Articles

Open badges : entre optimisme et débats

Les open badges suscitent bien des espoirs dans la reconnaissance des apprentissages informels, mais aussi beaucoup de questions sur leur reconnaissance

Par Alexandre Roberge , le 04 juin 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 30 août 2018

La reconnaissance des acquis semblait tellement plus facile avant Internet. Il fallait suivre un cursus précis, réussir les cours pour obtenir des crédits et, éventuellement, son diplôme. Après, il suffisait de se vendre auprès d’employeurs avec cette reconnaissance de formation en poche. Le réseau numérique a complètement changé la donne. En parallèle de nos vies, il est fort possible de se mettre à étudier une langue étrangère, à consulter des cours en ligne sur l’histoire ou sur une nouvelle technologie. Toutefois, ces apprentissages ne s’accompagnent souvent pas de diplomation. Pourtant ces savoirs informels façonnent l’individu, le rendent unique aux yeux d’un recruteur.

Reconnaître les apprentissages informels

Dans cette veine ont été créés les Open Badges, par les fondations Mozilla et MacArthur, qui cherchaient à faire reconnaître toutes formes d'apprentissage. Ainsi, ces badges (parfois appelés «micro credentials» dans la presse anglaise) ont été conçus afin que les personnes puissent acquérir et choisir de montrer ceux qu’elles veulent promouvoir.

L'avantage en est, comme le rappelle un des fers de lance de ces badges en France, Serge Ravet, que cela est applicable dans de nombreuses situations de formations informelles. Que ce soit un médecin qui apprend une nouvelle méthode thérapeutique dans une conférence ou une personne ayant saisi l’art de faire de la croûte de tarte grâce à une série de vidéos, les badges peuvent reconnaître n’importe quel savoir. Pour les partisans des Open Badges, le futur mènerait donc à une reconnaissance de tous les types de formations et les mettrait sur un niveau similaire. Une approche d’autant plus intéressante que les badges sont certifiés numériquement et ne peuvent être entreposés que dans le Backpack ou sac à badges.

Pour une organisation, il est très simple d’en créer et de s’authentifier comme donneur certifié avec l’Open Badge Factory. Ainsi, il n’est pas étonnant de voir de plus en plus d’établissements de formation, formels ou non, vouloir en offrir. Que ce soit le fablab la Casemate ou l’Université de Caen qui désire étendre ce type de cetification à ses 27 000 étudiants qui pourraient être reconnus virtuellement pour leurs aptitudes de leadership, de représentation de leur filière ou tout simplement qui ont réussi à jongler avec études et difficultés personnelles.

La formalisation de l'informel?

Sauf que l’avènement d’Open Badges amène son lot de questions et de critiques. Déjà, faut-il que les badges soient reconnus partout, c’est-à-dire au-delà des territoires où ils ont été attribués. Une situation à laquelle doivent convenir des regroupements comme l’Union européenne qui voient beaucoup d’étudiants circuler d’un pays à l’autre. D’ailleurs, le 25 octobre 2017, à Bologne une déclaration a été signée par différentes organisations et individus dans le monde afin de reconnaître ces formations informelles.

Et encore faut-il qu’il y ait de la place pour des badges ne provenant pas d’organisations éducatives. Dans un texte publié à la fin de 2017, Serge Ravet soutient qu’il y a une volonté de « formoliser » ce type de formation. Ainsi, même dans la littérature qui encourage les Open Badges, les auteurs mettent l’accent sur celles offertes par les établissements scolaires ou les États qui pourraient les distribuer. Ce qui annihile en partie le côté de reconnaissance de savoirs informels au cours de la vie. D’ailleurs, actuellement, ce sont surtout les initiatives organisationnelles qui sont soulignées, pas celles citoyennes.

De plus, il y a, selon lui, une approche beaucoup trop directrice dans la conception des badges. Chacune vient avec son mode d’obtention comme des succès dans un jeu vidéo. Or, pour donner envie, il faut offrir des reconnaissances qui ont du sens, qui demandent de se dépasser ou se mettre au défi ne serait-ce qu’un peu. Les distribuer comme des carottes pour faire avancer l’âne n’est pas une méthode constructive.

Pour Ravet, cette approche pourrait toutefois s’améliorer avec la possibilité de soutenir des badges de tiers. Par exemple, un individu travaillant en électricité pourrait s’en créer un sur ses talents dans une tâche précise. À chaque fois qu’il effectue un travail satisfaisant chez un client en ce sens, celui-ci endosserait le badge. Après un certain nombre d’appuis, des organismes et organisations pourraient alors approuver le badge numérique de cet électricien. Une approche appelée Open Endorsement qui intéresse de plus en plus dans le milieu des Open Badges.

Ces reconnaissances numériques ont le potentiel d’humaniser un profil de citoyen, de donner une meilleure vision des compétences et savoirs qu’il maîtrise. Encore faut-il que cela ne soit pas détourné par une institutionnalisation à outrance afin d’encourager les apprentissages et formations informelles tout au long de la vie.

Illustration : Creative Media Badges 9945819cf7bd117b7a2ea629d7582d9b / Flickr

Références

Henson, Meredith. « A Beginner's Guide To Open Badges. » ELearning Industry. Dernière mise à jour : 2 décembre 2017. https://elearningindustry.com/guide-to-open-badges-beginners.

« Les Open Badges Valorisent Les Compétences Informelles. » France Inter. Dernière mise à jour : 24 octobre 2017. https://www.franceinter.fr/emissions/c-est-deja-demain/c-est-deja-demain-24-octobre-2017.

Moutet, Pascal. « Lancement De La Démarche Open Badges à La Casemate. » ECHOSCIENCES - Grenoble. Dernière mise à jour : 22 décembre 2017. https://www.echosciences-grenoble.fr/articles/lancement-de-la-demarche-open-badges-a-la-casemate.

Open Badge Factory. Consulté le 31 mai 2018. https://openbadgefactory.com/.

« Open Badges : L’émergence De Nouvelles Modalités De Reconnaissance ? » Sup-numerique.gouv.fr. Dernière mise à jour : 26 janvier 2018. http://www.sup-numerique.gouv.fr/cid121870/open-badges-l-emergence-de-nouvelles-modalites-de-reconnaissance.html.

« Open Badges : Une Initiative Pour La Reconnaissance Des Compétences. » Université Confédérale Léonard De Vinci. Dernière mise à jour : 7 décembre 2017. http://www.u-ldevinci.fr/fr/blog/2017/10/20/open-badges-initiative-reconnaissance-competences/.

Ravet, Serge. « Open Badges : Compter Sur Eux ! » E-learning Letter. Dernière mise à jour : 26 mars 2015. http://www.e-learning-letter.com/info_article/m/873/open-badges-compter-sur-eux-par-serge-ravet.html.

Serge, Ravet. « Réflexions Sur La Genèse Des Open Badges. » OpenEdition Journals. Dernière mise à jour : 16 décembre 2017. https://journals.openedition.org/dms/2043.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur