Articles

Publié le 19 janvier 2020 Mis à jour le 20 janvier 2020

Apprendre en situation

Rendre le travail capacitant

La stagification

J'ai trouvé dans Éducation Permanente, un texte de Guigou de 1975, un mot qui dénonçait l'industrialisation de la formation et ses méfaits : la stagification. La stagification c'est le déroulement d'un programme de formation préétabli respectant un cahier des charges avec des objectifs et des contenus précis qu'un formateur est chargé de délivrer aux participants.

C'est une continuité de l'esprit de Taylor appliqué à l'enseignement ou tout ce qui doit se dérouler est pensé par avance pour traiter des flux importants de stagiaires qui n'ont qu'à absorber la prescription pédagogique qu'on leur propose. Cette passivité dans le rôle attribué aux participants est une façon incidente de tuer toute curiosité ou engagement à apprendre.

Pour les gestionnaires, les formations se résument à combien d’heures de formation auxquelles ont participé des stagiaires. Un jour de conférence, je taquinais le professeur Philippe Carré d'une question sur la stagification massive que connaît la formation continue. J’affirmais de façon provocatrice que celle-ci allait trop loin, que trop de stages tuait le stage. Il me répondit, non sans malice "On apprend même en stage". 

Le "même" donnait toute sa saveur à la réponse. Ce que je compris c'est que toute situation est favorable à l'apprentissage même les stages préformatés ne laissant aucune marge de manœuvre aux apprenants. Ce «même» s'appliquant aux plateformes d'apprentissage, aux programmes scolaires et à tous les temps où l'organisateur-enseignant envisage l'autre comme un centre de mémorisation de données. Donc il ne s'agissait pas de stigmatiser ou d'encenser cette situation d'apprentissage mais de remarquer qu'elle avait sa place à côté d'autres plus courantes, plus informelles, plus incrustées dans le quotidien.

Si l'idée d'une prévalence des apprentissages informels demeure, avec plus de 70% de nos savoirs qui en découlent selon les auteurs, Tough ou Schugurensky, l'idée d'une formation traditionnelle sous contrôle persiste.

Plus que la formation, ce sont les situations pour apprendre qui sont continues.  Chaque moment de sa vie est apprenant à la condition de vouloir en cueillir la leçon. C'est exactement comme pour une fleur croisée inopinément. Soit je m'arrête un instant pour en humer le parfum et me laisser toucher par sa beauté, soit je l'ignore et là rien ne viendra troubler mes sens. Mais rien non plus ne viendra faire changer mes croyances sur l'esthétique du monde.

Plusieurs façons d'aborder les situations qui font apprendre

L'entrée par les temporalités et les épisodes de sociabilité autodidactique

Les temporalités sont de trois natures :

  • des temps diffus, morcelés dans la durée, rêverie ou relâchement sans attention ni intention. Il s'agit d'interstices à l'occasion desquels nos schèmes se modifient imperceptiblement. Rien d'immédiat, rien en soi ne semble changer et pourtant des repères s'établissent, des routines s'installent qui changent nos comportements et notre câblage neuronal.

  • des séquences de temps identifiables, desquelles il est possible de détourer d'autres temps. Il s'agit de temps pour lesquels on peut attribuer un début et une fin. Des temps liés à la compréhension d'un sujet. Un cours, une séance de bricolage voire même une réunion cernée. Ces temps homogènes pèsent dans les représentations car on peut les nommer, y associer des émotions, en faire un récit.

  • des temps soudains de compréhension sous la forme d'eurêka ou d’insight il s'agit d'un surgissement, ou un sens se densifie ou des schèmes se réorganisent. Des formes se dégagent et un éclair de compréhension surgit.

L'entrée par les activités et les contenus

Les activités humaines par leurs contenus intrinsèques accrochent et résonnent dans nos esprits. Elles stimulent notre volonté d'agir où nous laissent indifférents. Les activités sont contraintes ou choisies. 

Les contenus sont des rituels scolaires ou de la fécondité. Le rituel est une reproduction du passé non discutable mais, selon le naturaliste Buffon, la fécondité c'est quand deux êtres féconds donnent naissance à des êtres féconds. L'apprentissage fécond, c'est quand l'activité donne du pouvoir d'agir. La formation peut être un rituel et aussi donner le pouvoir de créer et transformer sa vie.

Quand une part d'initiative est intégrée, l'individu trouve la joie de créer de ses propres forces. Le travail, la formation libérée augmentent la vie plutôt qu’ils ne la diminuent. L'activité pris au regard de la formation est plus qu'une didactique d'un métier, elle embarque une dimension spirituelle. Une énergie qui se crée sans cesse et qui elle-même découle de la vie. La vie s'invente sans cesse.

Ce qui donne confiance c'est que chacun dispose de l'énergie pour se créer soi-même. L'activité pédagogique peut intégrer la pensée de Bergson pour qui il s'agit de "Faire en sorte de tirer de soi plus qu'il n'y a " ou encore de "Croître par le dedans".

L'activité en formation va plus loin que l'idée d'acquérir un savoir ou un savoir-faire. Elle permet de réaliser des potentiels multiples "se créer soi-même se capabiliser les uns les autres". Les capabilités sont une découverte du prix Nobel d'économie Amartya Sen qui analysait une famine en Inde voyait que toutes les ressources étaient disponibles pour prévenir le malheur en cours, mais qu'elles étaient insaisissables et personne ne parvenait à les convertir en solution.

Les capabilités expriment une philosophie différente de "comment tirer quelque chose des autres" qui est la base du management. L'idée des capabilités c'est qu'il y a de plus en plus de situations nouvelles dans lesquelles nous ne sommes pas compétents. Il s'agit donc d'apprendre à transformer les ressources disponibles et de les convertir en action.

Pour Batal un environnement capacitant apporte un supplément d'âme. C'est un ensemble de ressources convertissable en solution mais il existe des handicaps de conversion et des facteurs de conversion qui permettent de s'en saisir. Les ressources humaines sont privilégiées pour aller vers du pouvoir agir. Des ressources humaines qui fassent autorité, c'est à dire qui augmentent notre pouvoir d'agir.

L'activité pédagogique est spécifique. Elle relève de la foi dans la capabilité des autres, elle poursuit l'idéal de révéler leurs dons, de réveiller des potentiels dormants. Elle ambitionne la force d'inspirer.

L'entrée par les interactions les médiations

Les médiations sont humaines ou technologiques. Elles forment la complexité dans le sens du complexus, tissé ensemble. Selon le sociologue Goffman elles sont connotées par le contexte dans lequel elles se produisent.

Les interactions sont le partage des intériorités. Il y a dans les interactions humaines une dimension identitaire. Je suis ce qu'un autre comprend de moi. Les interactions sont plus que des connexions de point à point. Dans l'interaction il y a une dimension de convivialité et de spiritualité un supplément d'âme, du temps pour échanger et pour établir du lien social.

Aujourd'hui pour dépasser la mécanisation de rapport humains produite par des algorithmes, il y a besoin de design social et de rétablissement de communautés qui assurent des médiations. L'autonomie c'est la force morale que l'on veut donner à nos adolescents alors que l’indépendance c’est « je fais ce que je veux ». L’autonomie je suis capable de me donner la loi.

L'entrée par les finalités et les motivations

Les questions sur les finalités et les motivations pour apprendre sont nombreuses.  Les motivations préexistent elles ou naissent-elles à l'occasion des situations ? Probablement un peu des deux. Philippe Carré distingue 9 types d’engagements en formation  :

  • Hédonique
  • Épistémique
  • Socio-affectif
  • Dérivatif
  • Économique
  • Prescrit
  • Utilitaire personnel
  • Utilitaire professionnel
  • Identitaire vocationnel

La motivation est également la mobilité à l'intérieur de soi des espaces pour retrouver des possibilités de mouvement. Elle suppose une part de réflexivité pour orienter ses desseins et ne pas seulement subir ceux des autres.

Entrer en relation

La question qui se pose est celle du regard porté sur les situations. Pour prendre une métaphore, cette question est du même ordre que du rapport entre un spectateur et une œuvre. Quand le spectateur décide de se laisser toucher, il fait alors partie de la signification de l'œuvre, sinon il reste en extériorité. Rien ne se passe pour lui que des taches de couleurs qui zèbrent une toile ou l'emballage incompréhensible d'un monument. S'il n’a pas de mouvement de relation à lui et à la situation alors aucune compréhension n'est possible.

Plus que jamais, quand l'environnement devient complexe, la médiation est essentielle et le rôle du pédagogue est crucial. Il l'est encore plus quand le rapport au savoir est médiée par une technologie qui peut faire écran. L'humain augmenté n'est pas un homme grandi s'il n'y a pas d'interactions avec d'autres humains avec qui partager le plaisir de sa découverte ou de son savoir.

C'est l'un des rôles du formateur que d'aider à faire des liens, de soi à soi, de soi aux autres et de soi au monde. Pour cela il facilite l'émergence d'un dispositif fait de situations capacitantes. De la même façon que "La lumière vient du regard", le sens de la situation reste une œuvre personnelle. C'est l'apprenant qui puise dans la situation ce qui fait sens pour lui.


Nota : ce texte rend hommage au travail philosophique de Monique Castillo, qui l’a inspiré une pensée pour sa famille et ses proches.
http://video.cnfpt.fr/resource/faire-renaissance-dans-les-territoires-capacitants/hd/sf_publication_channel/%5BWebTV%5D+iFrame+publique.mp4

Sources

Guigou, J. (1975). La stagification. Éducation permanente, 31, 3-25. https://www.editions-harmattan.fr/minisites/index.asp?no=21&rubId=396#stagification

Edu tech wiki Motifs d’engagement http://edutechwiki.unige.ch/fr/Motifs_d%27engagement

Carré Philippe http://apprenance-ipfa.net/les-membres/philippe-carre/

Cristol et Muller https://www.cairn.info/revue-savoirs-2013-2-page-11.htm

Nizet, J. & Rigaux, N. (2005). Introduction. Dans : Jean Nizet éd., La sociologie de Erving Goffman (pp. 3-8). Paris: La Découverte.  
https://www.cairn.info/la-sociologie-de-erving-goffman--9782707142023-page-3.htm

Schugurensky - https://www.cairn.info/revue-francaise-de-pedagogie-2007-3-page-13.htm

Tracés La théorie des « capabilités » d’Amartya Sen face au problème du relativisme  https://journals.openedition.org/traces/211  

Wikipédia – Bergson https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Bergson

Wikipédia - Buffon https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges-Louis_Leclerc_de_Buffon

Tough, A. (2002). The Iceberg of Informal Learning: New Approaches to Lifelong Learning (Vol. 49). Working Paper.
https://nall.oise.utoronto.ca/res/49AllenTough.pdf

Fréquence T Batal   un environnement capacitant
https://radio.cnfpt.fr/broadcast/17189-Point-de-vue-Comment-cr%C3%A9er-les-conditions-pour-faire-%C3%A9merger-des-environnements-capacitants-dans-un-territoire


Mots-clés: amartya sen travail situation sociabilité temporalités capabilités

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


MyAmplifiers offre meilleurs prix pour amplificateurs 4G !

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !