Articles

Le digital : un doigt tendu vers la pollution

Fermer les boucles de consommation

Par Denis Cristol , le 19 août 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 20 août 2018

La pollution de l'air commence aussi par le "cloud"

On imagine que la dématérialisation économise du papier, des forêts entières selon les promoteurs de ces technologies et aussi des cartouches d'encre, des photocopieuses et des déplacements pour les livrer, les maintenir et les mettre au rebut. Bref, rien que sur cet exemple bureautique, elle nous éviterait du gâchis.

La dématérialisation nous épargnerait aussi des cycles de recyclages puisque tout se trouverait en ligne ou dans un nuage. La numérisation ne reposerait sur aucun substrat matériel et en plus, en nous faisant pénétrer dans l'économie du partage, elle nous sortirait des réflexes matérialistes. Il n'y aurait plus de propriété puisque tout circulerait de façon liquide. Un cycle vertueux s'enclencherait tant d’un point de vue matériel que social. La prospérité au bout du doigt.

Le revers de la médaille

L'électronique est grande utilisatrice de ressources. Par exemple près de 50 métaux sont contenus dans les téléphones portables : terres rares, tantale, zinc, fer, cuivre, cobalt, coltan etc. Ils ne se recyclent pas ou peu, à peine 20% de ces métaux. Et c'est aussi un assemblage d'une vingtaine de matériaux dont de nombreux composites contenant, entres autres, du bisphénol, perturbateur endocrinien reconnu.

La consommation d'eau pour produire des composants électroniques est, elle aussi, considérable. Il en faut en effet de grandes quantités pour la fabrication de puces électroniques. Le site IncConso reprend une étude de l’ADEME et montre comment «en Chine l’exploitation du néodyme, utilisé dans les aimants des smartphones, génère des rejets d’eau acide et des déchets chargés en radioactivité ainsi qu’en métaux lourds. »

À part l'eau des fleuves, où ces métaux finissent ils leur vie? Rappelons-nous que plus d'un humain sur 2 possède un tel artefact. Cela fait tout de même un stock supérieur à 3,5 milliards d'appareils. Ce nombre conjugué au renouvellement annuel des offres commerciales nous propulse en fait dans une dynamique effrénée de consommation dont on ne voit guère les limites. Depuis leur invention, 7 milliards d'appareils seraient en circulation. Ira-t-on jusqu'à la situation des océans dont les prélèvements montrent qu'ils contiennent désormais plus de particules de plastique que de poissons ?

La terre sera-t-elle la dépositaire des déchets ultimes? S’attend-on comme pour les déchets nucléaires à devoir procéder à des enfouissements ? Si le numérique épargne des arbres il prend à la terre et à l'eau de leur vitalité. Il faut ajouter à l'enquête le besoin en satellites et toute l'infrastructure associée afin que 24 h sur 24 h chacun puisse communiquer. L'orbite géostationnaire à près de 36 000 kilomètres d'altitude est encombrée par plus de 135 millions de débris de plus de 1mm, par 750,000 objets de plus de 1 cm et par des centaines des satellites morts.

Les projets de colonisation des orbites se multiplient comme avec l'ambition de Oneweb et ses 672 satellites et, pour couronner le tout, la consommation d'électricité pour alimenter l'hydre électronique et ses milliards d’objet connectés croitrait, même si, selon la loi de Roomay la performance des équipements électroniques doublerait tous les deux ans. Ce n'est pas les trampolines recycleurs de l'énergie de danseurs frénétiques ou les vélos installés dans les lieux publics pour recharger son téléphone portable en pédalant qui seront suffisants. L'ingéniosité, même poussée à ses sommets, aura du mal à fournir les térawatt requis pour des téraoctets de données.

Participons à l'économie et aux recyclages qui s'organisent

Les recyclages sont néanmoins possibles.

  • Des industriels réagissent. Des opérateurs prennent la mesure de leur poids sur l'empreinte écologique. Apple imagine des robots pour accélérer le retour dans un cycle économique de ces téléphones.  Son premier robot Liam permettrait de recycler 85% des iPhone et de récupérer des métaux précieux. « Pour 10 000 téléphones recyclés, environ 80 kg de cuivre, 130 grammes d’or et 700 grammes d’argent ». Toujours plus fort avec le robot Daisy capable de désosser 200 smartphones par heure.
     
  • En tant que consommateurs ne restons pas inertes. Des recycleries et des réseaux sociaux de réparateurs se mettent en place (Morphosis, Atelier du bocage, Monextel, Love2recycle) ou vers des structures types Emmaus connect, Envie. Dans nos choix d'achat étudions les ordinateurs à faible consommation électrique. Regardons le Power up pour la programmation de recharge de batteries qui limite au juste nécessaire. Une fois le matériel acheté, pratiquons des gestes de préservation d'énergie liés aux pratiques numériques  :
    • Pour commencer ne peut-on garder son téléphone portable un peu plus longtemps, doit-on vraiment céder à la mode du dernier téléphone à la mode?
    • Est-il vraiment indispensable de conserver des masses de fichiers quand on sait qu'elles consomment tant d'espaces de stockage?
    • Enfin des labels éconumériques apparaissent avec la Green IT : spécialisés sur la préservation de la forêt, les faibles consommations électriques, la facilité de recyclage ou les consommations de matière
    • Et pourquoi pas exiger des téléphones à fabriquer soi-même comme Fairphone, ou bien pouvoir les réparer, en particulier les glaces si fragiles qui, fêlées, précipitent la décision de rebut.

Nous sommes individuellement responsables de nos actes et nous pouvons agir par nos choix.

Sources

Le téléphone portable : un impact sur l’environnement
https://letelephonemobiletpe.wordpress.com/ii-le-telephone-portable-un-danger-2/ii-le-telephone-portable-un-danger/

La Tribune - Le smartphone fait des dégâts
https://www.latribune.fr/technos-medias/electronique/environnement-le-smartphone-fait-des-degats-749970.html?_gsa=1

IncConso- Quels sont les impacts sur l'environnement du smartphone avec l'Ademe?
https://www.inc-conso.fr/content/quels-sont-les-impacts-sur-lenvironnement-du-smartphone-avec-lademe

Fne asso- 5 solutions pour réduire les impacts environnementaux de son smartphone
https://www.fne.asso.fr/actualites/5-solutions-pour-r%C3%A9duire-les-impacts-environnementaux-de-son-smartphone

Refedd - Smartphone recyclage environnement
http://refedd.org/smartphone-recyclage-environnement/

CNES Dossier débris spatiaux ou en est-on?
https://cnes.fr/fr/dossier-debris-spatiaux-ou-en-est

Wikipedia- oneweb https://fr.m.wikipedia.org/wiki/OneWeb

Le monde- Les océans pollués par des particules invisibles de plastique.
https://mobile.lemonde.fr/planete/article/2017/02/22/les-oceans-pollues-par-des-particules-invisibles-de-plastique_5083321_3244.html

Greenit - La consommation numérique fera t'elle exploser la consommation d'énergie ?
https://www.greenit.fr/2018/02/20/transition-numerique-fera-t-exploser-consommation-denergie/

Power-up - https://powerup.xyz/us/
Morphosis https://www.morphosis.fr/page/accueil.html
Atelier du bocage https://ateliers-du-bocage.fr/

Emmaus connect http://emmaus-connect.org/
Envie http://www.envie.org/
Monextel http://www.monextel.com/
Love2recycle http://boutique.love2recycle.fr/mobile-reconditionne

Ademe http://www.ademe.fr/

Fairphone https://www.fairphone.com/fr/nos-objectifs/

ZDNET - Recyclage d'iPhone : après Liam, Apple présente Daisy 
https://www-zdnet-fr.cdn.ampproject.org/v/s/www.zdnet.fr/amp/actualites/recyclage-d-iphone-apres-liam-apple-presente-daisy-39867310.htm?amp_js_v=a2

Green IT https://www.greenit.fr/2008/04/16/les-ecolabels/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné