Articles

Si la francophonie m'était contée...

L'idée d'un monde plus humain

Par Sandrine Benard , le 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 17 décembre 2018

Https://youtu.be/7PGXH0t95zQ

« Pour que l'événement le plus banal devienne une aventure, il faut et il suffit qu'on se mette à le raconter. »

Ainsi parlait Jean-Paul Sartre, écrivain et philosophe français du XXe siècle.

En ce temps des fêtes, nous nous attacherons aujourd’hui à un phénomène culturel inhérent à ce moment de l’année, celui des retrouvailles, de la rencontre, mais aussi des histoires à partager en famille et entre amis, le soir, au coin du feu... sur l'écran de télé. Pas si loin des réalités technologiques habituelles, retrouvons pour un instant l’esprit des fêtes et du partage, mais aussi de la réunion des cœurs, des cultures et des langues.

Le cadeau de l’OIF

L'objectif de l'Organisation Internationale de la Francophonie est de promouvoir la langue française de par le monde et c’est justement ce qu’elle vient encore d'affirmer en octobre 2018, lors du XVIIe sommet de la francophonie à Erevan, en Arménie, en présentant une réalisation originale : un court-métrage d’animation, racontant une histoire, celle de l’idée d’un monde plus humain.

Conçu par TBWA\Paris, en partenariat avec TV5 Monde et France 24, ce film d’animation de 2 m 36 sec. va à l’essentiel : une musique sobre et solennelle, pas de dialogues, des images chocs et des mots symboliques pour conclure. Cette campagne vise la promotion de la francophonie oeuvrant pour un monde plus humain, alors n’hésitez pas, vous aussi, à participer à sa propagation en la consultant sur sa page principaleet à la partager sur vos réseaux sociaux.

Raconte-moi une histoire…

Il était une fois un paysan africain qui, en labourant sa terre, découvre enfouie une ampoule qui brille mystérieusement. De retour chez lui, il se rend compte, en se faisant bousculer par son petit-fils qui lui sautait dans les bras, que ladite ampoule semble incassable. Il se rend alors dans le bar du quartier où il demande à tous les « gros bras » de s’échiner à la détruire, s’ils le peuvent. Que nenni.

L’affaire prend de l’ampleur : existe-t-il quelqu’un capable de briser cette ampoule brillante qui refuse de se briser ? Des files d’hommes, armés jusqu’aux dents, se forment alors pour relever le défi. Queues de billard, battes de base-ball, sabres de samouraï, mitraillette, lance-flamme et même voix cristalline d’une diva, rien n’y fait, l’ampoule demeure indestructible. Le monde entier s’enflamme pour y arriver, les réseaux sociaux explosent, rien n’y fait. Entre alors en scène les services secrets et l’armée qui usent alors, sous les yeux ébahis du paysan et de son fils, des armes ultimes comme des lasers, des missiles à tête chercheuse, voire la bombe atomique ! On voit alors la Terre défigurée par cette explosion nucléaire, avant de revenir sur le pauvre homme, seul avec son petit-fils dans un paysage dévasté, tendre la main vers une petite lumière qui vient du sol, car oui, l’ampoule a survécu, elle est toujours là et brille encore. Et là, l’histoire s’achève, finalement ponctuée par une douce morale, les premiers mots qui apparaissent alors : «une idée, c’est indestructible.»

La francophonie, l’idée d’un monde plus humain

La métaphore de l’ampoule incassable n’est pas anodine puisqu’elle rappelle la découverte d’une idée (la francophonie, concept apparu au lendemain de la fin du colonialisme, sur une idée originale de quatre visionnaires : Senghor, Bourguiba, Diori et Sianouk) et sa résistance à travers le temps et les épreuves. « L’ampoule ne cède à rien, telle une idée indestructible, à l’image de cette Francophonie qui œuvre pour un monde plus humain. » 

Le court-métrage se termine sur ces mots :

« Une idée, c’est indestructible.

Démocratie.
Égalité femme-homme.
Éducation.
Diversité culturelle.
Développement économique.
Développement durable.
Droits humains.
La francophonie, l’idée d’un monde plus humain. »

En ces quelques mots, l’idée d’un humanisme intégral et universel, d’un monde nouveau et coopératif, où solidarité, fraternité, respect, droits et libertés sont les maîtres-mots, cette idée si chère à ses fondateurs, est portée aux nues. 

Une idée, des principes

« La Francophonie sera indestructible tant qu’elle sera non plus la seule affaire des dirigeants des États et gouvernements, mais celle des peuples et des générations combatives qu’elle rassemble sur les cinq continents.

Elle est, par ces temps obscurs où les valeurs universelles, les principes, les droits et les libertés sont mis à rude épreuve, dans la force et l’énergie de ces millions de femmes, d’hommes et de jeunes de très grande volonté qui résistent, chaque jour, courageusement.

La langue française est leur trait d’union pour agir avec une prise de conscience de notre interdépendance et de l’interdépendance des défis à relever ». Ainsi s’exprime l’ex-directrice de l’OIF, Michaëlle Jean, qui adhère totalement à ce concept et cette lueur d’espérance que représente la francophonie…

Sources 

Le film d’animation : https://www.youtube.com/watch?v=7PGXH0t95zQ

La page Facebook : http://bit.ly/2ECWbP5

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné