Articles

Le territoire apprenant créateur de communs

La proximité une condition du bien et du lien

Par Denis Cristol , le 04 février 2019

Devenir le groupe

Tout le monde ou presque imagine que travailler ensemble, apprendre ensemble, innover ensemble est une expérience formidable. Et effectivement c'en est bien une. Il est plus grisant et durable de mener une entreprise à plusieurs que seul. La sensation de réussir quelque chose de plus grand que soi et de laisser une trace est d'autant plus profonde que le sillon a été creusé en équipe. Chacun a le sentiment de grandir et de faire grandir les autres, de créer des liens en réciprocité avec les autres qui vont aller au-delà de l'œuvre commune. La trace collective prend le nom de commun. C'est un résultat qui échappe à l'emprise d'un seul et qui se donne à tous.

Mais qu'est-ce que le commun ?

Dans le langage de tous les jours, le commun est une indistinction, c'est l'idée du "nom commun", voire une association avec le vulgaire ou la chose digne de peu d'intérêt. D'un objet banal on dit qu'il est commun. C'est peut-être cette modestie du terme qui est accessible à tous qui en fait la force. Le plus petit dénominateur commun nous tient tous en lien. Le passage par un même chemin, le paysage que nous contemplons tous, l'air que nous respirons dans la rue ou sur la colline, nous l'avons en commun, jeune ou vieux, riche ou pauvre, homme ou femme. Mais partageons-nous la même représentation de ce que nous avons en commun ?

Dans le livre " Vers une république des biens communs ", des sociologues, des juristes, des économistes s'efforcent de décrire le commun avec une perspective de construction sociale et économique :

  • soit comme organisation (par exemple : un réseau, une coalition, une alliance, un partage de rôles et de tâches) ce qui induit une réflexion sur la position relative des différents participants au commun,
  • soit comme un objet (par exemple : un programme, un code, une base de connaissance et de concepts, Wikipédia) situé dans l'ensemble des relations sociales dans lesquels il est saisi.

Toujours dans cet ouvrage, le commun est appréhendé comme :

  • Coopérative de production : c'est une organisation de l'activité humaine à destination d'un but;
  • Pool de ressources communes : c'est une mutualisation de moyens et de ressources;
  • Coopérative d'activités et d'emplois;
  • Résultat basés sur la production par les pairs : c'est le résultat d'un processus coopératif.

Coopérer

Historiquement les humains ont cherché à unir leur intelligence et leur force pour réussir des entreprises impossibles à mener seul : expédition au long cours, exploration géographique périlleuse, partage des semences, de leur stockage et des risques agricoles afférents, protection contre des voisins belliqueux.

Des règles de partage des gains et des pertes ont été régulièrement édictées. Une variété de communautés humaines a su mettre des intérêts des enjeux, des moyens en commun. Les navigateurs, les paysans, les villageois ou corporations professionnelles ont appris à partager des biens, des risques, des ressources et des idées. L'une des formes juridiques du XIXème siècle est la coopérative. C'est une source d'inspiration stimulante pour appréhender la co-création de communs.

La coopérative et la coopération

La forme coopérative renvoie à l'idée du partage du pouvoir et de la valeur. Il s'agit de sortir de la subordination qui lie un maître et des exécutants. L'une des caractéristiques de la coopérative est l'organisation d'hétérarchie transparente. C'est à dire l'absence de hiérarchie tout en partageant les résultats. Les principes de l'ACI, alliance coopérative internationale, de 1895, plusieurs fois remaniés, sont au nombre de six :

  • Adhésion volontaire et ouverte à tous;
  • Pouvoir démocratique exercé par les membres;
  • Participation économique des membres;
  • Autonomie et indépendance;
  • Éducation formation et information coopération entre les coopératives;
  • Engagement envers la communauté.

Une définition possible de la coopérative est :

"un groupement de personnes physiques ou d'entreprises qui partagent des moyens leur permettant de développer leurs activités propres préexistantes et ou l'exercice d’une activité naissante en commun".

Cette définition est intéressante à replacer dans un contexte numérique qui, dans le même temps, facilite les regroupements et les partages.

Le commun avec le numérique

Les formes contemporaines de coopération et de mise en commun sont des réseaux ouverts contributifs type Ouishare, Makesense, Enspiral ou Steem. Elles trouvent leur terreau dans des connexions de proche à proche qui sont d'abord physique dans une fac, un café, un espace de coworking un lab. De petits noyaux d'individus motivés s'assemblent pour imaginer des solutions alternatives, s'organiser et agir. Ces formes s'édifient en proximité territoriale en réaction des dysfonctionnements provoqués par un capitalisme non régulé qui épuise les hommes et les territoires.

Ces formes sont particulièrement remarquables par le recours aux technologies numériques qui permettent à chacun d'initier un projet et d'apprendre au cours de la réalisation de celui-ci. Dans ces projets/entreprises agiles des coalitions se forment autour d'un objet commun, souvent un objet à forte valeur sociétale. Des équipes très motivées coopèrent à partir des talents de chacun qui se partagent ensuite les fruits de la réalisation commune.

Ces dynamiques rejoignent l'idée de communautés auto organisées basées sur le partage de droits et auto gouvernées. Les hiérarchies traditionnelles sont ici remplacées par des wirearchy qui s'imposent par leur capacité de lier en ligne plutôt que par leur place dans un organigramme.

Comment le territoire favorise l’émergence de communs ?

Le commun ce sont des choses qui, enrichies, enrichissent tout le monde mais si elles sont appauvries appauvrissent tout le monde. Il n'y a pas de bien commun sans communauté et les communautés s'éprouvent d'abord dans le réel avant d'interagir dans le virtuel. C'est pourquoi les territoires sont la maille la plus prolifique pour coconstruire des communs. Ni trop lointains comme un état-nation préoccupé de ses prérogatives régaliennes, ni trop étroits comme le bas de ma rue ou le bout de mon village doté de peu de moyens et avant tout soucieux de réguler le quotidien.

Lorsqu'un territoire se saisit de lui-même de son potentiel social, économique, démographique, historique technique, environnemental et politique, il est en capacité de générer des communs. Il le peut à chaque fois :

  • qu'il favorise les rencontres et réseaux ;
  • qu'il suscite ou attire des projets d'innovation ;
  • qu'une communauté créatrice peut s'épanouir et dispose pour cela de stimulations et d'un peu d'espace ;
  • qu'un vent d'enthousiasme souffle sur tous (droit à l'erreur et accueil des initiatives) et que des acteurs du territoire soutiennent ce flux ;
  • qu'il aide à capitaliser et faire connaître les communs générés ;
  • qu'il crée les infrastructures favorisant la coopération : tissu associatif, lieux d'échange et de rencontres ;
  • qu'il développe des savoirs particuliers pour agir en intelligence collective.

Lorsque des communs commencent à fleurir sur un territoire une boucle vertueuse de coopération s'enclenche. En effet agir en commun est une méthode qui crée des liens et produit des biens communs qui sont des ressources qui à leur tour facilitent l'action en commun. Quand cette relation est devenu un système il est alors question de territoire apprenant.

Sources

Les communs de la connaissance - Thot Cursus
https://cursus-edu.cdn.ampproject.org/v/s/cursus.edu/amp/articles/37810/les-communs-de-la-connaissance

Vers une république des biens communs
http://www.editionslesliensquiliberent.fr/livre-Vers_une_r%C3%A9publique_des_biens_communs__-545-1-1-0-1.html

Make sense https://makesense.org/

Ouishare https://www.ouishare.net/

Enspiral https://enspiral.com/

Steem https://steem.com/

Wikipédia Wirearchy https://en.m.wikipedia.org/wiki/Wirearchy

Wikipédia Hétérarchie https://fr.m.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9t%C3%A9rarchie

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné