Articles

De la performance des incubateurs vers un savoir académique

Pour une approche écosystémique de la stratégie et de la performance des incubateurs

Par Virginie Guignard Legros , le 25 juin 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 26 juin 2018

Pour des incubateurs d'entreprises plus efficaces

La thèse «Pour une approche écosystémique de la stratégie et de la performance des incubateurs,» (pdf) de Christina Théodoraki, doctorante dans le Labex Entreprendre, met en avant la corrélation entre l’approche d’encadrement des incubateurs et leurs résultats quantitatifs et qualitatifs sur le terrain sur la base d’une étude auprès de 200 intervenants en France.

Cette étude confirme l'hétérogénéité des offres et donc de leurs efficacités qui se trouvent perturbées par l’arrivée de nouveaux acteurs comme les accélérateurs, les banques, les avocats, ...

Dans un contexte francophone où les ressources publiques se raréfient et sont mises en compétition, le contexte et l’écosystème de l’entrepreneuriat deviennent des facteurs déterminants de réussite ou d’échec. Chaque structure d’accompagnement propose ses solutions au cas par cas, sans se baser sur des savoirs théoriques précis et, dès 2012, une certaine inefficacité de leurs résultats a été relevée par la Cour des comptes.

“Dans ce contexte, les acteurs de l’accompagnement sont à la recherche des stratégies ou des moyens d’augmenter leur performance et de justifier leur valeur au sein de l’écosystème. Ce travail vise à sensibiliser les directeurs des incubateurs sur la nécessité du positionnement stratégique collectif et la mise en place des stratégies inter-organisationnelles avec les acteurs de l’écosystème de l’accompagnement entrepreneurial”. Cf P9

“Les directeurs d’incubateurs peuvent utiliser le concept d’écosystème pour représenter leur environnement et développer des stratégies. Les décideurs politiques peuvent encourager les incubateurs à s’engager dans des stratégies de co-opétition pour optimiser les ressources, réduire les doublons et renforcer la cohérence dans l’écosystème de l’accompagnement entrepreneurial. Mots-clés : Ecosystème ; accompagnement entrepreneurial ;” Cf P 90

Une vision stratégique

Cette recherche permet d’avoir “une vision holistique des stratégies des incubateurs en privilégiant une approche en termes de co-opétition.

Elle révèle le lien entre l’écosystème, la stratégie et la performance. Les résultats montrent des effets positifs de la stratégie de co-opétition sur la performance. La mise en œuvre de cette stratégie apparaît comme l’une des conditions pour construire un écosystème entrepreneurial durable.

La méthode employée se base sur une large vision des structures, interactions, stratégies et entrepreneurs plutôt que sur des focalisations pré-définies. Celle-ci croise différents niveaux d’analyses selon les spécificités des territoires avec des balayages réguliers des épannelages rencontrés.

Cette thèse vient compléter un champ d’étude relativement incomplet sur la nécessité de mettre en place une approche méthodologique avec des variables pertinentes pour mesurer les logiques de terrain, d’écosystèmes, de co-opétition et de façon générale sur l’écosystème entrepreneurial. Le champ d’étude théorique est émergeant et doit se développer en termes de recherche pour trouver sa voie dans le monde académique.

Les axes développés :

  • L'écosystème entrepreneurial propose de multiples approches pour construire une société entrepreneurial. Il ne semble pas y avoir de logique hormis celle de donner l’esprit entrepreneurial, le reste demeure très nébuleux avec des incubateurs de mise en relation des incubés vers l’environnement externe

  • L’incubateur est un terme générique regroupant des pépinières d’entreprises, des couveuses, des chambres consulaires, les CEEI (Centre Européens d’Entreprise et d’Innovation), les BIC (Business Innovation Center), les boutiques de gestion, les accélérateurs… Et, ce petit monde se définissant entre facilitateurs d’émergence et de développement des entreprises, pourvoyeurs de services, soutiens et logistique.

  • La co-opétition: résultat de la combinaison avantageuse du paradigme compétitif (interdépendances négatives) et du paradigme coopératif (interdépendances positives) (Ref. Padula et Dagnigo, 2007)

“La co-opétition est définie comme la combinaison simultanée de deux comportements stratégiques a priori opposés : celui de la coopération et celui de la compétition (Akdoğan et Cingšz, 2012 ; Bengtsson et Kock, 1999, 2000 ; Dagnino et al., 2007 ; Yami et al., 2010).

Cette définition générique a donné suite à d’autres définitions plus spécifiques. Bengtsson et Johansson (2014) s’intéressent à l’acteur pivot (« keystone player ») et ses relations dyadiques complexes, impliquant simultanément des relations coopératives et compétitives, avec d’autres groupes d’acteurs tels que ses concurrents, ses fournisseurs, ses clients, etc. Bengtsson et Kock (2000) adoptent une définition par activité, selon laquelle la co-opétition est définie par la présence simultanée de la coopération dans certaines activités tout en rivalisant dans d’autres.

Ces définitions relèvent la nature complexe du phénomène et son caractère multi-niveaux (Chiambaretto and Dumez, 2016).

Dans ces définitions, le terme « simultané » est interprété de manière différente, attestant la multitude de perspectives d’interprétation de ce phénomène.

Pour Dagnino et al. (2007, p. 95), la co-opétition est un concept singulier décrivant « un système d’acteurs qui interagissent sur la base d’une congruence partielle des intérêts et des objectifs».

Cette dernière définition est maintenue dans cette thèse pour décrire les relations co-opétitives au sein de l’écosystème de l’accompagnement entrepreneurial”.” CF P 14

  • Le dernier axe mis en avant est la validation du modèle conceptuel.

“Ce dernier axe s’appuie sur les axes précédents et vise à aboutir ce travail par la validation statistique du modèle conceptuel. Son objectif est de répondre aux questions précédentes et à présenter des préconisations en accord avec l’alignement stratégique de chaque type d’incubateur. Quelques questions liées à cet axe sont : Quelle est la stratégie « idéale » par type d’incubateur ? Comment l’écosystème de l’incubateur impacte-t-il sa stratégie et sa performance ? Quelle stratégie améliore-t-elle la performance de l’incubateur ? La question de recherche retenue est : Comment la stratégie de co-opétition influence-t-elle la performance de l’incubateur dans l’écosystème de l’accompagnement entrepreneurial ?” CF P 22

Le capital social

Le point du capital social se base sur les incubateurs académiques selon une démarche exploratoire.

“Notre analyse suggère que les trois dimensions du capital social sont pertinentes pour le fonctionnement efficace de l’écosystème entrepreneurial universitaire et contribuent à sa durabilité :

  • l’application de la dimension structurelle du capital social améliore l’accès aux ressources ;
  • la concentration sur la dimension cognitive renforce les relations entre les membres de l’écosystème ;
  • et l’investissement dans la dimension relationnelle renforce la complémentarité et la confiance durant l’évolution de l’écosystème.

Ainsi, l’interaction de ces dimensions peut contribuer davantage à la durabilité de l’écosystème entrepreneurial universitaire. L’application des trois dimensions du capital social comme un aspect de la gestion proactive de l’écosystème entrepreneurial peut améliorer les résultats pour les membres de l’écosystème”. CF P61

Cette thèse est utile pour les directeurs d’incubateurs pour les guider dans leur stratégies, leurs modèles d'affaires face à la concurrence qui s’intensifie. Elle fait le point sur les acteurs et leurs contextes afin de prendre les meilleures décisions tant du côté incubateur que de celui des décideurs publics dans le cadre d’une politique globale efficace.

De plus, elle offre une ouverture sur la compréhension de l’écosystème qui pourrait être bénéfique pour tous les acteurs de l’écosystème ainsi que les décideurs publics. Ces derniers pourraient ainsi utiliser cette connaissance pour construire une stratégie globale plus efficace.

Un nouveau champ d’études s’ouvre et pourra donner lieu à d’autres thèses dans le futur pour arriver à nouveau champ de connaissances académique.

Source image : Pixabay Rawpixel

Référence

“Pour une approche écosystémique de la stratégie et de la performance des incubateurs”, - Thèse de Christina Théodoraki, doctorante dans le Labex Entreprendre dans la section Science de gestion à l’Ecole doctorale Economie et Gestion de Montpellier. Document en français et en anglais.
http://www.biu-montpellier.fr/florabium/servlet/DocumentFileManager?source=ged&document=ged:IDOCS:503547&resolution=&recordId=theses%3ABIU_THESE%3A3275&file= (pdf)

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné