Articles

Prolonger l’expérience musée avec son téléphone

Comment les musées peuvent s'approprier le mobile learning et offrir des expériences qui vont au-delà de leurs murs ?

Par Alexandre Roberge , le 12 mars 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 13 mars 2018

La question de la technologie et du musée suscite toujours des passions. Parce que s’il y a un endroit où le virtuel ne semble pas avoir sa place, c’est bien dans l'établissement où préciséement nous avons accès à des créations artistiques ou des artefacts de l’histoire tangibles. Conséquemment, il semble incongru qu’une visite au musée se fasse avec un téléphone dans la main.

Or, pour les musées, si le rapport au téléphone portable a longtemps été trouble à cause de la photographie, il est de moins en moins problématique. Déjà parce qu’il est difficile de lutter contre un outil qui s’est autant démocratisé. De plus, beaucoup de conservateurs se sont rendu compte qu’il y avait moyen d’augmenter ou de prolonger l’expérience musée et, surtout, de la partager. Soudainement, l’objet de nuisance pouvait en devenir un de promotion et de culture.

Le musée utilitaire hors du musée

Le musée peut-il devenir utilitaire? Le Carnegie Museum of Natural History (CMNH) s’est posé la question. En effet, combien de gens ont une application de musée sur leur téléphone? Certes, de plus en plus offrent des logiciels et des guides audio ou en réalité augmentée de leurs expositions. Il suffit de voir cette liste d’applications françaises pour remarquer que cette tendance de l’usage du mobile va en croissant.

Or, ces applications sont souvent désinstallées dès la fin de la visite. Et si le musée offrait un réel utilitaire? Le CMNH a décidé en mars 2017 de partager gratuitement une application d’alarme utilisant des chants d’oiseaux. 20 espèces nord-américaines ont été sélectionnées et les utilisateurs peuvent être réveillés par le chant d’une de celles-ci. De plus, l’application propose une fiche technique sur l’oiseau avec capsules vidéo. Une façon d’emmener quotidiennement le musée d’histoire naturelle chez soi.

Et est-ce que cela a rejoint un public? Il semble que oui. Un mois et demi plus tard, les statistiques ont montré que 5 % des 25 000 utilisateurs ayant téléchargé Dawn Chorus sur iOS (l’application existe aussi sur Google Play) l’utilisaient 4 semaines après le téléchargement. Ce qui veut dire que plus de 1000 personnes continuaient de se faire réveiller au son d’espèces d’oiseaux plus ou moins connues. Ça semble peu? Pourtant, il s’agit d’un succès, car les autres applications du musée Carnegie de Pittsburgh étaient à 0 % d’usage.

En France, le Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne a profité du savoir-faire de MOOC & Cie, expert de MOOC culturel, pour offrir une application qui peut servir de guide dans le musée. Elle va progressivement s’enrichir de contenus qui seront consultables et auront de la valeur, même hors des murs de l’établissement. Une façon de rappeler la démarche du musée, mais aussi de proposer un enseignement culturel constant, il est moins tentant de supprimer une application quand elle apporte du contenu divertissant et enrichissant.

Une nouvelle dimension aux visites

Mais évidemment, l’expérience musée se voit changé par le mobile learning. Les musées Carnegie, fort heureux du succès de Dawn Chorus, travaillent désormais sur un projet de chatbot évolué. Celui-ci pourra répondre à des questions des visiteurs sur place, tout en continuant la conversation et offrant des informations même de loin. Pour d’autres musées, il peut s’agir de guides, d’afficher un plan du musée, des informations supplémentaires, etc.

Évidemment, cela demande une bonne planification. Parce que les objectifs d’apprentissage doivent être clairs dès le départ. Les conservateurs à l’aise dans la langue anglaise devraient lire cet article touffu sur le travail qu’a fait le Asian Art Museum de San Francisco dans la modernisation de son site Internet et de la création de son application mobile. Une approche qui a nécessité beaucoup de planification, d’analyses des autres applications de musées du même genre, d’objectifs à long terme et d’adaptations aux commentaires des premiers visiteurs l’ayant téléchargé. Une tâche amorcée en 2015 qui se poursuit jusqu’en 2018. Et par la suite, il faudra continuer d’évoluer à partir de la base solide bâtie durant ces trois années.

Il n’est donc pas simple pour un musée d’adopter une stratégie numérique et de mobile learning. Mais dans une ère où les  visiteurs de tout âge ne vivent que pour leurs appareils dans leurs poches, les musées doivent y trouver une place. Et si possible, plus longtemps que le simple temps d'une visite…

Illustration : artolog on Foter.com / CC BY-NC

Références

"456 Applications Mobiles Muséales Et Patrimoniales En France." Club Innovation & Culture CLIC France. Dernière mise à jour : 27 décembre 2017. http://www.club-innovation-culture.fr/applications-mobiles-france-3/.

Inscho, Jeffrey. "No App Required: Toward a Utilitarian Museum Mobile Experience." The Studio. Dernière mise à jour : 18 mai 2017. https://studio.carnegiemuseums.org/introducing-muse-20a6f11c7c35.

Lee, Jonathan, and Mark Paddon. "Creating the Smart Museum: the Intersection of Digital Strategy, Kiosks and Mobile." MW17: Museums and the Web 2017. Dernière mise à jour : 1er février 2017. https://mw17.mwconf.org/paper/creating-the-smart-museum-the-intersection-of-digital-kiosks-web-and-native-mobile/.

Ticknor, Sam. "Evaluating Dawn Chorus." The Studio. Dernière mise à jour : 20 avril 2017. https://studio.carnegiemuseums.org/evaluating-dawn-chorus-48b82e051967.

Ticknor, Sam. "Introducing Dawn Chorus." The Studio. Dernière mise à jour : 2 mars 2017. https://studio.carnegiemuseums.org/dawn-chorus-ec5d2a25df7a.

Vaufrey, Christine. "Mobile Learning Au Musée : C'est Parti !" Mooc Et Compagnie.Dernière mise à jour : Février 2018. http://mooc-et-cie.com/mobile-learning-au-musee-cest-parti/.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur