Articles

Comment mettre en place un compostage dans une école

Réduire les déchets tout en proposant un projet éducatif

Par Régis Vansnick , le 14 mai 2019

Affiche Du Compostage à L'école

Dans une école, le budget «poubelles» est conséquent. Une des raisons est assez évidente : si vous avez des adolescents à la maison, vous savez à quel point ils mangent et boivent au cours de la journée. Ils passent environ 8 heures de leur vie à l’école et la plupart de leurs détritus alimentaires atterrissent dans les poubelles de leur établissement scolaire.

Comment se déroule la gestion des déchets à l’école ?

Dans le meilleur des cas, les élèves trient leurs déchets au fur et à mesure et les déposent correctement dans la bonne poubelle. Mais ce cas de figure reste théorique, voire utopique. Le  personnel d’entretien s’occupe ensuite de vider les poubelles de tri à leur tour. Pour ce faire, ils doivent prévoir plusieurs sacs sur leur chariot d’entretien et corriger les intrus si nécessaire. Malheureusement, les conditions de travail ne permettent pas toujours cette supervision.  Le temps est compté pour chaque local et bien souvent en cas de doute c’est dans la poubelle ménagère que se retrouvent la majorité des déchets.

Une fois les conteneurs remplis, les camions viennent les chercher pour les acheminer vers les centres de recyclage ou d’incinération. Le transport, le recyclage ou encore l’incinération et la mise en décharge, feront augmenter la quantité de gaz à effet de serre dans notre atmosphère.

Plus vous avez de sacs collectés au sein de l’école, plus le bilan carbone est lourd. Sans compter qu’économiquement, avec un mauvais tri, le budget sera lui souvent revu à la hausse car les conteneurs de déchets ménagers « tout-venant » coûtent beaucoup plus chers que ceux destinés au papier ou au plastique.

On estime en Wallonie que 50% du volume d’une poubelle ménagère est constitué de déchets organiques. Évidemment les chiffres ne sont pas à reporter pour une poubelle « type » d’un établissement scolaire mais le rapport déchets organiques/ tout venant est non négligeable. Il peut même rapidement exploser si l’école propose des cours de cuisine, dispose d’une section hôtelière ou s’il existe un système de cantine pour les élèves,…

Pour estimer ce rapport et avant de se lancer  dans un projet de compostage,  il faudra passer par une étude de caractérisation. Cette étude est nécessaire pour estimer le volume annuel de déchets organiques à traiter au sein de l’école en se basant sur la fraction organique obtenue en une semaine. Cette quantité reportée sur une année scolaire permettra aussi de choisir la technique à envisager pour un compostage collectif.

Qu’est-ce que le compostage ?

Processus biologique qui se déroule en présence d’air (en aérobie), le compostage permet de convertir la matière organique en humus. Cette terre, formée par décomposition des végétaux en compost, est utilisable pour améliorer la qualité du sol. On l’utilise comme engrais pour les plantes, comme amendement en l’intégrant au sol en vue d’améliorer ses propriétés physiques ou encore comme paillage au potager. ­

«Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme»
Antoine Lavoisier

Pourquoi transporter des matières organiques et émettre des gaz à effet de serre alors qu’il s’agit d’une ressource facilement valorisable au sein même de l’établissement ?

D’autant plus que lorsqu’ils sont mis en décharge, les déchets organiques entassés au milieu des autres détritus et en absence d’air, produisent du méthane lors de leur dégradation. Ce méthane, lui aussi un gaz à effet de serre a un pouvoir réchauffant 25 fois plus important que celui  du CO2.

La solution est simple pour éviter la perte de ressource et la production de GES, il suffit de transformer la fraction de matières organiques sur place c’est-à-dire sur le site de l’école.

Éduquer à l’environnement

L’école est par définition un lieu d’apprentissage. Qu’y-a-t-il de plus motivant pour les élèves que de s’engager collectivement dans un projet et d’y participer. Notre rôle est de former les élèves d’aujourd’hui pour qu’ils deviennent des éco-citoyens avec des responsabilités à l’égard de l’environnement.

Par ailleurs, il est assez étonnant de constater la quantité de cours dans lesquels on peut intégrer un projet de compostage collectif à l’école.

L’observation des êtres vivants qu’abrite cet écosystème discret est accessible à chaque niveau de l’enseignement :

  • Les plus jeunes se familiariseront avec les vers de terre et la pédofaune : collembole, cloporte, staphylin, opilion, carabe, forficule, ...
     
  • D’autres prendront conscience entre le vivant et le non-vivant, l’organique et le minéral en prenant soin d’une vermicompostière ou lombricomposteur au sein de leur classe. Quel bonheur de manger une pomme à dix heures plutôt qu’une sucrerie et de pouvoir nourrir les vers avec le trognon.
     
  • Pour les plus grands, la biodiversité et sa sauvegarde est au programme des cours de sciences. La biodiversité du sol, souvent méconnue, est non seulement très riche mais aussi menacée. Nos sols cultivés s’appauvrissent par manque d’apport organique. Le projet peut être mis en lien avec  des sujets d’actualités sur l’agroécologie, sur les écosystèmes et le développement durable.

Lors de la mise en œuvre du processus de compostage, on peut étudier et observer les différentes phases de décomposition, de maturation et de minéralisation ainsi que le rôle des micro-organismes (mésophiles et thermophiles).  

En lien avec le milieu forestier, les élèves redécouvriront le rôle important des décomposeurs dans le cycle de la vie.

Pour aller plus loin dans le projet, on peut intégrer le mieux-manger à l’école (fruits,  légumes, ..) ou pourquoi pas un petit potager et se lancer dans une économie circulaire.

Comment composter à l’école ?

Pour se lancer dans un projet de compostage collectif, il faut bien évidemment compter sur le soutien de l’équipe de direction. Le choix du site, le matériel, la formation des professeurs rien n’est possible sans l’approbation des supérieurs et sans un minimum de moyens financiers. Retour d'expérience d'Isabelle Heymans, enseignante en section environnement dans une école en Belgique et blogueuse sur le Guide des économies environnementales.

Les étapes pour mettre en place un compostage dans une école

La règle de base est que vous ne pouvez pas y arriver seul. Le mieux est de vous constituer une petite équipe de professeurs volontaires et engagés.

Mise en place d’une éco-team

La mise en place du projet demandera un certain suivi et contrôle du processus. Vous pouvez confier cette tâche à des élèves volontaires, une classe en particulier ou encore aux délégués de classe.

Tâches à effectuer par l'eco-team pour le compost

Parmi les tâches hebdomaires à effectuer, il faut équilibrer le compost ( 50 % matières brunes- 50 % matières vertes), remuer et l’ humidifier.

L’opération prend environ un quart-d’heure et nécessite d’avoir accès à l’eau et aux outils de jardin.

Cette éco-team sera aussi un relais au sein de l’établissement pour diffuser le projet auprès des autres professeurs et élèves de l’établissement.  

Prendre contact avec les professionnels (guide composteur, intercommunales)

Avant de dépenser de l’argent, renseignez-vous car il existe peut-être des aides pour vous lancer dans un compostage collectif. Par exemple, en région wallonne, un appel à projet avait été lancé et le subside permettait d’acheter du matériel de communication ainsi que des poubelles de tri sélectif. Par contre, le budget ne suffisait pas à l’installation de silos composteurs.

Le choix du composteur

En fonction du volume que vous aurez à gérer sur l’année, vous devez vous orienter vers différentes techniques (bacs à palettes, silos composteurs, fût à compost, ..). Renseignez-vous auprès de professionnels pour déterminer la solution à adopter.

Les silos sont un bonne solution en vue du traitement des déchets organiques au sein de l’établissement. En effet, le volume de déchets orgnaniques le justifie.

Dans un établissement scolaire en Belgique, ce sont des élèves de la section environnement  (cinquième et sixième technique de qualification en environnement ) qui ont monté les silos composteurs avec un guide composteur et le responsable compostage de l’intercommunale.

compost-ecole

Si vous n’avez pas le budget, vous pouvez vous orienter vers des bacs en palettes de récupération mais il faudra tenir compte du fait qu’elles n’ont pas une longévité très importante. Un remplacement est donc à prévoir à court terme, 2 à 3 ans.

Autre aspect dont il faut tenir compte, les rongeurs éventuels. Pour éviter cela, nous avons mis du broyat tout autour des silos pour limiter les accès aux déchets.

Se former aux techniques de compostage

Lors de la première journée pédagogique, les professeurs volontaires se sont formés aux différentes techniques de compostage grâce à un guide composteur.  Le personnel d’entretien de l’école a pris part également à cette journée de formation afin de soutenir au mieux le projet. Un lexique des termes propres au compostage a aussi été donné aux élèves.

Choisir le site adéquat

Le site a été choisi en fonction de son accessibilité, il est situé derrière le réfectoire ce qui permet au personnel d’entretien de vider facilement les déchets collectés après les repas.

Il dispose également d’un accès à l’eau, nous verrons par la suite pourquoi celà est nécessaire. Il est situé en dehors de la cour de récréation afin d’éviter les risques de dégradations.

Collecter des matières brunes

Le système de compostage est composé de 4 silos. Le premier bac est rempli de matières brunes (broyat, feuilles, mortes, carton, …). Nous avons demandé à une entreprise forestière de la région de nous approvisionner en copeaux de feuillus. Les résineux sont trop acides pour obtenir un compost de qualité.

Vous pouvez également collecter les feuilles mortes et les cartons. Nous avons à l’école un petit broyeur pour les quelques branches mortes qui tombent chaque année dans la cour. Mais gardez à l’esprit qu’il vous faudra un volume équivalent à celui des matières organiques collectées à savoir dans notre cas environ un mètre cube.

Collecter les déchets verts

Dans le deuxième bac, nous vidons nos poubelles remplies de déchets organiques. C’est celui que nous devons surveiller. Il retient toute notre attention. Si nous nous avons réalisé de nombreux apports en matières azotées (tontes de pelouse, déchets de cuisine, …) nous devons veiller à y incorporer le même volume de matières brunes. Nous aérons également ce bac, grâce à un brasse compost ( une vis sans fin, plus pratique à manipuler que la fourche) qui remue le compost. 

Cet apport d’oxygène, d’eau et de matières brunes, permet un bon déroulement du processus et empêche le dégagement de mauvaises odeurs. Un compost doit contenir environ 60 % d’humidité pour bien démarrer. Les vers recherchent l’humidité mais ils ont besoin aussi d’un pH neutre et peu acide, de calcium pour leur métabolisme glandulaire et de beaucoup de matières organiques. Les vers qui nous intéressent dans le un compost sont les vers de surface, les Eisenia foetida ou « vers du fumier » qui se nourrissent directement de matière organique et de végétaux en décomposition. Ils viendront spontanément dans votre silo. Il suffit pour cela que votre système de compostage soit en contact avec le sol. Vous ne devez pas intégrer de pédofaune dans votre composteur sauf si vous travaillez avec un lombricomposteur. Dans ce cas-là, le mieux est de contacter le réseau des composteurs de votre région via une plateforme comme : http://plus2vers.com/fr/ ,  à  Bruxelles https://wormsasbl.org, ils vous fourniront les « bons » vers pour démarrer votre compostage.

Communiquer au sein de l’école

affiche-compostage-1Pour sensibiliser les élèves et les informer sur la collecte des déchets organiques, nous avons opté pour une campagne d’affichage au sein de l’école.

Une collègue, professeur de français, a initié un cours sur les slogans auprès de sa classe de cinquième de l’enseignement général. L’exercice a finalement abouti à la création d’une dizaine d’affiches. Ces affiches sont exposées dans le réfectoire, les cuisines et le restaurant prof.

Elles ont une double utilité : informer et renseigner. Les déchets qui illustrent les affiches permettent d’orienter les élèves lorsqu’ils trient.

Au démarrage du projet, nous avions disposés des plaquettes explicatives sur les tables du réfectoire et de la salle à manger.

Des poubelles de tri sélectif destinées aux déchets organiques sont disposées sur les tables.

Chaque jour, le personnel d’entretien collecte ces poubelles de tables et les achemine vers le bac à compost.

Aux cuisines, ce sont les élèves qui s’occupent de vider les poubelles dans les conteneurs.

Il n’est pas plus compliqué d’aller vider celle destinée au compost directement dans le silo.

Pour éviter les confusions et donc de vider les poubelles dans un autre silo, une bâche a été réalisée pour illustrer le processus de compostage.

Elle est accompagnée d’un petit livret didactique.  Cette brochure a été réalisée en partie  par les élèves de  la section environnement. Pour diffuser au plus grand nombre, il est important de mettre  à  la disposition  des professeurs des outils didactiques pour les autres classes.

De temps en temps,  il s’avère encore nécessaire de faire une piqure de rappel au micro durant les repas des élèves.

Que faire du compost ?

Le plus simple est évidemment de l’utiliser sur le site de l’école. Nous avons déjà abordé l’idée de réaliser un petit potager avec les élèves.

Cette année, nous avons utilisé notre compost sur une butte de permaculture. Nous espérons ainsi pallier au manque d’arrosage de l’été et récolter des courges après la rentrée de septembre.

Si l’école ne dispose pas de terrain pour réaliser un potager, il existe très certainement des jardinières à fleurir. Le compost peut être mélangé au terreau et sera très apprécié par les plantes à fleurs.   

Une autre solution est de proposer aux parents des petits sacs de compost lors des journées portes ouvertes.

Une activité mobilisante

Gérer un compost en milieu scolaire, c’est mobiliser les élèves autour d’un projet collectif au cœur de l’école. C’est aussi les responsabiliser pour qu’ils portent un autre regard sur leur consommation et le devenir de leurs déchets. Composter est une nécessité environnementale.

 

Sources

Le guide des économies environnementales - Écono-Écolo
https://www.econo-ecolo.org/

Le lexique du compostage - Écono-Écolo
https://www.econo-ecolo.org/le-lexique-du-compostage/

Compostez et recyclez- Ivo Pauwels  éditions Racine
https://www.decitre.fr/livres/compostez-et-recyclez-9782873869830.html

Comité Jean Pain
http://www.comitejeanpain.be/

Cultivons nos jardins d’école - OmEl Khir Missaoui - Thot Cursus
https://cursus.edu/articles/28089/cultivons-nos-jardins-decole

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné