Articles

Correcteur de copies à distance : le défi de la qualité

Qui se soucie du correcteur ?

Par Denys Lamontagne , le 10 novembre 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 10 décembre 2014

Les inscrits à un cours à distance ont la plupart du temps plusieurs devoirs à rendre; leurs tuteurs ont la charge de les corriger et de les rendre dans un délai raisonnable. Comme le nombre de copies est proportionnel au nombre d’inscrits et que le nombre de tuteurs en dépend, la charge demeure normalement équilibrée.

Maintenant, considérez les «examens blancs», des équivalents d’examens de Bac ou de concours. Il s’agit d’un lucratif marché où l'on facture entre 10 et 80 euros pour l’accès à l’examen et à la correction «professionnelle». Il s’en vend des centaines de milliers par année.

La majorité de ces copies arrivent durant une courte période à la fin de chaque semestre. La charge dépasse celle que les quelques responsables et tuteurs réguliers peuvent supporter, aussi on fait donc appel à des correcteurs externes.

La difficile qualité

Faire appel à des professionnels pour une courte période de pointe relève de l’impossibilité : les professionnels compétents sont presque par définition occupés et n’accepteront un mandat que s’ils sont capables de le caser dans leur horaire ou qu’il leur offre des avantages importants.  

La correction de copies d’examens blanc n’offre aucun avantage de cet ordre : elle est plutôt ennuyante, n’offre aucun intérêt coté carrière et se déroule intensivement. Alors, on embauche des étudiants pour qui la correction apporte un complément de revenus. Mais non formés à la correction et au commentaire pédagogique, la plupart s’en tiennent à noter les erreurs selon une grille standard. Comme ce ne sont «que des étudiants», la correction est chichement payée, ce qui les amène à expédier l’ouvrage pour en arriver à un revenu horaire acceptable et entraîne d’excellents profits pour l’entreprise.

On est loin du processus de correction officiel du Bac papier, où des équipes de professeurs s’y consacrent et se concertent pour en arriver à une certaine uniformité. À distance, chacun travaille isolément.  Par exemple, «Le Guide du correcteur du CNED» (.pdf) donne une certaine idée de la procédure administrative auquel un correcteur se soumet. Comment une institution s’assure d’une relative standardisation des corrections relève essentiellement de la vérification à posteriori, selon les écarts de notes par rapport à une moyenne ou à la suite de contestations. Dans ce contexte, le travail de formation des correcteurs et le soin apporté à la conception des évaluations devient stratégique.

Le prestige de la correction

Mais voilà, la correction et la rétroaction constituent une des activités pédagogiques stratégiques dans l’enseignement à distance. Dans le cadre d’un Mooc, par exemple, le volume devient tel que les possibilités de correction se réduisent à deux formes : automatique, par ordinateur ou co-évaluée par les usagers eux-mêmes.  Dans la formation en ligne plus classique, ces pratiques sont aussi utilisées mais le plus souvent on aura un correcteur officiel, soit le tuteur, soit un correcteur externe (le juge n’est pas parti à l’affaire).  

Pour une institution qui défend la valeur de sa formation, il s’agit de rehausser le prestige du rôle; par la rémunération, par la formation, par la certification et surtout par l’établissement de standards connus (la réduction des arbitraires).  Le fait que la correction en ligne demande des habiletés techniques supérieures (par exemple, insérer une formule mathématique ou un caractère d’une langue étrangère; créer des formules d’évaluation significatives en ligne) constitue à la fois un frein et un incitatif à valoriser le rôle.

Les correcteurs et ceux qui conçoivent les évaluations deviennent ultimement les garants de la valeur du diplôme.  La tâche est ingrate mais importante, encore plus à distance. La qualité de l’évaluation est un critère clé de la valeur des diplômes d’une institution; qui la défend ? Le correcteur.

Illustration : Africa Studio - ShutterStock

Références

La correction en ligne - Contact Nord - 2014-11-10
http://contactnord.ca/poches-dinnovation/la-correction-en-ligne

Comment sont corrigées les copies du Bac ? - Claudine Proust - 2013
http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/info/bac-process-de-correction-des-copies-du-bac.html

5 trucs pour corriger plus rapidement - Stéphane Coté
http://stephanecote.org/2013/03/23/5-trucs-pour-corriger-plus-vite-article-12/

Bac blanc : la correction des copies sous-traitée à des étudiants - Côme Bastin - Le Figaro Étudiant - 2013
http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/bac-blanc-la-correction-des-copies-sous-traitee-a-des-etudiants-1986/

La correction en ligne à l'institut de Rennes du Cned - Bernard Morvan et Vincent Louët - Distances et savoirs - 2005
http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=DIS_033_0417

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné