Par Élodie Lestonat  | e.lestonat@cursus.edu

La classe inversée. Episode 4 - La FOAD s'en empare

Créé le mardi 17 mars 2015  |  Mise à jour le mardi 17 mai 2016

La classe inversée. Episode 4 - La FOAD s'en empare

La démarche de classe inversée se déploie au-delà des classes en présentiel et s’immisce désormais  dans la FOAD.

La notion de formation ouverte et à distance (ou FOAD) définie par la DGEFP (Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle) dans le paragraphe 1.2 de la circulaire du 20 juillet 2001 stipule :

« Une formation ouverte et/ou à distance, est un dispositif souple de formation organisé en fonction de besoins individuels ou collectifs (individus, entreprises, territoires). Elle comporte des apprentissages individualisés et l’accès à des ressources et compétences locales ou à distance. Elle n’est pas exécutée nécessairement sous le contrôle permanent d’un formateur. »

La FOAD se prête donc bien aux formes les plus innovantes de classe inversée. En effet, l’apprentissage se fait en toute autonomie par l’apprenant qui utilise massivement les TICE pour accéder aux ressources, et peut être accompagné d’un formateur qui lui assure, selon une fréquence variable, des interactions visant à lui confirmer le degré des habiletés développées ou le guider vers des moyens de remédiation.

La classe inversée : une démarche à intégrer dans la scénarisation pédagogique

Les scénarii pédagogiques ont glissé vers une hybridation des dispositifs d’apprentissages afin d’intégrer les apprenants dans leur parcours et de les amener à s’interroger sur leur degré de compréhension des savoirs, savoir-être et savoir-faire ainsi que sur leur perception du processus d’apprentissage auquel ils ont eu recours pour y parvenir. Cette focalisation autour de l’apprentissage par l’apprenant nécessite un accompagnement d’autant plus important de l’enseignant.

Marcel Lebrun, professeur à l’Université Catholique de Louvain, met donc en avant les différentes formes d’inversion nécessairement induites par une démarche de classe inversée en FOAD.

  • Mieux utiliser les espaces (mobilité, présence-distance) et les temps (flexibilité, synchrone-asynchrone) de l'enseigner et de l'apprendre (flipper l'espace-temps)
  • Proposer une formation plus individualisée et davantage en résonance avec les rythmes, les styles et les activités de chacun (flipper surface-profondeur, sérialisme-holistisme)
  • Mieux balancer la nécessaire transmission des savoirs et le développement des savoir-faire et savoir-être, des compétences et de l'apprendre à apprendre (flipper les savoirs et les taxonomies)
  • Apprendre à mettre de l’ordre dans des structures désordonnées (flipper cartes et boussoles, ordre et désordre)
  • Rendre les étudiants davantage actifs et interactifs, plus impliqués (flipper transmission et appropriation)
  • Répondre à des questions que les étudiants se posent plutôt que de répondre à des questions qu'ils ne se posent pas (flipper les rôles)
  • Pour les enseignants, leur permettre une appropriation (un développement professionnel) progressive ... nul besoin de tout "flipper" en une fois

Le rôle de l’enseignant mute, mais si sa mission de transmission des connaissances s’amenuise, celle de suivi et d’accompagnement se développe de façon extrêmement importante.

Les dispositifs de FOAD ne peuvent aujourd’hui se soustraire à cette nécessité de proposer un tutorat qui peut se faire de façon synchone via les dispositifs de classes virtuelles ou de façon asynchrone par le biais de forums et messageries. Car si le travail collaboratif avec les pairs est utile, les apprenants ne cessent de désirer que leurs acquis soient validés par un référent dont ils reconnaissent la légitimité en tant que pédagogue et expert de la matière. Le rôle du tuteur et de l’animateur a lors une place qui devrait monter largement en puissance dans les prochaines années.

Le rôle du tuteur dans une démarche de classe inversée en FOAD

Marcel Lebrun rappelle que le développement des cMOOCs est lié à un c-tutorat qui amène l’engagement accru des apprenants. Selon Marcel Lebrun, rôle du tuteur peut donc être synthétisé autour des 4 lettres suivantes : CQFD. C pour « conduire le groupe », Q pour « être capable de le questionner », F pour « faciliter les interactions et les activités » et D pour « envoyer des signaux de diagnostic ». 

La plateforme Claroline Connect impulsée par M. Lebrun  permet d’avoir un aperçu de la mise en œuvre d’une classe inversée dans le cadre d’un apprentissage en FOAD.

On note aussi dans le même temps le déploiement des SPOC (Small Private Online Classes) qui permettent de s’adresser à des groupes plus réduits que ceux des MOOCs, ceci afin de faciliter les interactions entre les apprenants ainsi qu’avec les tuteurs, voir les enseignants, experts de la matière qui ne sont pas toujours tuteurs. Mais cette modalité revient à remettre en avant des dispositifs déjà en place dans le cadre des formations à distance.

La place des classes virtuelles dans un dispositif intégrant une démarche de classe inversée.

 Il est donc logique que l'on assiste à un fort déploiement des classes virtuelles qui introduisent un temps d’accompagnement personnalisé, voire une animation de type classe en présentiel, l’identification physique et la découverte visuelle de l’autre favorisant les échanges entre l’élève et l’enseignant. La démarche de classe inversée introduit donc largement les classes virtuelles car elles participent à la restructuration des acquis et à la formalisation souvent difficile des concepts. Elles sont aussi l’occasion de mettre en œuvre une remédiation ciblée. ce sont donc des atouts majeurs en matière de formation e-learning. 

La démarche de classe inversée nécessite donc en matière de formation à distance une scénarisation approfondie, les éléments pédagogiques, tant au niveau de la conception que de l’animation/tutorat devant nécessairement être réfléchis sous l’aspect des apprentissages visés mais aussi des contraintes techniques inhérentes à chaque plateforme et à ses outils (messageries, forums et classes virtuelles notamment).

Illustration : genturfotografin, Shutterstock.com

Références

Dreschler, Michèle. "Quand Hybridation Rime Avec Professionnalisation." Accueil (blog). Date de publication 7 janvier 2014. http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/01/07012014Article635246734351906116.aspx.

"TRA Bulletin Officiel N°2001-16: Annonce N°4." Date de publication 5 septembre 2001. http://travail-emploi.gouv.fr/publications/picts/bo/05092001/A0160004.htm.

"Dossier Savoir + N°4 |." UT2J Blogosphère Date de publication 16 septembre 2014. http://blogs.univ-tlse2.fr/savoir-plus/mooc-ut2j-veut-contribuer-a-la-reussite-de-ses-etudiants/.

Consortium Claroline - Claroline Est Un Logiciel Open Source Permettant De Déployer Facilement Une Plateforme Dédiée à L’apprentissage Et Au Travail Collaboratif En Ligne. Date de consultation 16 mars  2015. http://www.claroline.net/.

Wikipédia, L'encyclopédie Libre. "Tutorat — Wikipédia." n.d. date de consultation 4 mai 2015. http://fr.wikipedia.org/wiki/Tutorat.

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • Jacques Rodet
  • 29 avril 2015 à 02 h 02

Tous les vidéos

Aux lecteurs de Thot, L'ensemble des vidéos des 22 conférences des 10 ans de t@d, séminaire international en ligne sur le tutorat à distance qui a eu lieu du 1er oct. au 12 déc. 2013 sont accessibles à https://sites.google.com/site/letutoratadistance/Home/10-ans-de-t-d

Répondre