Articles

Le « Momentum » en innovation pédagogique

Le moment où il faut changer les choses

Par Denis Cristol , le 27 mai 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 28 mai 2018

Le moment d’avant

L'innovation est sensible aux temporalités. Trop tôt, on parait un hurluberlu (personnage de cirque aussi agile que déroutant et comique) ou un prédicateur. Trop tard on est en retard d'une mode ou d'une révolution d'usage;  juste sur la crête de la vague on est au bon moment. On est un innovateur héroïque. Aujourd’hui cela consiste souvent à pointer du doigt une vérité digitale.

Cela se passe comme pour le tourniquet des chevaliers :  une avance ou un ralentissement de phase et vous voilà jeté au bas du cheval. En réalité avoir juste une tête d'avance, c'est savoir cueillir les fleurs du temps présent. Mais, être dans le vent sans avoir l'ambition d'une feuille morte exige une attention soutenue aux usages et à ce que chacun attend des services. Il s'agit de décrypter les transformations que les autres ne voient pas encore. Une connaissance fine des usages et une envie de les améliorer permet de sentir quand vient le moment d'investir sans retenue dans la nouveauté.

La socio-perception est une intuition profonde de ce qu'attendent les autres. Cette intuition passe par une connexion profonde à soi et un sentiment de reliance aux autres et au monde. Elle se nourrit de processus vivants. Elle est moins faite de calcul et d'attente de retour sur investissement que d'idéaux et d'imaginaires à satisfaire. Cette part de rêve est un moteur puissant pour accéder au futur.

Saisir le moment qui passe

Le momentum serait la sensation des temps longs des plaques tectoniques plutôt que l'excitation des individus héros géniaux. Les innovateurs baignent dans des contextes et se nourrissent d'une variété de stimulations et de rencontres. Les salons du elearning, les « essais pédagogiques underground » (meet-up, apprentissages informels dans les nouveaux espaces de coworking ou les labs, etc.) bouillonnent. Les innovateurs surveillent constamment la marmite.

Les innovations du quotidien sont comme la fuite du temps : imperceptibles. Personne ne sait guère ce qui distingue une seconde d'une autre, pourtant des changements opèrent. D'une seconde à l'autre le monde n'est plus exactement pareil. Les variations infimes que l'on trouve plus efficaces sont copiées et finissent par donner un style caractéristique. Mais, la plupart du temps il y a plus d'ordinaire que de style. Norbert Alter évoque à son propos l'innovation ordinaire. La pédagogie regorge de réemploi et de réinterprétation à l'infini de manière de faire et de pratiques pédagogiques. Chaque jour façonne une nuance : générosité, réutilisation empathie, youpi. Un innovateur les observe et en tire des conclusions pour enseigner autrement.

La fulgurance, le kairos*, l’eureka existent aussi

L'innovation de rupture pour sa part déboulerait comme l'évidence que chacun attendait. Elle porte une part de rêve, ce qui semblait une chimère devient accessible. L'impression de "moon shot", "saut vers la lune" embarque tout le monde. Par exemple avec internet le partage de connaissance par tous et pour tous se traduit dans la multitude de ressources disponibles en ligne. Ce qui n'était qu'une utopie est devenu possible.

Les valeurs apportées par l'innovation qu'elles soient perçues ou réelles contribuent à la populariser génèrent de l'argent de l'envie des situations nouvelles de test. Le vendeur de tableau blanc interactif nous laisse penser que la possession de l'objet va nous rendre aussi agile à son utilisation que Tom Cruise dans le film minority report. Nous nous projetons comme pédagogue démiurgique manipulant la lumière à main nue, accélérant d'autant le flux des pensées. Mais parfois nous nous trouvons dépourvu comme une poule devant un mixer multifonctions. C'est hors de portée, trop technique, trop riche de potentialités dont nous n'avons pas conscience.

Le momentum c'est le pic de forme et de préparation de l'athlète pour le moment précis où il s'engage dans la compétition. Toute la préparation débouche sur une explosion de muscles, de vitesse et de précision juste le moment venu. Finalement l'innovateur qui réussit à implanter une nouvelle pratique pédagogique serait comme cet athlète constant dans son entraînement et présent au rendez-vous.

Le momentum se caractérise par l'instant précis ou tout change. Il y a un avant il y aura un après avec de nouveaux équilibres. Le «tipping point » renvoie à la notion de « point de bascule » a été identifié par Macolm Gladwell. Il montre comment de petites choses peuvent faire la différence. Il se déclenche quand 3 conditions se conjuguent.

  • Message adhérent parfaitement aux rythmes, respirations et inspirations du moment,
  • Moment favorable, conjonction de planète, vent favorable, inconscient collectif qui ne sait exprimer le besoin latent,
  • Porteurs convaincus pour promouvoir, essayer, relayer, expliquer et financer

Après ce point il y a libération d'énergie et expansion de nouveaux usages. Comme pour une épidémie la croissance est soudaine. Puisque tout le monde vous dit que c’est le moment de la e-formation !

L’expansion un phénomène systémique ?

Qu'est-ce qui fait la mode ? Pour les vêtements, il y aurait des « faiseurs de modes », des stars, ou des catégories socioprofessionnelles tellement typées qu’elles renvoient à des styles de vie identifiables qui s’imposent en référence (attirance ou repoussoir). Chacun finit par intégrer une norme et à se référer par rapport à elle. Le style des banlieues, celui des bobos ou des hypsters produit des balises repérables. La mode serait aussi friable que les porte-manteaux qui en vivent. Il s’agit, dans un perpétuel renouvellement, de comprendre ce qui fait sens. La mode est différente d’une tendance qui inscrit ses effets dans des durées plus longues. 

Qu'est-ce qu'une tendance? Est-ce la suite prévisible d’une succession d’événements à partir desquels on peut en déduire d’autres ? La présence du minitel explique-t-elle l’accélération des réseaux internet ? Y-a-t-il une histoire des tendances et des temps longs?  Où sont les prévisions fiables ?

L’approche du comportement des systèmes propose une hypothèse plausible. Les systèmes se caractérisent par une multiplicité d’interactions dynamiques (tout bouge tout le temps) avec des éléments variés et des recombinaisons constantes.  Lorsque des interactions concourent aux mêmes effets, se produit alors une amplification. Le système génère des boucles de rétroaction qui se renforcent et vont dans le même sens.

Une variété d’acteurs ou d’éléments positionnés à différents endroits du système produisent des actions, des pensées, des signes, prennent des initiatives qui se renforcent mutuellement. Si aujourd’hui internet et la e-formation deviennent une évidence incontestable, c’est parce que les équipements sont disponibles, les marchés sont stimulés par suffisamment de profit, les désirs suscités nous projettent dans un imaginaire merveilleux, les pratiques se connectent des champs privés au champ professionnel, les lois deviennent plus favorables etc.. De nombreux éléments se groupant deux à deux se combinent, et facilitent « l’effet papillon ». Tout d’un coup un petit effet pédagogique réussi, une petite proposition qui fonctionne produit un engouement et laisse entrevoir d’immenses perspectives.

Le  système technico-pédagogique est parfois morcelé, qu’à cela ne tienne, la logique s’impose et des micro-systèmes cohabitent dans des secteurs d’activités différents mais en suivant des conjonctions similaires. Des technologies, rencontrent des usagers, des moyens sont dégagés, des envies se propagent. Puis vient le temps des imitations ou chaque espace de développement de la nouvelle approche s’inspire des autres, jusqu’à ce qu’un nouvel écosystème  s’impose. Les bulles contaminantes se rejoignent et les techno-innovateurs pédagogiques isolés se reconnaissent et se retrouvent, s’organisent et se dotent de nouveaux moyens. Des pans entiers de l’ancien système sont désormais grignotés par de nouvelles manières de faire. Des évidences, des dogmes et leurs gardiens se mettent en place pour stabiliser l’édifice. De nouvelles habitudes s’organisent et remplacent les anciennes.

La prudence requiert pourtant que lorsqu’une habitude ou une évidence se présente en formation, elle fasse  l’objet d’une vigilance critique, pour éviter que ne se recalcifient à nouveau les pratiques. La destinée des systèmes pédagogique est de conserver suffisamment de variété pour continuer à évoluer.

Sources

Les ateliers de la reliance http://les.ateliers.de.reliance.over-blog.com/pages/Quest_ce_que_la_Reliance_-5517592.html

Happymorphose - La socioperception - http://www.mouvancehappymorphose.com/2016/11/15/la-socioperception/

Wikipédia – Kairos - https://fr.wikipedia.org/wiki/Kairos

Allo Ciné - Minority report - http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=34917.html

Wikipédia – The tipping point - https://en.wikipedia.org/wiki/The_Tipping_Point

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné