Articles

L'exercice contrasté de la dictée

De la dictée de Mérimée à la dictée coquine

Par Sandrine Benard , le 08 juillet 2019

« Un devoir criblé de fautes d'orthographe ou de syntaxe, c'est comme un visage abîmé par des verrues. » Selon Bernard Pivot, éminent homme de lettres français né en 1935, la langue française prend obligatoirement ses titres de noblesse dans son orthographe et manquer au bon respect de celle-ci apparait comme une faute de goût.

En effet, pour nous autres, francophones, nous avons toujours été habitués à la fameuse dictée, mémorable dans nos souvenirs scolaires ! Voilà un bon moyen dont se délectaient les enseignants pour déterminer le niveau d’orthographe et de grammaire des jeunes écoliers. Comment ne pas se remémorer cette scène désormais célèbre de la dictée, avec Fernandel, dans Topaze, l’œuvre de Marcel Pagnol ?

La dictée… nous l’adorons ou nous la détestons, mais une chose est sûre, elle ne nous laisse pas indifférent ! Quel contraste saisissant… 

Mais une fois dans le monde des adultes, vous pensiez en avoir fini avec elle ? Détrompez-vous, il s’agit maintenant non plus de la subir, mais bien d’en profiter. Comment ? En participant vous aussi à une dictée un peu différente, la dictée coquine…

Une habitude française

Saviez-vous que la dictée est une particularité typiquement française ? Elle se retrouve presqu’essentiellement dans l’espace francophone depuis 1850 et seules la Corée et la Chine présentent une activité qui pourrait s’en rapprocher. Cet exercice, appelé «badasseugi» ( 받아쓰기 en coréen) ou 听写 en chinois simplifié), est utilisé dans les écoles primaires pour faciliter le passage de la langue parlée à la langue écrite et constituent une partie essentielle de l’éducation des écoliers. Autrement, dans les autres langues internationales, notamment l’anglais, on ne fait que des dictées de mots, pas de phrases et encore moins de textes…

Outre le casse-tête qu’elle représente au primaire, la dictée devient toutefois un passe-temps pour les adultes à la cour de Napoléon III (1808-1873) où la subtilité est de mise : jouer sur « les mots rares ou désuets, les règles de grammaire abstruses ou comportant des exceptions peu connues », voilà le défi que souhaitent relever les participants de la dictée ! Oui, il s’agit bien ici davantage d’une mise à l’épreuve volontaire que d’un simple exercice scolaire.

La dictée de Mérimée

Un peu masochistes, les Français, avec la dictée ? Oui ! La preuve avec l’exemple de la célèbre « Dictée de Mérimée», commandée en 1857 à Prosper Mérimée (écrivain, historien et archéologue français, 1803-1870) par l’impératrice Eugénie (1826-1920), épouse de Napoléon III (1808,1873), dans le seul et unique but de « distraire sa cour » ! Notons parmi les illustres participants de cette « torture orthographique et syntaxique » l’empereur Napoléon III lui-même, son épouse, Alexandre Dumas fils (romancier et dramaturge français, 1824-895, célèbre pour La Dame aux Camélias en 1848), Octave Feuillet (romancier français membre de l’Académie Française, 1821-890) ou encore Richard Klemens, prince de Mitternich-Winneburg, ambassadeur d’Autriche (1829-1895). En dépit du CV impressionnant desdits participants, ils ont eu respectivement 75, 62, 24, 19 et 3 fautes !

Une fois les résultats annoncés, Alexandre Dumas fils se serait alors exclamé, à l’encontre de Metternich « Quand allez-vous, prince, vous présenter à l’Académie pour nous apprendre l’orthographe ? ».

La dictée coquine

Loin de la dictée de Mérimée et de la cour Napoléonienne, nous voilà de retour au XXIe siècle avec une dictée d’un tout autre genre, la dictée coquine.

Rien de trivial, cela s’entend, juste une petite mise à l’épreuve de nos connaissances orthographiques et grammaticales, le tout, dans une ambiance conviviale et décontractée d’un lieu chaleureux, sous la supervision et la correction de deux spécialistes de la langue française, Sandrine Campese et Aurore Ponsonnet.

L’objectif d’un tel événement est de permettre aux amoureux des mots de jouer avec la langue (sans faux jeux de mots !) et aux anciens réfractaires dont les souvenirs scolaires ne demeuraient pas mémorables, de tenter de se rabibocher avec l’orthographe, nonobstant le fait que la thématique était quelque peu plus émoustillante que celle des moutonSSSS de Pagnol par exemple ! Ici, le but est de charmer les adultes par une thématique de charme, mais attention, c’est loin d’être simple. N’hésitez pas à en consulter quelques extraits ici et profitez-en pour vous tester, éventuellement !

Pour information, les trois prochaines dictées coquines auront lieu les 10 et 11 juillet ainsi que le 7 septembre à Paris (tous les détails ici) pour environ 18 Euros par participation. 

Si vous êtes intéressé(e), vous pouvez même devenir ambassadeur pour organiser une dictée coquine dans votre ville, tout en ayant tout le support technique et pédagogique des deux auteures.

Susciter l'intérêt

Quoi de mieux pour se réconcilier avec un exercice scolaire pas toujours agréable que d’y participer de nouveau à l’âge adulte, mais avec une thématique et des sujets davantage appropriés et stimulants ?

C’est ce qu’ont voulu justement expérimenter ces deux spécialistes de la langue française avec leur dictée coquine, et il semblerait que le pari soit réussi, car les inscriptions sont si nombreuses, quoique limitées, que toutes les candidatures ne peuvent pas être retenues. Se battre pour participer à une dictée, qui l’aurait cru ?! Méchant contraste !

 

Sources

La dictée, article Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Dictée

La dictée de Mérimée, article Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Dictée_de_Mérimée

Extraits de la dictée coquine : https://www.ladicteecoquine.fr/extraits/

La dictée coquine : https://www.ladicteecoquine.fr/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné