Articles

Quel modèle pédagogique pour l'apprentissage avec un mobile ?

De l'apprenant éponge à l'apprenant producteur de savoirs

Par Frédéric Duriez , le 12 mars 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 19 mars 2018

Nous les consultons plus de deux cents fois par jour en moyenne souvent machinalement. Ils nous informent sur nos amis, sur l'actualité, sur nos itinéraires et sont notre porte d'entrée sur de nombreuses connaissances.

Rien d'étonnant à ce que les portables soient au coeur d'une révolution pédagogique et marketing. Mais peut-être est-il temps de réfléchir aux modèles pédagogiques que ces applications véhiculent. Pédagogie du drill, apprentissage social, apprentissage par l'action ou par projet, cet article propose une revue rapide des possibilités pédagogiques des portables.

Le modèle des balles et des cailloux

Connaissez-vous cette histoire ? Un professeur place des balles de golf dans un bocal jusqu'à ce que les étudiants conviennent que le récipient est plein. Il sort un sac de gravier et le verse intégralement. Ils avaient donc répondu trop rapidement. Ils sourient et affirment que cette fois-ci, le bocal est rempli. Mais le professeur parvient à verser du sable, puis encore du liquide...

 

Le mobile learning se propose parfois de jouer le rôle du sable. Les formations sur mobile sont calibrées pour des séquences de quelques minutes. Un arrêt d'autobus, un temps dans une salle d'attente, dix minutes d'avance à un rendez-vous... Il se présente alors comme une solution pour combler ces moments où l'on s'ennuie et où on  a le sentiment de perdre son temps...

Et l'opportunité est là. Nous consultons en moyenne notre téléphone 221 fois par jour si on en croit l'entreprise Beedeez . Ce geste est bien plus simple que de s'installer devant un ordinateur, et de se rendre sur le site de formation à distance pour y saisir identifiants et mots de passe...

Ça se fait naturellement. La personne en formation a le sentiment de garder la maîtrise. Ces solutions conviennent à ceux qui exigent le ATAWADAC (any time, anywhere, any device, any content), que l'on pourrait traduire librement par "le contenu que je veux, quand je veux, où je veux, sur la plateforme que je veux ").

Les offres pertinentes ne manquent pas. Citons Beedeez, Pocket Impulse de Mind On Site, et un choix conséquent en apprentissage des langues.

On ne peut cependant s'empêcher de craindre une saturation. Cette volonté de tout optimiser, de ne pas perdre de temps ne convient pas à tous. Même les personnes qui recherchent le mouvement et l'intensité ont parfois besoin de faire une halte, de laisser leurs pensées dériver... C'est souvent dans ces moments qu'émergent les idées géniales ! Et si vous avez eu la curiosité de regarder la vidéo ci-dessus jusqu'au bout, vous avez noté que la morale de l'histoire n'est pas qu'on peut toujours ajouter plus. Elle est au contraire qu'il faut commencer par ce qui est important, et toujours garder une place pour l'amitié, pour le temps social, et osons le dire, pour l'ennui !

former : remplir un récipient

Donner du pouvoir à l'apprenant

En formation, les innovations technologiques s'accompagnent de la tentation de faire basculer par-dessus bord tous les acquis de la pédagogie qui ont précédé. Les smartphones et leurs applications sont appuyés d'un discours marketing parfois sans nuance ! Bien entendu, les animations ludiques, le retour régulier sur ce qui est moins bien acquis, la gamification et la diversification des ressources apportent beaucoup.

Néanmoins, il serait dommage de limiter l'utilisation pédagogique des smartphones à de la répétition ou à des successions de tests. Sans parler d'application dédiée à l'apprentissage, les personnes en formation ont entre leurs mains un équipement léger qui leur permet de filmer et d'enregistrer du son, de le partager et d'échanger. La voie vers des situations d'apprentissage par l'action est large !

Nous connaissons tous cette technique de créativité et de résolution de problème qui consiste à se décentrer, et à s'interroger sur ce que Google ou Steve Job ferait à notre place. Appliquons-la un instant et imaginons ce que Freinet ou d'autres pionniers de l'éducation populaire auraient fait d'un smartphone. Un outil pour s'entraîner et consolider les savoirs, certes, mais sans doute avant tout un moyen de découvrir et partager.

qu'aurait fait Freinet à ma place ?

L'application SkillCatch diffusée par Talentsoft propose à chaque apprenant de contribuer à la production de ressources pédagogiques. Elle est particulièrement utile pour des formations où il faut acquérir et développer des gestes techniques. Elle est idéale pour mettre ces savoir-faire en situation, dans des contextes réels. Elle permet de créer de courtes vidéos, d'une durée inférieure à 4 minutes, en s'aidant éventuellement d'un prompteur.

Banana Learning permet d'enrichir une expérience. Ainsi, la visite d'un musée avec cette application apporte une autre expérience que l'écoute d'un audio guide ou la lecture des notices et catalogues. Elle permet l'accès aux ressources conçues par le musée, mais aussi la création de contenus par le visiteur.

Citons encore Mirage maker permet au portable de poursuivre la consultation d'un document par des ressources complémentaires en réalité augmentée, ou d'adapter le contenu à certaines formes de handicap.

Partager, l'apprentissage social

"On apprend toujours seul, mais jamais sans les autres" nous dit Philippe Carré. Et pourtant, la personne penchée sur son smartphone qui passe quelques minutes chaque jour à tester ses connaissances et à les renforcer est bien seule. L'application Kino de Speedernet envisage l'utilisation des téléphones portables différemment. L'apprenant est au centre de la conception. Il produit des ressources, et il les partage sur un réseau social d'entreprise. Le mobile est un point de départ, pour une réalisation qui pourra ensuite être consultée sur tous les supports numériques.

Le "contenu produit par l'utilisateur" (user generated content) trouve ainsi un prolongement naturel dans les réseaux sociaux, spécialement dédiés à la formation ou non.

Tour à tour répétiteur, studio de production ou espace de socialisation, les potentialités du smartphone ne peuvent donc qu'encourager à réfléchir sur les principes pédagogiques qui nous animent. Mais sans oublier de lever la tête !

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur