Articles

Fabriquer du faux

Du pinceau à l'imprimante 3D

Par Francine Clément , le 18 mars 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 19 mars 2019

Dans le domaine du faux et de la reproduction d’œuvres, dans le domaine des arts visuels comme en toute chose, le mieux comme le pire coexistent; l’appât du gain comme la volonté de faire découvrir le grandiose à tous.

On peut encourager la réutilisation d’œuvres phares tombées dans le domaine public, à la manière du Rijksmuseum et de son Rijkstudio mais c’est tout autre chose que de vendre des faux fabriqués en série ou autrement, pour faire illégalement du profit au mépris du droit des artistes, comme les fabricants de la ville de Dafen, en Chine. À chaque année, des milliers de jeunes copistes, travailleurs migrants, y fabriquent à la chaîne et à la main des millions de copies de tableaux destinés aux marchés américain et européen.

Faux et faussaires

Sur le site Faussaire.net, on trouve des informations sur ces peintres, artisans du faux, certains célèbres et talentueux, dont Wolfgang Beltracchi, emprisonné dans les années 2010, qui a fait circuler sur le marché de l’art de fausses et très réussies œuvres de Matisse, Braque, Léger, Ernst et autres, trompant de nombreux spécialistes. On retrouve sur ce bref et intéressant site une brève histoire des faux en Occident depuis l’Antiquité, une section sur l’identification et la détection de faux, et une troisième partie de présentation des techniques de falsification en art.

Sur le site du Musée de la contrefaçon, on peut lire des informations sur une pièce de leur collection, un faux Vlaminck peint par Guy Ribes, faussaire notoire arrêté en 2005, auquel France 2 a consacré un portrait en 2015.

Faux vertueux, faux de luxe

On peut copier des œuvres qui ont une valeur historique immense pour en mieux comprendre la technique et la signification, à la manière des copistes, ou pour les faire connaître ailleurs et au plus grand nombre.

C’est ainsi qu’au Musée Van Gogh d’Amsterdam, on produit avec une extrême minutie des faux Van Gogh, à l’aide d’imprimantes 3D. En 2013, le coût à défrayer pour une telle reproduction de l’œuvre Les tournesols, de Van Gogh, était de 30 000 euros. Ces copies tridimensionnelles au nombre limité, développées en collaboration avec Fujifilm et assez longues à réaliser, permettent de reproduire de façon très précise, non seulement les formes et les couleurs de certaines œuvres de l’artiste, mais aussi leur surface, leur texture, leur relief, ainsi que l’encadrement et les étiquettes historiques du dos de la peinture.  

L’exercice lucratif permet d’engranger des profits par le musée qui les réinvestit afin de poursuivre sa mission. Les faux du musée Van Gogh se détaillent actuellement  à 17 000 dollars américains, durant la tournée (2019) du Van Gogh Museum Editions Pop-up tour, une série d’expositions de ces fausses œuvres tenue dans des centres commerciaux aux États-Unis.

Il semble que l’expérience face à ces reproductions en 3D soit au plus près de celle que l’on ressent face aux originaux. Inaccessibles à l’achat, souvent trop éloignées pour être vues en vrai, difficiles à faire voyager en raison de leur fragilité, ces œuvres-phares sont dorénavant accessibles, autrement que par le biais d’un écran numérique ou d’une image imprimée.

Le faux peut devenir de plus en plus précis et conforme à l’original, on le voit, et procéder des meilleures intentions. Mais approcher la copie 3D d’un Van Gogh dans un centre commercial de Houston, et éventuellement en acheter un exemplaire pour l’exposer dans un cabinet d’avocats revient-il vraiment au même que de le voir au musée ?

Si on ne peut ou ne désire plus se rendre admirer les vrais Tournesols à Amsterdam, peut-être qu’un succédané quasi parfait, présenté comme tel, fera finalement presque tout aussi bien l’affaire.

Illustration : Inside Dafen Louvre building of a production line style painting operation.
©2006 Stephen R Woolverton CC BY 3.0

Références :

Dafen (Shenzhen) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dafen_(Shenzhen)

Van Gogh Museum Editions Pop Up Tour
https://www.vangoghmuseum.nl/en/business/van-gogh-museum-editions-pop-up-tour

Faussaire.net Fausses oeuvres d'art et l'art du faux
http://www.faussaire.net/

Musée de la contrefaçon : https://musee-contrefacon.com/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné