Articles

Franchir la barrière des langues

Vers la fin des disparités linguistiques ?

Par Sandrine Benard , le 10 mars 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 11 mars 2019

Disparité. Quand on rencontre ce mot, on pense immédiatement à plusieurs choses : disparités salariales (écart de salaire entre l’homme et la femme), géographiques (désavantages des régions), sociales (déséquilibre des richesses) … et, étant donné le contexte tout particulier de ce mois de mars, il conviendrait de s’intéresser en premier lieu à la disparité des genres… et pourtant, il ne sera pas question de cela ici !

Nous nous pencherons sur un autre type de disparité, plus discret certes, mais ô combien important et présent dans notre société de XXIe siècle : la disparité des langues.

Disparité linguistique

Qu’entend-on exactement par disparité linguistique ? Simplement le fait qu’il existe un manque d’égalité entre les langues parlées et pratiquées dans un pays. 

Certes, il va de soi qu’un pays se doit d’offrir des services dans sa langue d’état, mais vu l’évolution de la situation au niveau des flux migratoires ces dernières années, il semblerait qu’une certaine souplesse d’adaptation soit la bienvenue pour faire face aux nouveaux arrivants et donc, leur faciliter la tâche. 

Toutefois, on ne fera pas ici référence aux différents programmes d’intégrations linguistiques, comme c’est le cas de la francisation au Québec (offerte par le ministère de l’immigration, de la diversité et de l’inclusion), mais plutôt à deux projets novateurs qui ont justement pour vocation de briser la barrière des langues.

Interim, la messagerie instantanée à traducteur intelligent programmé

En septembre 2018, Sem Irvin Djéguédé, un ingénieur béninois installé aux États-Unis lance une nouvelle messagerie instantanée. Sa particularité est de permettre de se faire comprendre directement dans la langue de son interlocuteur et vice-versa. Cet ancien cadre de PSA Peugeot en France a expérimenté les difficultés de la barrière de la langue lors de ses nombreux déplacements d’affaires et c’est pourquoi il a pensé à ce programme qui permettrait à deux personnes parlant des langues différentes de se comprendre sans perte de temps.

Le principe est simple : une fois connecté sur la plateforme où vous aurez préalablement complété vos informations et centres d’intérêts, des algorithmes vous suggèrent des personnes avec qui vous avez des liens communs, un peu à la façon du réseau Linkedin. Vous pouvez bien évidemment aussi ajouter vos propres contacts. Puis, vous écrivez votre message en français et votre interlocuteur le reçoit alors immédiatement traduit dans sa langue maternelle. En mars 2019, les deux seules langues disponibles sont le français et l’anglais, mais dans les mois à venir devraient s’ajouter l’espagnol, le mandarin, le portugais, l’arabe et le russe. Ce projet est en pleine expansion et a même été sélectionné dans plusieurs accélérateurs de startup dont « More Than a Pitch Deck » situé dans la Silicon Valley.

Le jeune ingénieur insiste sur le fait que cette application, dont le nom, Interim, signifie en latin « pendant ce temps-là, n’a pas pour vocation de rendre « paresseux » ses utilisateurs, mais bien de leur faire gagner du temps. Pour lui, l’apprentissage des langues dans un monde de globalisation demeure indispensable.

Disponible pour l’instant sur Google Play, il le sera également bientôt sur l’App Store d’Apple.

TraLELHo, traduction pour les étrangers à l’hôpital

La deuxième innovation qui vise à abolir la barrière de la langue a été réalisée dans un autre cadre, celui des hôpitaux, à Rennes, en Bretagne (France). 

Constatant le nombre croissant de patients étrangers, que ce soit des touristes, des migrants, des demandeurs d’asile…, une infirmière aux urgences, Marion Verdaguer, a l’idée de concevoir un site Internet qui faciliterait les échanges et surtout permettrait un traitement plus rapide et efficace par l’équipe des urgences. Comme elle l’explique elle-même : 

«Ce n’est pas facile, quand on ne peut pas se comprendre, de diagnostiquer une douleur, d’expliquer les gestes que l’on veut pratiquer ou tout simplement d’appréhender pourquoi la personne vient à nous. On perd beaucoup de temps. Les équipes jonglent alors avec des traducteurs en ligne, maisils ne prennent pas en compte les termes médicaux ».

Appuyée par des traducteurs et par des bénévoles, la jeune infirmière code elle-même son site et offre une cinquantaine de questions médicales traduites en 138 langues. TraLELHo (traduction pour Les Étrangers à L’Hôpital) vient de naître ! 

Dans la pratique, une fois le patient arrivé à l’hôpital, il n’a qu’à pointer son problème, selon les catégories (circonstances, douleurs, neuro, respiratoires…), selon sa langue et/ou son pays pour que l’équipe médicale puisse le comprendre et le prendre en charge immédiatement.

Testé et approuvé au CHU de Rennes, il a été également largement plébiscité par d’autres établissements hospitaliers et continue de prendre de l’ampleur, d’autant plus qu’il est gratuit ! Son succès est tel qu’on pense même à l’améliorer et à le personnaliser pour d’autres disciplines médicales.

La fin des disparités linguistiques ?

Finalement, il ne semble pas toujours nécessaire d’être dans une classe pour pouvoir se débrouiller en langues ! Qu’on soit professionnel, visiteur ou migrant, la barrière de la langue demeure souvent un obstacle handicapant dans la vie de tous les jours.

Aussi, si des projets tels qu’Interim ou TraLELHo peuvent nous venir en aide et nous faciliter la vie, il faut savoir en profiter. Certes, cela ne remplace pas l’apprentissage d’une langue, mais permet au moins de gagner du temps et d’apporter une solution pratique et efficace dans un temps restreint. Briser complètement la barrière des langues, non, mais passer par des raccourcis, pourquoi pas ?!

 

Sources 

Illustrations

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné