Par Frédéric Duriez  | f.duriez@cursus.edu

Animer un grand groupe : quels outils ?

Créé le mardi 13 octobre 2015  |  Mise à jour le lundi 19 octobre 2015

Animer un grand groupe : quels outils ?

Les grands groupes nous contraignent-ils nécessairement à une approche "magistrale" et à une technique pédagogique basée sur les exposés et les diaporamas ? 

Cet article présente quelques techniques et des ressources qui montrent que des alternatives existent. Basées ou non sur des solutions numériques, elles créent d'autres formes d'interactions que celles qui prévalent dans les petits groupes et permettent un véritable apprentissage.

Les classiques : les sous-groupes

Le réflexe face à un grand groupe consiste à créer des groupes plus petits, et à leur confier soit la même tâche, soit des tâches différentes et complémentaires. Le succès réside dans la clarté des consignes, car si les groupes hésitent sur ce qui est attendu, le formateur ou professeur est condamné à passer de l'un à l'autre pour apporter des précisions... et la dynamique est rompue. Parmi les consignes : le temps attribué et le "livrable", c'est-à-dire ce que le groupe doit produire. Beaucoup des outils présentés ci-dessous affinent ce dispositif ou créent des contraintes supplémentaires.

grand groupes : outils

Hotseat

Déjà chroniquée sur Thot, Hotseat se propose de réunir quelques fonctions simples. L'application s'appuie sur les smartphones et tablettes que les apprenants amènent en cours. Les participants peuvent voter, poser des questions, engager une discussion dans un chat. 

Le cours se trouve ainsi augmenté des commentaires, réactions, et questions posées aux participants. Les apprenants peuvent se répondre entre eux, tout comme l'enseignant ou quelques participants. L'argument publicitaire de cette application dit "Soudain, tout le monde a une voix".

Si les apprenants créent un compte twitter spécialement pour la formation, où si l'institution utilise une plateforme de e-learning qui propose des fonctions de micro-blogging, comme e-doceo, on obtient des résultats proches. Puisque les apprenants arrivent de toute façon avec des portables, des tablettes ou des smartphones, autant utiliser cela comme une opportunité pour créer des interactions que le "grand groupe" rend difficile.

Le Phillips 6/6

La technique est à l'origine prévue pour des groupes de 36 personnes environ, mais rien n'empêche de la proposer pour un plus grand nombre. Le Phillips 6/6 prévoit de réunir six groupes de six personnes pendant six minutes autour d'une question.

Le groupe peut créer un support. Il désigne un rapporteur qui dispose d'une minute pour présenter ses conclusions.

Cette méthode peut également être utilisée pour préparer des questions, auxquelles un intervenant pourra répondre. 

L'intérêt de la méthode est lié au rythme qu'elle impose, et à la possibilité de présenter les travaux d'un grand nombre de participants.

Le Pecha Kucha

Toujours basé sur un rythme rapide, le Pecha Kucha s'appuie sur un logiciel de présentation de type Powerpoint. Les participants sont limités à 20 diapositives. Et chaque diapositive est à l'écran 20 secondes... pas une de plus. Bien entendu, le participant n'a pas la main, et le diaporama se déroule en automatique.

20 x20 = 400 secondes, soit six minutes et quarante secondes. Les auditeurs restent certes passifs, mais leur attention est régulièrement sollicitée par les changements d'intervenants, et par leurs exploits de communication !

Nous vous invitons à voir fonctionner un Pecha Kucha ou "Session Ignite" avec des intervenants comme Marcel Lebrun ou Christophe Batier, en 2015.

Le théâtre forum

 Le théâtre forum est inspiré d'Augusto Boal, homme de théâtre Brésilien engagé. Autour d'une problématique, un groupe présente une saynète. Un ou plusieurs personnages sont face à des choix et réagissent. On interroge ensuite le public : "Auriez-vous réagi de la même façon ?" 

Les spectateurs sont sollicités par un animateur. Ils proposent d'autres solutions, ils indiquent comment ils auraient agi à la place de tel ou tel acteur. Si un spectateur propose une alternative intéressante, l'animateur l'invite à monter sur scène, et à remplacer un des acteurs pour rejouer la scène, avec sa réponse.

Puis le public débat à nouveau, et d'autres spectateurs vont à leur tour jouer l'un des rôles différemment. On n'obtient pas "la" bonne réponse. Mais les variantes aident à s'approcher d'une communication plus harmonieuse que celle présentée au démarrage par les comédiens.

La compagnie "Petits Pas pour l'Homme" est spécialisée dans ces interventions et nous en détaille la méthode sur son site.

Le colporteur

Des groupes de 6-8 personnes réfléchissent à une question qui est posée. Puis les membres se dispersent autour des autres tables, sauf un, qui reste l'ambassadeur de ce que le groupe a trouvé. Les autres "colportent" ce que leur groupe a imaginé comme réponse. Au son d'une cloche... ou d'un smartphone, les participants changent encore de table, selon un ordre qui leur a été préalablement donné.  

Le formateur, qui a régulé les groupes et entendu les échanges peut ensuite faire une synthèse.

Penser-comparer-partager

Cette technique évite de limiter l'interaction à quelques questions posées au groupe, auxquelles une ou deux personnes (toujours les mêmes) vont s'efforcer de répondre.

L'enseignant pose une question. Chaque participant dispose de dix secondes pour y réfléchir. Puis, il doit trouver un binôme, voire deux personnes avec lesquelles comparer ses idées. Enfin, un porte-parole du binôme ou du petit groupe partage avec le groupe en totalité.

Spiral-connect détaille cette méthode ainsi que d'autres dans un document.

Quescussion

Il s'agit d'une méthode pour faire participer un grand groupe. Les apprenants ne peuvent prendre la parole que pour poser des questions... Mais attention, pas des questions rhétoriques qui déguiseraient un argument ou une réponse implicite ! Autre règle : il faut attendre que quatre personnes ou plus aient parlé avant de reprendre la parole. Cette précaution évite que quelques participants ne monopolisent la parole.

Une présentation de cette technique d'animation et de quelques autres est proposée par l'association les rencontres ludiques.

Ilustrations : Frédéric Duriez

Ressources

Bruno Hourst, Sivasailam Thiagarajan, illustrations Jilème :
Modèles de jeux de formation - Les jeux cadres de Thiagi 2ème édition. Éditions d'Organisation.- 2004

Dave Gray, Sunni Brown, James Macanufo, Gamestorming, Diateino 2014

Hotseat, consulté le 16 octobre 2015 
http://www.itap.purdue.edu/studio/hotseat/

Phillips 6 x 6 - Prof éduS - Techniques pédagiguqyes pour la formation
http://www.inpes.sante.fr/professionnels-education/pdf/C4.pdf

PechaKucha.org - http://www.pechakucha.org/

Théâtre Forum - Petits pas pour l'homme
http://www.3ph.fr/theatre-prestatheque/theatre-forum/

Pédagopsy "Enseigner à un grand groupe" consulté le 18 octobre 2015
http://pedagopsy.eu/enseigner_grand_groupe.html

Denys Lamontagne, "L’utilisation réussie du "pertinage" (back channel) dans les grands amphis. Augmenter l’efficacité éducative." consulté le 16 octobre 2015
http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/9989/utilisation-reussie-pertinage-back-channel-dans

Multibao - ressources d'anination de groupes - Merci à Corinne Lamarche
http://www.multibao.org/multibao/contributions/contributions

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire