Articles

Faire carrière à l'étranger

Les défis et les enjeux de la mondialisation

Par Sandra Dumais , le 23 septembre 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 25 septembre 2018

Lap Top - Pixabay

Quel est l'intérêt d'une carrière à l’étranger ? Aux quatre coins du globe, il existe des emplois dans tous les domaines. Découvrez les qualifications recherchées par les entreprises internationales, ainsi que les défis et les enjeux de la mobilité internationale.

Les meilleurs pays où faire carrière

Selon une étude réalisée par la banque HSBC (2017), auprès d’environ 28 000 expatriés provenant de 159 pays, les quatre meilleurs pays où faire carrière seraient :

  • La Suisse, pour la hausse de salaire de 25% offerte aux expatriés;
  • Singapour, pour les meilleures conditions de vie, la politique et l’économie, la santé et l’éducation;
  • La France, pour son climat, sa qualité de vie et son système de santé;
  • Londres en Angleterre, pour ses opportunités d’évolution professionnelle.

Relever des défis

Que l’on soit stagiaire, chercheur d’emploi, consultant, employé d’une entreprise multinationale ou d’une PME, il existe des emplois ou des mandats à l’étranger qui permettent d’acquérir une expérience extraordinaire. Voici quelques-uns des objectifs poursuivis par ces personnes :

  • L’ambition de faire progresser rapidement sa carrière (étudiant, stagiaire, employé, gestionnaire);
  • La gestion d’un siège social centralisé dans un pays étranger, dont les responsabilités représentent une promotion pour l’employé (gestion des opérations, de la production, des ressources humaines, soutien aux employés mobilisés et à leur famille);
  • L’attrait de présenter un curriculum vitae, faisant valoir l’ouverture d’esprit, l’autonomie, la capacité d’adaptation que représente un emploi à l’étranger;
  • L’engagement dans une mission communautaire (urbanisation, aide internationale);
  • L’attrait d’une rémunération concurrentielle (prime d’éloignement, boni au rendement, compensation fiscale, prime pour affectation difficile);
  • L’acquisition d’expériences personnelles enrichissantes (tourisme, langues, expérience en famille, changement de vie à court ou à long terme);
  • Obtenir une spécialisation en gestion internationale ou en gestion de la diversité culturelle (gestionnaire, consultant, avocat, enseignant, psychologue, chercheur, étudiant);
  • La recherche d’un milieu de vie et d’un emploi pour s’expatrier, qui correspondent davantage à ses besoins et à ses valeurs, des points de vue personnels et professionnels.

Faire le saut à l’étranger

Une personne intéressée à faire carrière à l’étranger peut postuler directement chez un employeur étranger et tenter de négocier avec lui ses avantages sociaux et sa rémunération, son déménagement et son habitation.

Elle peut également entrer en contact avec une firme de recrutement étranger, qui possède l’expérience et les compétences pour :

  • s’assurer qu’elle correspond au profil des candidats qui réussissent habituellement leur affectation à l’étranger, par le biais d’une sélection et de tests rigoureux (maîtrise des langues, fortes capacités relationnelles, facilité d’adaptation, ouverture d’esprit, intelligence culturelle, sens des responsabilités, tolérance à l’ambiguité);
  • veiller à son intégration en sol étranger et négocier directement avec l’employeur.

Les enjeux de la mobilisation du personnel à l’étranger

Lorsque l’entreprise multinationale, la PME ou la firme de consultants doit mobiliser des employés à l’étranger, les défis auxquels elle fait face sont complexes. Elle possède souvent un siège social centralisé ou décentralisé à l’étranger. Sa gestion internationale est réalisée par des spécialistes, qui ont un rôle important à jouer, puisqu’elle est responsable de :

  • la gestion des mandats avec les clients étrangers;
  • le respect des règlementations, des coutures et des mœurs locales;
  • la santé mentale et physique, ainsi que la sécurité des employés;
  • le maintien de la communication, la formation et le développement à distance de ces derniers.

Puisque l’employé d’une organisation a davantage de réticences à accepter un mandat à l’étranger, contrairement à la personne sans emploi, l’employeur tente du mieux possible de valoriser cette expérience, par divers moyens :

  • faciliter la vie en fournissant le logement meublé, le véhicule et autres avantages;
  •  en offrant un plan de développement de carrière incitatif, dont les promotions sont accessibles en acceptant un ou plusieurs mandats à court, moyen ou long terme;
  • en offrant également au conjoint un travail à l’étranger;
  • en s’occupant de tous les documents légaux et en offrant des rencontres d’information personnalisées.

Savoir choisir

L’expatriation permet de propulser sa carrière; d’acquérir de nouvelles expériences; de recevoir une rémunération nettement concurrentielle.

Si une opportunité vous était offerte, sous quelles conditions l’accepteriez-vous?

 

Sources

Besson, S. (2017). Classement HSBC : les meilleurs pays pour s’expatrier.
http://www.info35.fr/classement-hsbc-les-meilleurs-pays-pour-sexpatrier-017869.html

Berthelot, B. (2001). Gestion de carrière à l’international. Loin des yeux, loin du cœur?
https://ordrecrha.org/ressources/TBD/2001/10/gestion-de-la-carriere-a-l-echelle-internationale-loin-des-yeux-loin-du-coeur

St-Onge, S.; Guerrero, S.; Haines, V.; Brun, J-P. (2013). Relever les défis de la gestion des ressources humaines, 4e édition. Gaétan Morin éditeur, 462 pp.

 

 

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné