'apprentissage collaboratif est supérieur à l'apprentissage individuel, qui apparaît comme désuet.
  3. Les livres longs et complexes constituent des monologues statiques et sont inférieurs aux connaissances co-construites par un groupe de personnes.

Pour ce philosophe de l'éducation, dont la thèse porte sur la théorie de la connaissance, c'est une erreur profonde que de croire de nos jours que les outils d'Internet peuvent se substituer à l'esprit humain et dispenser de l'effort individuel et de l'attention requise dans les formation en arts libéraux[1].

De l'inutilité de la mémorisation

Don Tapscott (cité dans l'article), l'un des défenseurs de la thèse de l'inutilité de la mémorisation, soutient qu'Internet est une "fontaine de connaissance" rendant la mémorisation factuelle non nécessaire. Ce serait suffisant, dit-il, de savoir qu'il y a eu dans l'histoire une Bataille d'Hastings. Quant à la date (1066), il suffirait à l'étudiant de se confier à Google pour avoir les précisions.

C'est vrai, Google fournit une réponse à la question mais pas la compréhension, répond Sanger. Et d'ajouter, la connaissance d'une discipline ne suppose pas seulement la mémorisation des faits et des chiffres s'y rapportant mais aussi la pratique, l'utilisation et l'intériorisation des principes de base. Pour lui donc, la mémorisation est le point de départ de la connaissance.

L'apprentissage individuel désuet ?

La théorie de la désuétude de l'apprentissage individuel s'attaque au contenu et à la méthode d'apprentissage. Pour les contempteurs de l'apprentissage individuel, les apprenants qui travaillent en groupe obtiennent de meilleurs résultats en ce qu'ils se soutiennent mutuellement dans l'apprentissage d'un point de vue motivationnel et pédagogique.

Sanger, sans dénier à l'apprentissage collaboratif la vertu dont il est paré, est plus réservé sur son efficacité. "Il n'y a pas de raison de penser que l'intégration pédagogique des médias sociaux rendra par enchantement les étudiants plus inspirés et engagés. Ce qui inspire et engage dans les médias sociaux, c'est la passion individuelle, les intérêts personnels et le désir de rester en contact avec les amis".

Plus formellement, il déclare que la lecture, l'écriture, la pensée critique et le calcul sont quatre activités majoritairement constitutives de l'apprentissage en "arts libéraux". Ces activités sont par essence individuelles et ne peuvent être rendues collaboratives au risque de dévoyer les arts libéraux.

Les livres... ennuyeux !

Finalement, dans ce débat sur la connaissance à l'ère d'Internet, les livres en prennent pour leur grade. Les lecteurs numériques n'ont pas suffisamment d'attention à accorder à la lecture d'ouvrages longs et complexes. Le blogging et le microblogging ont amenuisé l'attention des lecteurs. On citera utilement la saillie du théoricien de l'Internet, Clay Shirky : "Personne ne lit plus Guerre et Paix. C'est trop long et pas si intéressant".

A cette critique, Sanger répond en disant qu'il n'est pas nécessaire de lire de nombreux livres complexes pour acquérir un savoir-faire. En revanche, une solide formation intellectuelle en arts libéraux exige de se familiariser avec des livres écrits par des esprits denses et complexes.

En définitive, aussi paradoxal que cela puisse paraître, Larry Sanger, promoteur de plusieurs projets collaboratifs, se fait le défenseur de l'apprentissage individuel. N'oublions pas néanmoins qu'il a rapidement quitté Wikipedia pour fonder le site Citizendium, projet encyclopédique concurrent de Wikipedia, qui vise à développer "un sens individuel de l'identité" et donc à rejeter l'anonymat. On retient de son article que l'on ne doit pas opposer l'apprentissage collaboratif à l'apprentissage individuel, et dénier au second sa place dans la société de la connaissance. Les pédagogues et technopédagogues aviseront !

[1] Les arts libéraux contemporains désignent aux Etats-Unis la littérature, les langues, la philosophie, l'histoire, les mathématiques et les sciences.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire