Articles

Auto-éditer son ouvrage de formation

Voyons comment cela est-ce possible

Par Denis Cristol , le 10 juin 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 11 juin 2018

Les enjeux de l’auto-édition

Plus de 25 000 écrivains français ont auto édité depuis 2007 grâce aux facilités offertes par les logiciels gratuites d’internet. Nombre de romans voient le jour qui étaient jusqu’alors condamnés à se frayer un chemin dans une épaisse chaîne d’intermédiaires. Pourquoi les formateurs ne pourraient-ils pas se mettre  en capacité d’éditer eux-mêmes leurs manuels, ouvrages, livres ? En effet,  toute la chaine de soutien à la production des livres est  fluidifiée par la profusion de logiciels mobilisables à chaque étape du processus. Voyons comment cela est-possible.

La chaîne de production de l’idée à sa concrétisation en ligne

Étape 1 Créer le contenu de l’ouvrage

Trouver des idées originales et rassembler des informations

Des logiciels de curation tels que Scoop-it, ou l’organisation d’une veille via des flux RSS, voire la connexion à des caméras qui observent des lieux lointains et captent des images, le butinage sur les meilleurs sites en ligne permet de se tenir au courant de ce qui se passe dans votre champ d’intérêt.

Agrémenter avec des illustrations, pour soutenir avec des visuels

Pixabay donne des images libres de droit mais un logiciel tel qu’easil.ly offrira en plus la possibilité d’ajouter des infographies et de soutenir les arguments par des chiffres

Planifier, organiser les chapitres, rédiger le contenu

Des logiciels de traitements de textes tel que Word permettent une mise en forme grâce à une variété de fonctions. Pour le travail de fond, une organisation personnelle, de la créativité, un assemblement original d’idées feront la différence. Pour un ouvrage professionnel de 250 000 signes, ma pratique identifie près de 1000 heures de travail. Mais certains peuvent aller plus vite comme le challenge du NaNoWriMo, au cours duquel il s’agit d’écrire un ouvrage de 100 pages en 1 mois.

Corriger les fautes d’orthographe et de syntaxe

Si un éditeur de texte ne suffit pas, il existe aussi des logiciels plus puissants pour assurer une correction des fautes d’orthographe et de syntaxe, Antitode,  reverso, cordialenligne, scribens ou bien les correcteurs de dictionnaires tels que Larousse ou Robert.

Avoir les premières impressions de lecteur

Cette étape est transposable en ligne par l’utilisation d’un blog, ou d’un forum en ligne qui autorise de faire lire vos premières bonnes pages à quelques internautes volontaires ou spécialistes passionnés par le sujet. Faire preuve d’humilité et apprendre à écouter les « béta-lecteurs », qui  apportent une prise de recul.

Étape 2 Publier l’ouvrage

Mettre en forme un ouvrage

Au plus simple, il existe des logiciels de mise en forme simplifiée ISSUU est un logiciel qui fabrique de façon rapide des catalogues. La mise en forme de l’ouvrage peut passer par une plateforme, celle-ci permettra pour certaines de détenir un code ISBN (International Standard Book Number) qui officialise la parution et le recensement de vos œuvres et conduit à un dépôt officiel. La mise en page d’un ouvrage est très différente dans des formats électroniques (type epub, mobi ou pdf) ou papier. Alors que le format en ligne peut bénéficier d’hyperliens qui renvoient vers des vidéos des sites, ou intégrer des formes d’interactions,  les formats papier ont besoin de ruptures graphiques

Financer son œuvre et en récolter les fruits

Si une édition numérique semble insuffisante au projet, et que le souhait soit de produire un livre en papier, rien n’empêche de rechercher l’appui d’un financement participatif en ligne tel que KissKissBankBank. Vendre l’ouvrage peut se faire en ligne, car nombre de sites de blogs comportent désormais des fonctionnalités « magasins en ligne » qui permettent une gestion des ventes. Puis un dispositif tel que Paypal permet également de récupérer le fruit de ses ventes et d’assurer un transfert vers son  compte en banque.

Editer l’œuvre

Comme pour chaque étape de la chaîne « de l’idée à la vente du livre », le métier d’éditeur n’est pas des moindre, car non satisfait de soutenir ses auteurs, il connaît aussi le marché, et la place des différents titres en compétition, il sait aussi par expérience choisir un titre qui peut faire mouche, sa connaissance marketing est un plus que l’auto-éditeur devra s’efforcer d’atteindre.

Étape 3 Imprimer l’ouvrage

Imprimer en format électronique et en format papier

Le livre peut être électronique ou papier. Certaines plateformes d’autoédition comme Bookelis proposent même des outils d’aide au chiffrage pour estimer le coût d’impression : selon le nombre de pages,  la qualité du papier, la nature de la reliure (dos-carré-collé, ou simple reliure collé), de la présence ou non de page  couleurs, le cout de réalisation peut aller de 3 euros  à plus de 15.

Etape 4 Distribuer l’ouvrage

Distribuer le livre

La distribution en ligne est facilitée par les réseaux sociaux du type Twitter, Linkedin ou autre. Tous vos amis pourront être tenus au courant de votre édition. Quel que soit le moyen choisi, c’est la régularité de la présence en ligne qui assurera la bonne diffusion du livre. Les commentaires des lecteurs assureront une bonne publicité.

Les précautions à prendre

Si tout semble simple, il convient néanmoins de travailler à la création d’œuvre originale qui attire l’attention et apporte un plus par rapport à l’existant. Dans un pays comme la France c’est près de 40 000  livres nouveaux qui sont édités tous les ans; donc même si le livre est de qualité, il sera noyé dans une masse d’autres textes, qui plus est, eux-mêmes noyés dans une masse d’information en ligne sous toutes les formes. Il faut donc proposer une vraie plus-value aux lecteurs.

Bien sûr des conseils juridiques relatifs à la propriété intellectuelle, au régime fiscal, à la déclaration et au dépôt  sont essentiels, comment citer des sources, comment se prévaloir des droits d’auteur etc. (ici conseils juridiques pour la France).

Par ailleurs, l’autoédition est devenue un véritable business pour des gros opérateurs, tels Amazon qui se proposent d’aider à l’édition et à la diffusion d’ouvrages, prenant leur écot au passage. Les grands opérateurs bataillent pour imposer leur format et vendre leurs liseuses Kobo, Kindle...

Les logiciels d’écriture collaborative permettent aussi de rédiger collectivement des ouvrages. L’accompagnement proposé va au-delà de l’édition et s’intéresse à la production collective de texte.  C’est tellement simple qu’il suffit de se lancer.

Sources :

Auto-édition – Wikipédia https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Auto-édition

Auto publication versus maison d’édition http://www.france24.com/fr/20161013-auto-publication-versus-maison-edition-nouvel-eldorado-ecrivain-internet-ebook

AFNIL Qu’est-ce que l’ISBN ?  http://www.afnil.org/default.asp?Info=2

Crowfunding et education http://cursus.edu/article/29018/crowdfunding-education

E-book création http://www.ebook-creation.fr/format-epub2-epub3-mobi.html

Numerama - Le business de l'auto édition chez

Ressources pour réussir son auto édition http://www.editions-humanis.com/auto-edition.php

Le souffle numérique – Combien de temps prend l’écriture d’un roman https://lesoufflenumerique.com/2016/06/29/combien-de-temps-prend-lecriture-dun-roman/

Comment publier http://www.comment-publier.com/publier-editer-son-livre-conseils-auto-edition

Répertoire des sites d’autoédition
http://cursus.edu/institutions-formations-ressources/technologie/28228/repertoire-des-sites-auto-edition/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné