Articles

Publié le 20 octobre 2019 Mis à jour le 21 octobre 2019

Euskara, quand le Basque s'organise

Des origines mystérieuses à un enseignement qui défie le temps

« Organiser, ce n'est pas mettre de l'ordre. C'est donner de la vie. » 

Cette citation un peu bizarre au premier abord nous vient de Jean-René Fourtou, homme d’affaires français né en 1939. En effet, le simple fait de penser à une certaine organisation, c’est bien remettre en question une essence vitale en elle-même. 

Non, il n’est pas question de philosophie aujourd’hui, mais bien de réflexion autour d’une organisation, celle d’une langue qui demeure encore mystérieuse aujourd’hui, une langue qui n’a aucun point commun avec les autres, une langue riche par son originalité, une langue parlée par un peuple fier de sa culture millénaire et, surtout, une langue qu’on continue d’enseigner et de parler : le basque.

Le pays Basque

Le basque, ou Euskara en version originale, est parlé au Pays basque. Cette région, appelée également Euskal Herria, couvre une partie du sud-ouest de la France et du nord de l’Espagne, plus précisément le long des fleuves Ebre (en Espagne) et Adour (en France), du côté des Pyrénées, près du golfe de Gascogne. Un peu plus de trois millions (en 2015) de Basques sont répartis sur ce territoire qui couvre environ 20.000 km2 et dont les plus grandes villes sont Bilbao (346.000 habitants) et Pampelune (200.000 habitants) en Espagne et Bayonne (50.000 habitants), célèbre pour son jambon, en France. C’est une région riche en histoire, ne serait-ce que par le passé médiéval du royaume de Navarre, fondé en 824.

Aujourd’hui, le pays Basque est fier de ses origines culturelles et de son histoire. Il a su faire passer sa langue et son patrimoine à la postérité.

Des origines mystérieuses

La langue basque est un mystère ! Contrairement aux autres langues de la même région, telles que le français, l’espagnol, le portugais ou l’italien, le basque n’est pas une langue indo-européenne. Fait étrange, étant donné que, normalement, l’origine linguistique dépend de la zone géographique, ou culturelle, ou encore historique… mais ici, non, rien de tout cela ! Le basque n’en descend pas. Son origine viendrait plutôt d’une déformation de «wascone», qui était le surnom donné aux habitants de l’actuelle Aquitaine (région de la ville de Bordeaux) et de l’Espagne du Nord par les Romains.

Toutefois, impossible pour les linguistes de se mettre d’accord sur ce point. Plusieurs théories sont avancées : celle de la dérivation de l’ibère (espagnol ancien, éteint depuis le IIe siècle), celle de l’origine finno-ougrienne (hongrois, estonien, finnois…), celle des langues du Caucase ou encore celle des langues berbères. Bref, le mystère persiste.

Une langue originale et marginale

Même si c’est une langue très ancienne, le basque est de plus en plus parlé au temps des pèlerins qui prennent le chemin de St-Jacques de Compostelle pendant le Moyen-Âge. Forcément influencée par ses voisines espagnole et française, la langue basque en a emprunté des mots, mais en demeure toutefois très différente sur de nombreux points : tout d’abord, il n’y a pas de genre masculin ou féminin (comme en anglais), ensuite, l’article défini est postposé (comme en danois : maison = huset, les = ene, les maisons = husene), enfin, c’est une langue agglutinante (comme le turc, où suffixes et préfixes s’agglutinent autour d’un mot comme dans : etxeetan = maisons + les + dans)… et pourtant, ici aussi rien de commun avec aucune des langues précédemment citées !

Victor Hugo disait : « Un basque n'est ni Français, ni Espagnol ; il est basque et c'est tout. » Comme quoi, en dépit de la situation géographique et historique, il ne faut pas mélanger les cultures !

Organiser la transmission de la langue

Depuis 1977 les provinces basques du Sud, en Espagne, ont obtenu un statut autonome, ce qui leur a permis d’officialiser non seulement la langue basque, mais aussi et surtout son enseignement !

Envoyer les enfants dans une école basque semble même être un phénomène de mode depuis quelques années car, en effet, ces écoles ont la cote ! Conçues pour un public d’apprenants de 3 à 17 ans, ces études en langue basque peuvent néanmoins se poursuivre à l’université du pays Basque, qui compte environ 40.000 étudiants répartis sur les trois campus de Bilbao, San Sebastian et Vitoria.

Toutefois, il semblerait que le côté espagnol soit plus réceptif à cet enseignement que le côté français, qui lui, favorise un enseignement bilingue (français-basque) plutôt qu’unilingue (seulement le basque). Cependant, depuis quelques années on voit de plus en plus d’universités françaises (Bordeaux, Bayonne, Pau…) proposer des diplômes en études basques.

En organisant cet apprentissage de la langue basque, à la fois si ancienne et si authentique, c’est toute une culture et un patrimoine que le Nord de l’Espagne et le Sud de la France continuent de faire vivre.

Loin des idées de confrontation linguistique face à ses deux proches voisines, le français et l’espagnol, le basque se veut vivant et vivace. Tant que son apprentissage et son enseignement se fera, le mystère perdurera, mais survivra !

Sources et illustrations 


Mots-clés: Organisation du savoir Basque

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !